Accéder au contenu principal

Summer is over


Ça sent la fin. L’été commence à décliner.
Quelques nuages, très fins, dans le ciel bleu, adoucissent l’atmosphère. Ce matin, il faisait frais, presque froid. Je me suis dit qu’il me faudrait bientôt porter une écharpe, que la saison des courants d’air, de la pluie, et des personnes qui toussent dans les transports en commun, était proche. Déjà les prémices de l’automne se font sentir. Les cadres qui pressent le pas, comme toujours vers 9h du matin, avenue de l’Opéra, perdent peu à peu leur mine hâlée. Les automobilistes se remettent à klaxonner. Quelques feuilles jonchent le trottoir. Les parisiens sont de nouveau plus nombreux que les touristes ; le rythme de marche des passants s’en trouve transformé, jour après jour.
Et je suis là. Je marche, moi aussi, parmi tous ces autres, dans ces rues que je connais si bien. Je traverse la Seine, de nouveau, en m’arrêtant un instant, pour observer  cette ville qui est la mienne.

Hier soir, j’étais au cinéma, avec Julie, Esther et Corentin, pour voir le dernier Christophe Honoré : Les Bien-aimés. Je vous le conseille d’ailleurs. Mais du coup, forcément, alors que je déambule dans Paris, j’écoute Alex Beaupain.

La Tour Eiffel t’ennuie déjà. Est-ce la Tour Eiffel ou bien moi ? Je peux vivre sans toi, tu sais ? Le seul problème, mon amour, c’est… que je ne peux vivre sans t’aimer.

Tout à l’heure, j’ai relu l’interview que Lila avait faite de lui, ici. J’aime ces chansons sympathiques, légères, qui s’écoutent simplement, mais qui en disent parfois long. 

Tu croyais pouvoir t’en sortir, en me quittant sur l’air du grand Amour qui doit mourir, mais, vois-tu, je préfère les tempêtes de l’inéluctable à ta petite idée minable. 
On s’débarrasse pas de moi comme ça.

Oui, bon, forcément, à relire ces paroles retranscrites pèle-mêle, sans musique, ça ne procure pas le même effet. 
Mais bon.

Tout ça, c’était tout à l’heure. J’ai longé la Seine, les écouteurs sur les oreilles, je suis arrivé du côté de la Place Saint-Michel - où des dizaines de personnes attendaient, comme toujours en début de soirée -, puis j’ai remonté le boulevard jusqu’à mon auto-école, où j’ai repris quelques heures de leçon de conduite. Ensuite, je suis rentré chez moi, en passant devant le Collège de France, et devant la statue de Ronsard.

L’été s’achève, bel et bien.
Je suis désormais dans ma chambre, près de la fenêtre, et la nuit commence à tomber.
Summer is over.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr