Accéder au contenu principal

Une ville debout


Me voici à New-York, pour quelques jours. Je prends le temps de découvrir – ou de redécouvrir - cette ville, qui a la particularité de « se tenir debout », comme l’écrivait Céline. J’arpente ses rues, en prenant conscience que l’on marche beaucoup, à New-York, je traverse ses ponts, je monte dans ses taxis, dans ses rames de métro.

Quelques instants marquants, dans le désordre :
Le Moma, ses œuvres connues, reconnues, dispatchées les unes à côté des autres, sans grande cohérence chronologique. Étrange impression d’errer dans les couloirs d’un musée qui rassemble confusément des monuments de l’art, des icônes bien familières. Van Gogh côtoyant Picasso, Henri Rousseau, Paul Cézanne, ou encore Buren. Léger malaise en voyant les visiteurs se prendre en photo devant les Demoiselles d’Avignon, avec le flash, comme ils le feraient devant je-ne-sais quelle façade touristique. Il y a des choses qui ne se font pas.

Une promenade dans Central Park, des écureuils, des joggers, des flics américains buvant leur café au petit matin, tout ça dans une ambiance bien particulière, qui ne m’est pas tout à fait étrangère.
Et puis aussi Time Square, de nuit, avec toute cette lumière, tous ces gens.

Une soirée à la terrasse d’un café sympathique de Brooklyn, sur la Bedford Avenue. Avec le soleil qui se couche sur Manhattan, de l’autre côté de la baie. Des discussions importantes, avec un ami qui m’est cher.
Des collègues, traversant l’un des grands axes new-yorkais, s’arrêtant pour prendre une photo, au beau milieu du passage piétons, comme il est nécessaire de le faire. Le décor planté : les buildings jaillissant vers le ciel, les regards des touristes tournés vers ces sommets, les taxis jaunes, les quidams new-yorkais absorbés à l’objet immédiat de leur vie, la fumée s’échappant du trottoir.

Des réunions, des conférences, des trajets, des rencontres.

Seul dans une chambre d’hôtel, à regarder CNN à 6 heures du matin. Vont-ils parler de Strauss Kahn ? Que vont-ils en dire ? Ils en parlent, mais brièvement ; juste histoire de rappeler que les Français ont une mentalité si différente, entre un sujet sur le Yémen et un sur l’état de l’économie américaine.

J’aime New-York, peut-être un peu comme j’ai aimé Venise. Ces villes dont on a tant parlé, qui ont été décrites, dépeintes, filmées, des milliers de fois, et qui continuent d’être surprenantes, habitées, et vivantes. Ces villes que l’on peut appréhender différemment à chaque fois. Ces villes éminemment dépaysantes

Commentaires

  1. Toujours bien, la référence à LF Céline de la "ville debout"..

    Bob Dylan dans l'une de ses premières chanson parle de sa fascination pour le mouvement inversé des gratte-ciels montés à l'assaut du ciel et des gens qui s'engouffrent dans le métro ( dans Talkin' New York )
    "People going down to the ground, buildings going up to the sky.."

    J'ai écrit un petit texte/ poème sur New York, ça peut t’intéresser http://www.poisson-rouge.info/2011-05/michigan-avenue/

    On en reparle, ton blog est cool
    Marc

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi