Accéder au contenu principal

Une ville debout


Me voici à New-York, pour quelques jours. Je prends le temps de découvrir – ou de redécouvrir - cette ville, qui a la particularité de « se tenir debout », comme l’écrivait Céline. J’arpente ses rues, en prenant conscience que l’on marche beaucoup, à New-York, je traverse ses ponts, je monte dans ses taxis, dans ses rames de métro.

Quelques instants marquants, dans le désordre :
Le Moma, ses œuvres connues, reconnues, dispatchées les unes à côté des autres, sans grande cohérence chronologique. Étrange impression d’errer dans les couloirs d’un musée qui rassemble confusément des monuments de l’art, des icônes bien familières. Van Gogh côtoyant Picasso, Henri Rousseau, Paul Cézanne, ou encore Buren. Léger malaise en voyant les visiteurs se prendre en photo devant les Demoiselles d’Avignon, avec le flash, comme ils le feraient devant je-ne-sais quelle façade touristique. Il y a des choses qui ne se font pas.

Une promenade dans Central Park, des écureuils, des joggers, des flics américains buvant leur café au petit matin, tout ça dans une ambiance bien particulière, qui ne m’est pas tout à fait étrangère.
Et puis aussi Time Square, de nuit, avec toute cette lumière, tous ces gens.

Une soirée à la terrasse d’un café sympathique de Brooklyn, sur la Bedford Avenue. Avec le soleil qui se couche sur Manhattan, de l’autre côté de la baie. Des discussions importantes, avec un ami qui m’est cher.
Des collègues, traversant l’un des grands axes new-yorkais, s’arrêtant pour prendre une photo, au beau milieu du passage piétons, comme il est nécessaire de le faire. Le décor planté : les buildings jaillissant vers le ciel, les regards des touristes tournés vers ces sommets, les taxis jaunes, les quidams new-yorkais absorbés à l’objet immédiat de leur vie, la fumée s’échappant du trottoir.

Des réunions, des conférences, des trajets, des rencontres.

Seul dans une chambre d’hôtel, à regarder CNN à 6 heures du matin. Vont-ils parler de Strauss Kahn ? Que vont-ils en dire ? Ils en parlent, mais brièvement ; juste histoire de rappeler que les Français ont une mentalité si différente, entre un sujet sur le Yémen et un sur l’état de l’économie américaine.

J’aime New-York, peut-être un peu comme j’ai aimé Venise. Ces villes dont on a tant parlé, qui ont été décrites, dépeintes, filmées, des milliers de fois, et qui continuent d’être surprenantes, habitées, et vivantes. Ces villes que l’on peut appréhender différemment à chaque fois. Ces villes éminemment dépaysantes

Commentaires

  1. Toujours bien, la référence à LF Céline de la "ville debout"..

    Bob Dylan dans l'une de ses premières chanson parle de sa fascination pour le mouvement inversé des gratte-ciels montés à l'assaut du ciel et des gens qui s'engouffrent dans le métro ( dans Talkin' New York )
    "People going down to the ground, buildings going up to the sky.."

    J'ai écrit un petit texte/ poème sur New York, ça peut t’intéresser http://www.poisson-rouge.info/2011-05/michigan-avenue/

    On en reparle, ton blog est cool
    Marc

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr