Accéder au contenu principal

Un triste beau jour de septembre

Ah, que ce dernier jour de septembre est donc beau !” proclame Roxane dans le dernier Acte de Cyrano de Bergerac. Elle ne sait pas encore que celui-ci va mourir, dans quelques minutes, et devant elle qui plus est, en lui avouant tout, après tant d'années. Au moment où elle prononce cette phrase, elle est tout à fait sereine, appréciant ce jour de beau temps, et cet automne qui commence tout juste, avec les premières feuilles des arbres qui se mettent doucement à tomber. Ce que Cyrano commente si bien d'ailleurs :

Comme elles tombent bien !
Dans ce trajet si court de la branche à la terre,
Comme elles savent mettre une beauté dernière,
Et malgré leur terreur de pourrir sur le sol,
Veulent que cette chute ait la grâce d'un vol !

Je pense que je me replongerai toute ma vie dans l'œuvre d'Edmond Rostand, tant celle-ci contient de pépites. C'est ce que j'aime dans la littérature : lire une seule phrase peut vous faire changer de regard sur les choses de la vie. Je sais que je regarde tomber les feuilles différemment depuis que je connais ces vers géniaux.


En ce “dernier jour de septembre”, si beau, Roxane ne pressent rien de ce qui va advenir. De la même façon, ce matin, l'avant dernier jour de septembre, je ne m'attendais à rien non plus. Je me suis levé simplement, avec France Inter, comme toujours ; j'ai pris une douche, je me suis habillé, je me suis préparé un café, que j'ai bu. Je suis sorti de chez moi, et j'ai constaté qu'il faisait incroyablement beau.
Rien n'est plus beau qu'un ciel bleu en automne.

J'ai marché, le long du trottoir de la rue des Écoles, vers mon arrêt de bus. Il y avait quelque chose d'étrange. Beaucoup de voitures avançaient péniblement, et klaxonnaient, alors que cette rue est habituellement vide à cette heure de la journée. 
Là, tout semblait bloqué, et cet embouteillage matinal me surprenait.
Je continuais mon chemin, les écouteurs sur les oreilles, et parvenais au Boulevard Saint-Michel. 
J'ai immédiatement compris, en arrivant à cet endroit, la cause de tous ces encombrements. Sur la voie d'en face, deux camions de pompier ; plusieurs agents de sécurité ; un bus (21) à l'arrêt, et sans passager ; et là, sur le bitume, à quelque distance devant le bus, une personne allongée, inconsciente, que deux secouristes tentaient de réanimer.

Ça ne devrait jamais arriver. Pas un jour comme ça. Pas quand il fait si beau. Je sais, c'est débile de dire ça, mais c'est ce que j'ai profondément ressenti. On ne s'attend jamais à ce que quelque chose arrive à quelqu'un quand tout semble aller si bien globalement. Trop habitués que nous sommes aux films qui nous préparent au pire en nous proposant une atmosphère lugubre, une pluie battante, un ciel qui s'obscurcit…


J'ai un peu honte de ce billet de blog. Je ne connais pas cette personne qui gisait ce matin sur le boulevard Saint-Michel. Je ne sais rien d'elle. Je ne sais pas ce qu'elle est devenue. Il n'y avait plus de traces de l'accident ce soir, quand je suis rentré du travail. Tout était de nouveau normal.

Mais c'est un de ces bus que je prends quasi quotidiennement, depuis que je suis enfant, qui a provoqué cet accident, dans ce quartier que je connais si bien, au croisement de deux rues que j'arpente si souvent. C'est chez moi que ça s'est passé, d'une certaine façon.

Et il n'y avait rien à faire. Il n'y a pas de vrai responsable. Le conducteur de bus conduisait peut-être un peu vite. La victime a peut-être été imprudente un instant. Trop pressée d'aller au travail, sans doute. Mais il n'y a pas de vrais coupables, pas de vraie faute. C'est aussi ça qui est insupportable.

Commentaires

  1. ça m'encourage à lire Edmond Rostand, tiens

    RépondreSupprimer
  2. Pas de honte à avoir, c'est bien d'être encore capable de s'indigner de telles choses.

    RépondreSupprimer
  3. Sauf à le dire comme vous l'avez fait, et si bien.
    Brigitte Dusch

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Pourquoi j'aime la Poésie

J e ne saurais expliquer comment m'est venue l'envie d'apprendre par cœur des poèmes, quand j'avais une dizaine d'années. Bien sûr, il y avait des livres chez moi. Des bibliothèques qui accordaient une place non négligeable à la poésie. Bien sûr, j'aimais ces recueils, qui s'ouvraient d'eux-mêmes aux pages les plus précieuses, offrant ces mots qui disaient tout  en disant  peu . " Il faut peu de mots pour dire l'essentiel ". Bien sûr, j'avais la chance d'avoir, à portée de la main, Aragon, Baudelaire, Éluard, Reverdy ou Rimbaud. Et puis, il y avait mon arrière-grand-père, cet héritage culturel transmis dès le plus jeune âge. Ce Victor Segalen dont je pouvais parcourir les ouvrages originaux. Pour sentir ce papier proche d'un papyrus, soigneusement plié entre deux plaques de bois fines que tenait jointes un ruban. Ça aide, d'avoir ainsi dès l'enfance une admiration pour l'écriture. Et une raison supplémentaire