Accéder au contenu principal

Quelques mots sur les mots de passe


Autrefois (si vous saviez comme j’aime commencer de cette façon, alors que je n’ai pas 25 ans), il fallait retenir les numéros de téléphone par cœur ; ou posséder un carnet, éventuellement, et l’emporter toujours avec soi. J’ai quelques restes de cette époque ancienne : certains numéros sont inscrits à l’encre indélébile dans ma mémoire. Dix chiffres, à chaque fois, pour lesquels il était nécessaire de trouver un moyen mnémotechnique, une cohérence, une suite logique.

Mémoriser ces numéros ne rimerait à rien aujourd’hui. Les smartphones sont là pour organiser nos carnets d’adresse, les synchroniser, les ordonner. Une photographie de la personne que l’on souhaite appeler nous aide à la reconnaître en un coup d’œil, sans effort. La mémoire n’intervient plus directement dans le processus d’appel téléphonique.

Mots de passe et codes secrets

Comme quoi, le progrès, c’est bien.
Mais le progrès, c’est aussi Facebook, Twitter, Gmail, iTunes, LinkedIn, Foursquare et tous ces autres sites qui exigent des utilisateurs des mots de passe. On peut utiliser le même, bien entendu, pour chacun de ses comptes. Mais souvent, - parce que ça s’est fait progressivement, qu’on a voulu changer un peu, ou simplement pour des raisons de sécurité -, on possède plusieurs mots de passe. Je suis sûr que certains ont même un mot de passe différent pour chacun de leurs comptes.
Pour le coup, il vaut mieux avoir une bonne mémoire.


Un mot de passe. Ça nous paraît naturel, mais ça ne l’est pas nécessairement. C’est un concept (comme celui de codes secrets) : une formule magique qui ouvre l’accès à des espaces réservés, personnels, confidentiels. Un abracadabra miraculeux qui révèle en un instant le contenu d’une boite mail.

Dis-moi ton mot de passe, je te dirai qui tu es

Un mot de passe n’est pas toujours un mot, d'ailleurs. Ça peut être une suite de lettres, de chiffres et de symboles, sans cohérence a priori. Ou un nom propre. Ou encore le mot d’une langue étrangère. Ça peut être à peu près tout, et n’importe quoi.
C’est ce que j’aime bien, d’ailleurs, avec ces fameux passwords.
Bien plus intéressants que les simples codes pin, indispensables pour se connecter à ces smartphones qui ont fait disparaître de nos mémoires les numéros de téléphone.

Maux de mémoire

Une récente analyse de Daniel Amitay, un développeur américain, listait les codes les plus courants. Ainsi, sur plus de 200 000 combinaisons prises en compte, les dix séries de chiffres les plus utilisées sont les suivantes :
1234
0000
2580
1111
5555
5683
0852
2222
1212
1998
La plupart des mots de passe les plus utilisés suivent des formules classiques, comme le fait d’enchaîner 4 chiffres identifiques, de monter ou de descendre le long du clavier (pour le 2580 et le 0852), de répéter des chiffres…”, explique Slate, qui reprend ses propos.

Cela met en lumière les problèmes rencontrés par nombre d’utilisateurs en terme de mémorisation. Les mots de passe finiront bien par disparaître un jour. Quand l’identification se fera par des techniques biométriques (analyse de l’empreinte digitale, via un écran tactile, ou analyse oculaire, via Facetime par exemple…), ces formules magiques deviendront totalement obsolètes. Les mots de passe n'auront été que des mots de passage. 

En attendant, je vous laisse sur cette vidéo, assez hypnotique, qui présente pas moins de 25727 mots de passe :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent