Accéder au contenu principal

Up in the air

J'ai peur de l'avion. Ou j'ai peur en avion. Les deux se disent, je crois. Ce n'est pas un secret pour ceux qui me connaissent, mais pour autant, je m'en vante assez peu. À vrai dire, je n'ai pas toujours eu peur de l'avion. Pendant longtemps, je trouvais même ça assez magique, et l'idée de parcourir le ciel à 1000 km à l'heure et à 10 000 mètres d'altitude me paraissait plutôt séduisante. J'admirais les hommes, tous ces ingénieurs, ces inventeurs, ces personnes assez folles pour imaginer que l'on puisse voler, nous aussi. J'aimais contempler les mers de nuages, j'aimais traverser les cieux, découvrir cent paysages, faire le tour du monde en moins de 80 heures.

Mais sans rentrer (trop longuement) dans les détails, il se trouve que j'ai eu une expérience assez traumatisante il y a quelques années. Ça a commencé par une odeur de brûlé, sur un vol Paris-Los Angeles, alors que nous étions encore au-dessus de l'Atlantique. Un feu s'était déclaré dans le cockpit, après “un court-circuit dans le système de dégivrage”. L'équipage ayant mit un certain temps à l'éteindre, une fissure s'était formée sur le parre-brise de l'appareil. 
Une fissure de 30 centimètres sur le parre-brise de l'avion, à 10 000 mètres d'altitude, et à 1000 km / heure. 

Nous commençons notre descente

Ça a fini par un atterrissage forcé, dans un aéroport de tourisme, au Canada. Sous la neige. 
Rien dans les médias (si ce n'est une brève sur France Info, et bien sûr pas mal de reportages dans les journaux locaux). 
J'ai découvert ce jour là deux choses :

• Les tobogans de l'avion peuvent servir à quelque chose (en l'occurrence, c'était le meilleur moyen de faire descendre les passagers, dans un aéroport qui ne comptait dans ses infrastructures aucune échelle suffisamment grande). 
• Le moyen de transport connu pour être le plus sûr du monde n'était pas infaillible, et je pouvais moi me trouver dans un appareil, à voir des passagers prier et des hôtesses pleurer juste avant un atterrissage.

Ce qui n'est pas rassurant, croyez-moi.


C'était il y a quelques années, et pendant tout ce temps, j'ai eu peur de l'avion. Les vols que j'effectuais ensuite se passaient globalement bien, mais je rêvais souvent de crashs ou de problèmes techniques en plein ciel. Je me souviens d'un cauchemar en particulier ou je prenais soudainement conscience que le plancher de l'appareil dans lequel je me trouvais avait disparu, et que tous les passagers avaient les jambes dans le vide. 

Faire du ciel le plus bel endroit de la terre 

Ce genre de rêves là.
Des rêves un peu angoissants, disons.


Alors que je m'intéressais à la communication, j'ai découvert que les pubs pour les compagnies aériennes mettaient rarement en avant la rapidité de leurs appareils. L'avion, pourtant trois fois plus rapide que le train, n'était pas mis en avant. Souvent, on le faisait même disparaître totalement. 


En parlant de plancher d'avion, et de publicité, Airbus s'est aujourd'hui fait plaisir, en imaginant l'avion du futur. Un avion avec un toit transparent.


De quoi faire rêver, pour le coup. 

Ma vie en l'air

En attendant, je crois que j'ai de moins en moins peur. Ce récent voyage à New-York, par exemple, s'est très bien passé. Je ne suis pas particulièrement fan des turbulences, ou du décollage et de l'atterrissage. Chaque bruit suspect éveille immédiatement une inquiétude plus ou moins contrôlée. Mais plus ça va, plus je me fais une raison. 
Un jour, peut-être, je prendrai l'avion en étant tout à fait serein.
Et celui-ci volera peut-être à 15 000 mètres d'altitudes, et à 3 000 km à l'heure. Avec un toit transparent. 

Mais si quelqu'un pouvait inventer la télé-transportation indolore d'ici là, ça m'arrangerait. 
Merci. 



Commentaires

Jibou a dit…
Salut Basile,

Sympathique petit article !

Je pense que ce ted talk (http://www.youtube.com/watch?v=8_zk2DpgLCs) serait un très bon complément ;)

A+
Jibou
Basile a dit…
Excellent, merci.
ennA a dit…
C'est normal, ta peur de l'avion est justifiée. Moi, je ne sais pas si j'ai peur de l'avion, vu que je ne l'ai jamais pris. Voilà, voilà! :-D
Basile a dit…
Oui, c'est une bonne façon de ne pas avoir peur.
Mais je te souhaite malgré tout de le prendre un jour, en espérant que tu ne profites que des aspects positifs de cette expérience ! :)

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq