Accéder au contenu principal

Un triste beau jour de septembre

Ah, que ce dernier jour de septembre est donc beau !” proclame Roxane dans le dernier Acte de Cyrano de Bergerac. Elle ne sait pas encore que celui-ci va mourir, dans quelques minutes, et devant elle qui plus est, en lui avouant tout, après tant d'années. Au moment où elle prononce cette phrase, elle est tout à fait sereine, appréciant ce jour de beau temps, et cet automne qui commence tout juste, avec les premières feuilles des arbres qui se mettent doucement à tomber. Ce que Cyrano commente si bien d'ailleurs :

Comme elles tombent bien !
Dans ce trajet si court de la branche à la terre,
Comme elles savent mettre une beauté dernière,
Et malgré leur terreur de pourrir sur le sol,
Veulent que cette chute ait la grâce d'un vol !

Je pense que je me replongerai toute ma vie dans l'œuvre d'Edmond Rostand, tant celle-ci contient de pépites. C'est ce que j'aime dans la littérature : lire une seule phrase peut vous faire changer de regard sur les choses de la vie. Je sais que je regarde tomber les feuilles différemment depuis que je connais ces vers géniaux.


En ce “dernier jour de septembre”, si beau, Roxane ne pressent rien de ce qui va advenir. De la même façon, ce matin, l'avant dernier jour de septembre, je ne m'attendais à rien non plus. Je me suis levé simplement, avec France Inter, comme toujours ; j'ai pris une douche, je me suis habillé, je me suis préparé un café, que j'ai bu. Je suis sorti de chez moi, et j'ai constaté qu'il faisait incroyablement beau.
Rien n'est plus beau qu'un ciel bleu en automne.

J'ai marché, le long du trottoir de la rue des Écoles, vers mon arrêt de bus. Il y avait quelque chose d'étrange. Beaucoup de voitures avançaient péniblement, et klaxonnaient, alors que cette rue est habituellement vide à cette heure de la journée. 
Là, tout semblait bloqué, et cet embouteillage matinal me surprenait.
Je continuais mon chemin, les écouteurs sur les oreilles, et parvenais au Boulevard Saint-Michel. 
J'ai immédiatement compris, en arrivant à cet endroit, la cause de tous ces encombrements. Sur la voie d'en face, deux camions de pompier ; plusieurs agents de sécurité ; un bus (21) à l'arrêt, et sans passager ; et là, sur le bitume, à quelque distance devant le bus, une personne allongée, inconsciente, que deux secouristes tentaient de réanimer.

Ça ne devrait jamais arriver. Pas un jour comme ça. Pas quand il fait si beau. Je sais, c'est débile de dire ça, mais c'est ce que j'ai profondément ressenti. On ne s'attend jamais à ce que quelque chose arrive à quelqu'un quand tout semble aller si bien globalement. Trop habitués que nous sommes aux films qui nous préparent au pire en nous proposant une atmosphère lugubre, une pluie battante, un ciel qui s'obscurcit…


J'ai un peu honte de ce billet de blog. Je ne connais pas cette personne qui gisait ce matin sur le boulevard Saint-Michel. Je ne sais rien d'elle. Je ne sais pas ce qu'elle est devenue. Il n'y avait plus de traces de l'accident ce soir, quand je suis rentré du travail. Tout était de nouveau normal.

Mais c'est un de ces bus que je prends quasi quotidiennement, depuis que je suis enfant, qui a provoqué cet accident, dans ce quartier que je connais si bien, au croisement de deux rues que j'arpente si souvent. C'est chez moi que ça s'est passé, d'une certaine façon.

Et il n'y avait rien à faire. Il n'y a pas de vrai responsable. Le conducteur de bus conduisait peut-être un peu vite. La victime a peut-être été imprudente un instant. Trop pressée d'aller au travail, sans doute. Mais il n'y a pas de vrais coupables, pas de vraie faute. C'est aussi ça qui est insupportable.

Commentaires

  1. ça m'encourage à lire Edmond Rostand, tiens

    RépondreSupprimer
  2. Pas de honte à avoir, c'est bien d'être encore capable de s'indigner de telles choses.

    RépondreSupprimer
  3. Sauf à le dire comme vous l'avez fait, et si bien.
    Brigitte Dusch

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,