Accéder au contenu principal

Facebook : l'impérissable empire

Un récent blog, hébergé par L'Express.fr, affirmait la fin prochaine de Facebook.  Ce post a attiré beaucoup de monde hier, si l'on en croit le nombre de tweets et retweets. Et la plupart des commentaires étaient, à ma grande surprise, plutôt positifs. 

À ma grande surprise, car à mon sens, considérer Facebook comme tout à fait périssable, c'est se tromper lourdement. La phrase, extraite du billet susdit : “Facebook est condamné à subir ce qu'il a infligé aux Skyblogs ou à MySpace : une ringardisation accélérée”, est pour moi assez sidérante. D'autres phrases m'ont totalement ahuri d'ailleurs. Comme par exemple : “Facebook redeviendra (…) tranquillement ce qu'il est : une version moderne des pages blanches”.

Cela correspond à des conceptions vieillies. C'est ce que l'on pouvait penser, et affirmer, au tout début de Facebook, à condition de n'avoir aucune intuition. Mais plus aujourd'hui.

Facebook n'est pas ou plus un simple site communautaire. L'effet de mode, ou de foule, ne suffit pas à expliquer son succès. Cela fait longtemps que nous sommes au-delà d'un simple phénomène. Facebook, comme chacun sait, comptera bientôt 600 millions de membres. 600 000 000.

Facebook ou la pérennité du frigidaire

Facebook est connu dans le monde entier. Il s'imposera peut-être bientôt en Chine. Des centaines de milliers de personnes s'y connectent quotidiennement, et y passent un temps fou. Le site intègre désormais la géolocalisation. Bientôt la recherche sociale. Il développe son propre système de paiement. Sans parler des algorithmes de recommandation. Il s'infiltre partout, sur le Web. Ce n'est plus un site Internet à proprement parler. C'est bien plus que cela. 
Avant Facebook, le réseau social n'existait pas vraiment. L'identité numérique ne correspondait à rien. Les entreprises n'avaient que des sites-vitrines sur Internet.


Et si Facebook ne disparaissait jamais ? Et s'il s'agissait justement du premier empire impérissable ? Comme le frigidaire, marque aujourd'hui entrée dans les usages et le vocabulaire, Facebook s'impose actuellement pour une certaine éternité.
C'est toute la différence avec de très nombreux sites.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq