Accéder au contenu principal

GR20

Les bourrasques de vent atténuent quelque peu la chaleur du soleil, mais soulèvent sable et poussière, ce qui encombre la respiration. Chaque pas devient plus difficile. La montagne corse se dresse devant moi. Je savais que le GR20 n’était pas une promenade de santé, mais je ne m’étais pas imaginé à quel point certains passages de cette randonnée étaient raides. 
Voilà plus d’une heure que je gravis ce versant, le col ne doit plus être bien loin. Ne pas réfléchir, ne pas s’arrêter, poursuivre sans se poser de question. À trop faire des pauses, on s’essouffle. Je n’ai aucune expérience de la randonnée - à part quelques semaines en colo, pour visiter les châteaux cathares, quand j’avais 12 ans -, mais je commence à comprendre certaines règles. Trouver un rythme de marche est la plus essentielle, sans doute.

Adrien est plus haut, et donc plus proche de la fin. C’est lui qui porte la gourde, et cela m’encourage à presser le pas. La perspective de cette récompense m’aide à persévérer. Je pourrais aussi attendre David, en contrebas (lui aussi a une bouteille d’eau accrochée à son sac) mais je préfère en finir.  Je pense à Robert Jordan, héros du roman d’Hemingway que je lis en ce moment, en l’imaginant dans les reliefs espagnols. S’inventer des histoires est le meilleur moyen de se dépasser physiquement, de ne pas penser à ses jambes douloureuses, à sa soif grandissante.
Les cailloux roulent sous mes pieds. À chacun de mes pas, le soleil semble taper un peu plus fort. Dans quelques minutes, je serai là-haut, allongé sur le flanc, à admirer une vue splendide : toute l’île-de-Beauté à la portée du regard : la mer méditerranée visible à l’ouest et à l’est, en même temps. Un vrai panorama. Mais je ne le sais pas encore. Pour le moment, je suis celui qui gravit la montagne, celui qui lève avec difficulté les jambes, celui qui peine, celui qui respire cet air brûlant, celui qui a soif.  Une phrase, prononcée un peu plus tôt par un randonneur inconnu, me revient : “Dis-toi qu’à chaque pas, tu n’as jamais été aussi proche du but”. Je la trouve un peu stupide, mais je m’y accroche malgré tout.
Voilà enfin le sommet ! Grandiose… À l’immense satisfaction d’être parvenu là-haut s’ajoutent d’autres plaisir. Le plaisir offert par le paysage, magnifique ; le plaisir du vent qui devient un allié réconfortant, après avoir été cet ennemi incessant pendant la montée ; le plaisir de retrouver d’autres marcheurs, à la mine réjouie, les jambes étendues, et profitant déjà pleinement du soleil ; le plaisir de savoir que le refuge n’est plus très loin, et qu’on pourra planter la tente, installer les affaires, se débarrasser quelques temps de ces sacs trop chargés, manger, et dormir, enfin.
Bon j’en rajoute un peu. La partie sud du GR20 que j’ai faite avec deux amis la semaine dernière - avant de profiter des plages du sud de la Corse - est moins difficile que la partie Nord. On marche beaucoup, c'est vrai, on escalade, on monte, on descend, on franchit divers col, mais ça reste accessible. Et ça vaut la peine ! Un vrai dépaysement, des chemins en pleine nature, des noms que je n’oublierai pas de sitôt : Vizzavona, Capannelle, Prati, Usciolu… Sans parler du sanglier corse ou de la Pietra. 
De vraies vacances, en somme. 

Commentaires

Aurélie a dit…
Plus que 17 jours avant de retrouver le maquis corse et des "bouts" du fameux GR20.
Merci pour l'escapade virtuelle en attendant la véritable échappée!
Basile a dit…
De rien Aurélie ! Enjoy !

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq