Accéder au contenu principal

Un triste beau jour de septembre

Ah, que ce dernier jour de septembre est donc beau !” proclame Roxane dans le dernier Acte de Cyrano de Bergerac. Elle ne sait pas encore que celui-ci va mourir, dans quelques minutes, et devant elle qui plus est, en lui avouant tout, après tant d'années. Au moment où elle prononce cette phrase, elle est tout à fait sereine, appréciant ce jour de beau temps, et cet automne qui commence tout juste, avec les premières feuilles des arbres qui se mettent doucement à tomber. Ce que Cyrano commente si bien d'ailleurs :

Comme elles tombent bien !
Dans ce trajet si court de la branche à la terre,
Comme elles savent mettre une beauté dernière,
Et malgré leur terreur de pourrir sur le sol,
Veulent que cette chute ait la grâce d'un vol !

Je pense que je me replongerai toute ma vie dans l'œuvre d'Edmond Rostand, tant celle-ci contient de pépites. C'est ce que j'aime dans la littérature : lire une seule phrase peut vous faire changer de regard sur les choses de la vie. Je sais que je regarde tomber les feuilles différemment depuis que je connais ces vers géniaux.


En ce “dernier jour de septembre”, si beau, Roxane ne pressent rien de ce qui va advenir. De la même façon, ce matin, l'avant dernier jour de septembre, je ne m'attendais à rien non plus. Je me suis levé simplement, avec France Inter, comme toujours ; j'ai pris une douche, je me suis habillé, je me suis préparé un café, que j'ai bu. Je suis sorti de chez moi, et j'ai constaté qu'il faisait incroyablement beau.
Rien n'est plus beau qu'un ciel bleu en automne.

J'ai marché, le long du trottoir de la rue des Écoles, vers mon arrêt de bus. Il y avait quelque chose d'étrange. Beaucoup de voitures avançaient péniblement, et klaxonnaient, alors que cette rue est habituellement vide à cette heure de la journée. 
Là, tout semblait bloqué, et cet embouteillage matinal me surprenait.
Je continuais mon chemin, les écouteurs sur les oreilles, et parvenais au Boulevard Saint-Michel. 
J'ai immédiatement compris, en arrivant à cet endroit, la cause de tous ces encombrements. Sur la voie d'en face, deux camions de pompier ; plusieurs agents de sécurité ; un bus (21) à l'arrêt, et sans passager ; et là, sur le bitume, à quelque distance devant le bus, une personne allongée, inconsciente, que deux secouristes tentaient de réanimer.

Ça ne devrait jamais arriver. Pas un jour comme ça. Pas quand il fait si beau. Je sais, c'est débile de dire ça, mais c'est ce que j'ai profondément ressenti. On ne s'attend jamais à ce que quelque chose arrive à quelqu'un quand tout semble aller si bien globalement. Trop habitués que nous sommes aux films qui nous préparent au pire en nous proposant une atmosphère lugubre, une pluie battante, un ciel qui s'obscurcit…


J'ai un peu honte de ce billet de blog. Je ne connais pas cette personne qui gisait ce matin sur le boulevard Saint-Michel. Je ne sais rien d'elle. Je ne sais pas ce qu'elle est devenue. Il n'y avait plus de traces de l'accident ce soir, quand je suis rentré du travail. Tout était de nouveau normal.

Mais c'est un de ces bus que je prends quasi quotidiennement, depuis que je suis enfant, qui a provoqué cet accident, dans ce quartier que je connais si bien, au croisement de deux rues que j'arpente si souvent. C'est chez moi que ça s'est passé, d'une certaine façon.

Et il n'y avait rien à faire. Il n'y a pas de vrai responsable. Le conducteur de bus conduisait peut-être un peu vite. La victime a peut-être été imprudente un instant. Trop pressée d'aller au travail, sans doute. Mais il n'y a pas de vrais coupables, pas de vraie faute. C'est aussi ça qui est insupportable.

Commentaires

ça m'encourage à lire Edmond Rostand, tiens
Unknown a dit…
Pas de honte à avoir, c'est bien d'être encore capable de s'indigner de telles choses.
castor a dit…
Sauf à le dire comme vous l'avez fait, et si bien.
Brigitte Dusch

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq