Accéder au contenu principal

Le passé, lui aussi réinventé

Certains de nos souvenirs semblent irréfutables, et pourtant, la mémoire nous joue des tours, indiscutablement. La neuro-science nous le prouve continuellement, et plusieurs études confirment cette “illusion du souvenir”.

J'ai le sentiment de me souvenir de pas mal de choses. Si je cherche quelques images - sensations ou impressions - qui correspondent à des instants de mon passé, j'en entrevois plusieurs. Et si je poursuis l'effort de mémorisation, je peux même me replonger plus ou moins dans l'état d'esprit qui était le mien alors. Mais cette réminiscence est-elle fidèle à ce que je ressentais véritablement, au moment présent ?
C'est ce que je pensais auparavant.

Souvenir, souvenir

C'était avant de lire un article très intéressant - intitulé “La science montre que vous êtes stupide”. Abordant la question de la mémoire, mais aussi celle de la conscience, ou celle de la volonté, l'auteur de cet article démontre que tout ce dont on se souvient est en fait une réinvention pure et simple de la réalité

Plusieurs expériences ont montré que nous construisons nous-mêmes nos propres souvenirs, nous les forgeons, peu à peu. Il suffit de prendre l'exemple du psychologue Ulri Neisser, qui a demandé à une centaine d'étudiants - individuellement - de décrire leur perception d'un événement historique : l'explosion de la navette Challenger, en 1986. L'exercice consistait à répondre à quelques questions simples : où ils se trouvaient, avec qui, comment ils s'étaient sentis, quelles pensées étaient venues à leur esprit.

Deux ans et demi plus tard, on a rassemblé les mêmes étudiants pour leur demander de répondre à nouveau par écrit aux mêmes questions. Lorsque les nouvelles descriptions ont été comparées avec les originales, elles ne correspondaient pas. Lieux, personnes, sentiments, premières réflexions : les étudiants avaient modifié leur version des faits. De plus, lorsqu'ils ont été confrontés à leur première description, ils étaient tellement attachés à leurs "nouveaux" souvenirs, qu'ils avaient du mal à croire leurs anciennes versions”.


Ce qui est particulièrement intéressant, c'est l'illusion du souvenir. Mon souvenir est net, mais j'apprends qu'il ne correspond pas à la réalité

Une incessante réinvention

Dans le prolongement de cela, un certain nombre de scientifiques soulignent que la pensée elle-même doit être reconsidérée. Toujours dans le domaine des neurosciences, diverses expériences ont montré que l'homme a tendance à justifier ses propres pensées

Les neuroscientifiques Michael Gazzaniga et Roger Sperry ont constaté que les personnes qui ont un corps calleux (le pont entre le cerveau droit et gauche de l’épaisseur d’un pouce) rompu, agissent avec deux “volontés” différentes : 
“(…) L’hémisphère gauche est en charge du langage. L’hémisphère droit est en charge de la vue. Si vous montrez furtivement l’image d’une cuillère à l’œil du cerveau droit d’un patient atteint d’une section du corps calleux, il vous dira qu’il ne voit rien. Si vous lui demandez de prendre un objet par la main qui correspond à l’hémisphère droit, le patient prendra la cuillère qu’il prétendait ne pas voir tout en étant incapable de savoir ce qu’il tient dans la main. 
 Lorsque Sperry a montré furtivement un écriteau “MARCHE” à l’hémisphère droit en charge de la représentation visuelle, le patient s’est levé et a traversé la pièce. Mais lorsqu’on lui a demandé pourquoi il venait de le faire, il (le cerveau gauche en charge du langage) a répondu : « To get a coke (pour avoir un coca) ». Imaginez l’étonnement de Sperry à ce moment là, alors qu’il connaissait la véritable raison du déplacement du patient. L’hémisphère du langage parvient à émettre spontanément une réponse, mais le propriétaire du cerveau n’en avait aucune idée”.
J'imagine qu'il s'agit là surtout d'hypothèses scientifiques. Mais tout cela fait réfléchir. D'autant que l'idée selon laquelle notre volonté doit être grandement nuancée a été défendue philosophiquement depuis de nombreuses années, en particulier par Spinoza, puis Schopenhauer.

Pour revenir aux souvenirs, je ne sais pas si tout cela est profondément angoissant ou au contraire très rassurant. Mais là encore, Lavoisier semblait avoir raison, quand il déclarait : “Rien ne se perd, rien ne se crée. Tout se transforme”.

Dans quelques temps, vous vous souviendrez peut-être de ce billet, lu sur le web, un jour d'hiver. Mais votre cerveau l'aura probablement retravaillé d'une toute autre façon.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq