Accéder au contenu principal

Chacun a sa façon de regarder la nuit

J'ai eu de nombreuses occasions de discuter, au cours de ma vie, de divers sujets, avec de nombreuses et diverses personnes. Très souvent, il m'est arrivé de me trouver face à des interlocuteurs qui soulevaient, avec force et conviction, certains problèmes majeurs. Que cela concerne la société, la famille, l'individu, - que-sais-je encore ? - un diagnostic précis et sensé m'était proposé.
Ces problèmes étaient sans doute incontestables, et je reconnaissais volontiers leur existence ; mais ils avaient en commun d'être livrés tels quels, de façon brute, sans qu'à aucun moment une issue éventuelle ne soit envisagée. 

Se résoudre ou persévérer 

Bien sûr, pour tout problème, il n'y a pas nécessairement de solution. Du moins je ne le crois pas. Les mystères sont nombreux, et heureusement. Mais de la même manière que j'essaye de préserver jour après jour l'optimisme hérité de mon enfance, je m'efforce de défendre autant que possible l'idée de persévérance
À partir du moment où l'on soulève une défaillance, un dysfonctionnement, il faut chercher à résoudre ce manque, à combler cette déficience. Se contenter d'émettre un diagnostic, c'est se résoudre à l'impuissance.
“Celui qui voit un problème et qui ne fait rien fait partie du problème”. Gandhi
Encore une fois, il n'est pas toujours facile d'agir. Dans certains cas, l'irrémédiable semble s'imposer. Mais j'aime sans doute encore plus les Don Quichotte qui s'évertuent à combattre des moulins, pour se retrouver “dans la boue (…) - ou bien, dans les étoiles” (pour reprendre la formule de Cyrano de Bergerac, dans la pièce d'Edmond Rostand. 
Cyrano qui va encore plus loin, en affirmant par la suite : “Que dites-vous ?… C'est inutile ?… Je le sais ! Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès ! Non ! non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !”). 
Even if we can't
Sans chercher à atteindre la lune pour autant, sans me fixer de nouvelles frontières, incessamment, sans défendre un progressisme absolu, je tiens à adopter un état d'esprit qui soit compatible avec cette idée de persévérance. Ce qui me décourage le plus sans doute, c'est l'idée qu'il n'y a rien à faire, que la situation est désespérée. Et pour citer une nouvelle fois Victor Hugo sur ce blog : 

“Vous, vous contemplez l'ombre, et l'ombre, et l'ombre encor, 
Soit. C'est bien. Vous voyez, pris sous de triples voiles,

Les ténèbres, et nous, nous voyons les étoiles. 

Nous cherchons ce qui sert. Vous cherchez ce qui nuit. 
Chacun a sa façon de regarder la nuit”. 

Commentaires

  1. j'ai aimé votre façon de voir la nuit et ...sa vie. Je suis donc allée butiner sur votre blog. Et je fus bien surprise de constater que vous travaillez "chez" BNP. Je n'imaginais pas qu'une banque puisse être aussi accueillante. Manque de poésie sûrement

    RépondreSupprimer
  2. "à" BNP Paribas, je ne sais pas si c'est très correct non plus.
    Et certaines banques sont très accueillantes, détrompez-vous chère commentatrice anonyme.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,