Accéder au contenu principal

Internet mérite notre attention

Voilà plus d'une heure que j'ère sur le web. À croire qu'il n'est pas tout à fait mort, cet ancêtre, malgré ce qu'affirmait Wired en une, il y a quelques temps déjà : The web is dead. Ou s'il est mort, je dois être un ver - parmi d'autres, bien sûr -, qui parcourt son cadavre en décomposition. 
Je me faufile, d'un site à un autre ; des sites que je connais bien, pour la plupart, d'autres que je découvre, en suivant les recommandations que me font mes semblables. Comme eux, je m'insinue, ici ou là. J'y passe mon temps, à défaut de le perdre en faisant autre chose. En faisant n'importe quoi.

Internet, ce “grand miroir

Pour reprendre le terme consacré, qui convient davantage peut-être, je navigue sur Internet. Je peux d'ailleurs reprendre les vers de Charles Baudelaire, à propos de la musique. Internet, souvent, “me prend comme une mer. Vers ma pâle étoile. Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther, je mets à la voile. La poitrine en avant et les poumons gonflés, comme de la toile, j'escalade le dos des flots amoncelés que la nuit me voile. (…) D'autres fois, calme plat, grand miroir de mon désespoir”. 


Le web est un grand miroir, incontestablement. C'était initialement une fenêtre, au travers de laquelle on observait le monde, et les autres, quels qu'ils soient. De plus en plus, ce que les géants du web nous donnent à voir, c'est une image de nous-mêmes. Ils savent grosso modo qui nous sommes, et nous offrent ce que nous voulons a priori.

Tout est encore à venir

Cela étant, rien n'est définitif. C'est d'ailleurs le principe de ce blog : l'avenir ne sera pas nécessairement tel qu'il semble se dessiner. Les jeux ne sont pas faits, et je ne suis pas de ceux qui crient à tue-tête “rien ne va plus !”. Tout est encore à venir. Tout reste à faire. 
Voilà un point important : il faut se réveiller, être attentif, suivre ce qui se passe, savoir ce qui se décide. Internet n'est pas qu'un outil révolutionnaire, dont on peut se servir sans réfléchir, en profitant de tout ce qu'il nous offre. Internet est une chance, qui peut à tout moment être gâchée. Il faut être vigilant, ne pas accepter les caricatures abjectes d'Hadopi, par exemple. Prendre conscience de tout ce qui est en jeu, ou du moins s'efforcer de comprendre.

Rester éveillé

Je disais déjà cela il y a un an, quand je commençais à découvrir le web social. Mais je le pense plus que jamais aujourd'hui. Le problème, avec ces fameuses nouvelles technologies - nouvelles depuis plus d'une décennie quand même, pour certaines d'entre elles -, c'est que les choses vont vite. On n'a souvent pas le temps de voir ce qui se trame : autre chose survient quasi-immédiatement.
Raison de plus, peut-être, pour s'intéresser au sujet, suivre les principaux débats (sur la net neutrality, la co-création, le crowdsourcing, le cloud-computing, le profiling persuasif, l'ouverture des données, la géolocalisation, etc.).

Je ne sais pas si le web est mort. C'est vrai que les applications changent la donne, et que la navigation online traditionnelle tend à disparaître. Mais ce qui est sûr, c'est que nous devons veiller sur toutes ces nouvelles technologies ; veiller pour qu'elles continuent de constituer un progrès ; veiller pour concrétiser, et pérenniser, ce progrès. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi