Accéder au contenu principal

Pourquoi rejoindre Twitter

Twitter, je ne sais plus très bien comment ni pourquoi je m'y suis mis. Je sais que ça m'a pris un certain temps, avant de me faire à l'outil, avant de comprendre son intérêt. Ça fait quelques années que j'y suis, que j'y passe du temps, que j'explore ses différentes facettes. Quelques années que je suis des personnes sur Twitter.
Car c'est bien de cela qu'il s'agit. 

Envol

Et c'est de loin l'outil, ou le réseau, qui me semble le plus moderne, le plus prometteur, le plus intéressant. En dépit de cette évidence, je sais que pour une grande majorité de personnes - parmi ma famille, mes amis, mes proches, mes collègues, mes compatriotes -, ce site de micro-blogging n'inspire pas grand chose (seuls 7 % des internautes français sont inscrits sur Twitter, selon l'Ifop).

Aussi, en commençant ce post, je suis contraint de me poser la question : qu'est-ce qui m'a pris, un beau jour, de créer un compte sur cette plate-forme ? Qu'est-ce qui a été déterminant pour moi ? Quelle a été la goutte d'eau ?


Je pense que c'est ce que j'en avais lu dans la presse. Car déjà, la presse en parlait. Désormais, les médias accordent une place considérable à cet outil. L'affaire DSK l'illustre bien. Les journalistes ont les yeux rivés sur le site de micro-blogging, et pour une raison simple : Twitter est une source inépuisable d'information. D'informations fraîches, qui plus est. D'ailleurs, ce n'est pas une source mais le point de confluence de très nombreuses sources
En effet, en suivant une personne, vous vous abonnez à son fil Twitter. C'est comme un fil AFP, personnalisé. Et non, cet individu, a priori, ne vous racontera pas qu'il a mangé une pomme. Il partagera avec vous une information qu'il juge pertinente, en intégrant à son tweet de 140 caractère un lien, vers une source plus abondante.

Toute information apparait d'abord ou très vite sur Twitter. Pour se propager ensuite, et éventuellement, dans ce que l'on appelle déjà les médias traditionnels. Entendez : les vieux médias
Ô, temps ! Suspends ton vol !

Sur Twitter, le temps n'est pas celui que vous connaissez. Vous découvrez assez vite ce que signifie l'instantanéité. Jusque là, vous maitrisiez encore assez mal ce concept. La nanoseconde devient votre échelle de temps. Tout se déroule immédiatement. Tout se passe en temps réel, comme on dit. Un temps que vous ne connaissiez pas véritablement jusqu'alors, sur le Web ; et de fait, un e-mail est bien plus lent qu'un tweet. 

Mais l'intérêt de Twitter ne réside pas seulement dans cette particularité. Je connais parmi mes amis de nombreuses personnes qui se portent très bien, sans avoir besoin d'être au courant des toutes dernières actualités. Pour vivre, il n'est a priori pas nécessaire d'être le premier informé.
Si je cherchais à convaincre certains de mes lecteurs de se mettre à Twitter, ou au moins d'essayer (et d'essayer vraiment, je veux dire : plus qu'une demi-journée), il ne faudrait pas que je me limite à cet aspect. D'autant qu'il y a d'autres intérêts, réels. 


Entrez, c'est ouvert !

Twitter, contrairement à Facebook, est un vrai réseau social. On ne décide pas pour vous des contenus les plus pertinents, qui s'affichent sur votre Time Line. Non. C'est vous qui choisissez de suivre les personnes qui postent des contenus intéressants. À tout moment, vous pouvez arrêter. Et ce qui est mieux : vous êtes libre de suivre qui vous voulez. 
La consigne est simple : suivez vos passions. 


En fonction de vos intérêts, vous allez découvrir au fur et à mesure des personnes qui tweetent régulièrement des liens que vous jugez pertinents. Vous pouvez retweeter ces messages, ce qui vous permet de les divulguer à votre tour à vos propres followers. 

Join the conversation

Pendant les premiers temps, c'est normal, on peine à s'y retrouver. C'est en forgeant que l'on devient forgeron. Twitter est, à ce sens, un vrai outil : il faut un certain temps, et plusieurs étapes, avant de savoir s'en servir. Mais je ne connais personne qui a quitté cette plate-forme, par dépit par exemple, une fois ces étapes passées. On devient vite addicted
Selon @naro (que je vous recommande de suivre), il faut passer la barre des 150 followers pour que ça devienne proprement intéressant. Ce qui est vrai, c'est que Twitter permet, dès lors que l'on compte quelques followers, une réelle interaction. Cette plate-forme offre de réels espaces de conversation. Vous pouvez entrer en relation avec de parfaits inconnus, et échanger sur un sujet, très simplement. Et vous pouvez même le faire de façon privée, si vous vous suivez mutuellement.

Un dernier mot : n'ayez pas peur ! Très vite, vous comprendrez les usages, vous saurez ce que signifie un hashtag, une time line, un #FF. Il ne s'agit pas de sortir de son œuf, puis de faire le grand saut en s'envolant du nid. Non. Il s'agit simplement de rejoindre un fil, où sont déjà installés de très nombreux oiseaux, et de gazouiller gaiement avec eux.

Commentaires

  1. "Il faut être absolument moderne" n'est-ce pas ? Rejoindre le fil plutôt que rester seul sur une branche.
    Mais alors je m'interroge : quelle place pour le solitaire dans cette modernité ?

    RépondreSupprimer
  2. @Gaëlle -> ben... déjà, si vous êtes "le solitaire", vous ne l'êtes déjà plus (par ce commentaire). Et si ce n'est pas vous, laisse-le seul dans son coin :-D

    RépondreSupprimer
  3. Julien P. @ultrabios2 juin 2011 à 15:34

    Merci pour ce décryptage intéressant, cependant tu n'evoques pas vraiment l'aspect élitiste de twitter fréquenté me semble t-il par les gens féru d' information c'est vrai mais qui sont-ils ? Des technophiles, développeurs, geeks, communiquant, pubards. Hormis les peoples et leurs fans - il faudrait voir les chiffres - mais twitter me semble être une Communoté avec une certaine éducation et élitiste , et comme tu le disais c'est pas l'utilisateur Facebook.

    RépondreSupprimer
  4. Pour le moment, en France du moins, c'est évident. L'utilisateur type de Twitter n'est pas monsieur Toutlemonde. Mais les choses peuvent évoluer. Et je souhaitais parler de l'outil avant tout, de ce qu'il offre, de sa portée.
    Merci pour ce commentaire en tout cas !

    RépondreSupprimer
  5. Je voudrais savoir, pour une personne lambda, qui va de temps en temps sur Facebook mais surtout aime s'informer sur l'actu, en quoi twitter est important ??? Si vous n'avez pas une connection internet à chaque moment de la journée, à quoi ce la peu servir ????

    RépondreSupprimer
  6. Peut-être que vous trouverez des éléments de réponse dans cet autre billet : http://basilesegalen.blogspot.com/2011/10/twitter-retour-aux-sources.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr