Accéder au contenu principal

Steve Jobs : le druide d'Apple

Depuis jeudi dernier, j’ai l’impression que Steve Jobs est mort. 
Ça fait un drôle d’effet. Toutes les rédactions ont sorti des tiroirs leurs articles nécrologiques, en revenant sur le parcours de cette icône des temps modernes. Au début, j’ai jeté un œil rapide à tous ces écrits, j’ai écouté d’une oreille distraite toutes ces chroniques radiophoniques, mais sans rien apprendre de tout ça. L’histoire d’Apple est intimement liée à celle de son patron ; et l’histoire d’Apple, je la connais.

Mon père est entré chez Apple quelques temps avant ma naissance.
J’ai donc toujours vécu avec Apple. Je suis tombé dedans quand j’étais petit, comme on dit. Et, pour poursuivre avec Goscinny, Apple était alors cette entreprise qui résistait encore et toujours à l’envahisseur. Un village gaulois, face à l’empire romain que constituaient IBM et Microsoft.

La potion magique d'Apple
Mais un village avec une potion magique
La potion magique d’Apple, c’est ce qui fait toute sa force. Et celui qui en connaissait la recette, c’est ce Steve Jobs dont tout le monde parle aujourd’hui. Steve n’était pas le chef du village, sans charisme, sans vision, mais bien Panoramix.
C’est lui qui a compris, presque immédiatement, que l’informatique était l’affaire de tous. C’est lui qui insuffle à Apple, depuis les premières années, un certain nombre de valeurs fondamentales. Demandez-moi quelles sont celles de Microsoft, ou de HP, ou de Dell, je suis incapable de vous répondre. Mais tout le monde connaît le Think different.





Une phrase de Steve Jobs a été reprise dans le livre de Jean-Marie Dru Beyond diruption qui en dit long sur la philosophie de ce chef d’entreprise :
Steve Jobs, pour moi, c’est avant tout ce patron en jean et col roulé noir, à l’allure éminemment cool (dans un univers jusque là très conventionnel), qui vient annoncer de bonnes nouvelles. J’attendais ses interventions avec impatience, parce que je savais d’avance qu’elles seraient bien préparées - pour la forme donc -, et qu’elles impliqueraient des changements à venir, pour le fond.
Or, depuis mes études littéraires, je sais qu’il est essentiel d’allier le fond et la forme. Steve Jobs l’a compris également (mais sans faire d’études supérieures).

Savoir communiquer
On connaît la force de communication d’Apple, d’ailleurs : une communication corporate solide, fondée sur une vision, et s’appuyant sur des produits aboutis, terminés, qui fonctionnent immédiatement. Une communication qui ne se contente pas de prôner, mais qui s’efforce de prouver. Sortir de l’incantatoire pour développer un discours probant : voilà l’une des clés de la réussite d’Apple. 
Steve Jobs a su comme personne allier la communication corporate et le marketing. 


Il a su combiner le meilleur des deux, en ouvrant un horizon, en donnant du sens à la communication de sa marque, sans jamais négliger les produits eux-mêmes. L'informatique doit être simple, efficace, accessible au plus grand nombre : voici l'iMac.

La fin d'une ère ?

Il s’en va, donc. Après avoir réussi. Il s’en va quelques semaines avant la sortie de l’iPhone 5 (qui sera probablement annoncée le 7 septembre prochain). Il s’en va alors qu’un iPad se vend toutes les deux seconde dans le monde, en moyenne. Il s’en va alors qu’Apple est au plus haut, en bourse. Il s’en va à présent que ce village gaulois est devenu un empire.



Reste à savoir ce que cette entreprise deviendra sans lui. À quoi ressembleront les keynotes, désormais ? Sa succession a-t-elle été suffisamment préparée ? Les investisseurs feront-ils confiance à Tim Cook ? Les médias trouveront-ils de quoi alimenter leurs histoires, sans ce personnage hors du commun ? La potion magique fera-t-elle effet, sans ce Panoramix contemporain ? 
Je n’ai pas la réponse à ces questions. Mais je sais que je vais suivre avec attention la sortie des prochains produits de la marque à la pomme

Car ils ont en commun, bien souvent, de réinventer pas mal de choses…

Webographie : 

Commentaires

  1. Merci pour cet article...
    Jean-Louis dans sa note du lundi cette semaine a fait également une analyse de fond, et j'ai commis ce billet:
    http://brunorives.blogspot.com/2011/08/steve-jobs-apple-sony-google-le-buddha.html

    RépondreSupprimer
  2. Voilà un post qui "résonne" bien dans notre famille, car notre vie familiale est depuis le début des années 80 très imprégnée de la saga Apple dans ses différentes manifestations ...
    Mon fils Matthieu avait 1 an et demi lorsqu'il a commencé à gribouiller avec la souris et MacPaint sur l'un des Mac 128k qui avaient été distribués à l'équipe commerciale d'Apple à la fin de l'été 1984. Son 1er Mac vraiment perso sera un iMac bondy blue signe du retour de Steve, puis un petit tour à Cupertino lors d'un voyage en Californie pour ses 18 ans, un job de Macintosh Sales Consultant pendant ses études ...
    Merci à Steve, Jean-Louis et les membres de ces fabuleuses équipes qui ont su, savent et sauront (j'espère) nous surprendre et nous émerveiller dans l'écosystème qu'ils ont créé. Plus forts que Panoramix qui limitaient la distribution de la potion magique à ses proches, ils ont su s'adresser à "the rest of us".



    P.S Ma Maman (79 ans) est sortie hier de l'Apple Store de Bordeaux, ravie de son stage "Premiers Pas avec l'iPad"... Signe des temps elle motivée pour moins utiliser l'iMac de son mari et devenir ainsi indépendante pour ses mails, ses chats vidéo, ses recherches sur le Net, ou pour voir les photos et vidéos de ses petits-enfants ... L'iPad, outil de libération des grand-mères ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr