Accéder au contenu principal

Le monde de demain

Se projeter dans le futur, et imaginer à quoi ressemblera le monde de demain. C’est un exercice auquel on se prêtait volontiers, à la fin du XXe siècle. On cherchait à se représenter l’an 2000, si proche, et si prometteur.

Ce n’est sans doute pas un hasard si L’Odyssée de l’espace se déroule en 2001. Plus on s’approchait de cette échéance, plus on pouvait imaginer un monde futuriste. Un monde où l’on pourrait par exemple communiquer à distance, par vidéo-conférence, un monde où la conquête spatiale se poursuivrait, un monde où l’on serait interconnectés, où l'informatique prendrait réellement tout son sens…


L'an 3000, c'est trop loin

C’est différent, aujourd’hui, puisque nous sommes au début d’un nouveau millénaire (une décennie, déjà, de franchie). Le futur n’a plus tellement de date
Nous y sommes. 

On peut aujourd’hui communiquer en une seconde avec le monde entier. On peut se voir immédiatement, où que l’on se trouve.

On peut s’entendre. On peut savoir où se trouve tel ou tel individu. On peut envoyer des centaines de milliers de lettres en un instant. Et même imprimer des objets en 3 dimensions.

Le magique réalisé

Ce qui paraissait magique dans la littérature, il n'y a dix ou vingt ans, est en grande partie possible aujourd'hui. Si les voitures ne volent pas, il est tout à fait possible de les faire voler. Cela ne serait pas magique, pas incroyable. Des millions de personnes voyagent en permanence dans le ciel.
Les effets spéciaux des films tels que Star Wars, Le Seigneur des Anneaux ou même Harry Potter sont pour la plupart superflus désormais. La carte du maraudeur, qui permet au héros à lunettes de savoir où se trouve quiconque, en temps réel, n'a rien de fantastique de nos jours. Ce n'est plus un pouvoir magique, c'est une application iPhone. La cape d'invisibilité n'a rien d'incroyable, dans l'absolu. Les journaux ou affiches animées encore moins. 


Il est même possible de créer des hologrammes, comme dans La Guerre des Étoiles. J'en ai vu sur CNN, au moment des présidentielles américaines, en 2008. 

Les nouvelles frontières fantastiques

Que reste-t-il alors ? La télé-transportation, sans nul doute. Le pouvoir d'attirer à soi des objets, à distance, par la pensée (LA grande force du Jedi).
Et surtout tout ce qui ne pouvait pas être imaginé avant. Il faut donc se poser la question : qu'est-ce que les transformations actuelles, dans le secteur des nouvelles technologies de l'information et de la communication, changent vis-à-vis du fantastique ? 
Le monde futuriste est à réinventer.
Car de fait, en se projetant, en imaginant les évolutions les plus folles, en écrivant, en inventant, en dessinant de nouvelles frontières, en jouant à prédire de magnifiques changements, en esquissant le monde de demain… on finit par le construire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi