Accéder au contenu principal

Une bouteille à la mer


Un jeune adolescent a récemment découvert, sur une plage de Russie, une bouteille contenant un message écrit vingt-quatre ans plus tôt. Ce fait divers* a été repris par plusieurs journaux français aujourd’hui. Avec le témoignage du jeune homme : “peu de gens sont assez chanceux pour trouver une lettre dans une bouteille”.

Le message ne contenait en lui-même rien de très intéressant, mais le fait qu’il ait ainsi voyagé au travers des mers pour finalement échouer et être enfin découvert, lui donne une teinte particulière. 
Toujours est-il que cette phrase m’a interpellé : “peu de gens sont assez chanceux pour trouver une lettre dans une bouteille”.

Le concept de « bouteille à la mer » prend un sens nouveau avec la simplification de la correspondance. Des centaines de milliers d’e-mails s’échangent chaque seconde. Chacun reçoit des messages dans son « inbox », quotidiennement. Rares sont les plates-formes de communication qui n’intègrent pas de boite mail. Les réseaux sociaux ont leurs propres DM (direct messages).
Mais justement. La bouteille à la mer a l’avantage de sortir de cette communication instantanée à laquelle nous sommes tous désormais habitués. Elle implique non seulement un délai, mais aussi une histoire. Comme les lettres qui mettaient plusieurs mois avant de parvenir à leurs destinataires, le message de la bouteille à la mer suit un long cheminement.

Ce serait bien que certains messages soient aujourd’hui arbitrairement retenus quelques temps, pour être délivrés ensuite. La sélection pourrait être aléatoire, en prenant soin d’éviter les messages les plus urgents, bien entendu.
Recevoir une lettre pourrait redevenir une surprise.

Il faudrait inventer une application « bouteille à la mer ». On laisserait un message, de cent quarante caractères éventuellement. Celui-ci pourrait voguer dans un océan virtuel, pendant plusieurs semaines, en attendant qu’un inconnu ne le découvre. Et décide éventuellement d’y répondre.

Je suis sûr qu’il y aurait quelque chose à faire.

* Spéciale dédicace à Hugo.

Commentaires

  1. Les conséquences peuvent être dramatiques, tel qu'on peut le lire dans "L'homme qui rit" de Victor Hugo.
    Concernant une application "bouteille à la mer", je crains que cette "twitter bottle" ne soit automatiquement rejetée comme spam de par son caractère aléatoire.

    RépondreSupprimer
  2. En effet. Mais je pensais plutôt à une solution qui s'apparenterait à cette initiative là, dans l'idée : http://bit.ly/dD079I

    RépondreSupprimer
  3. Sinon on a toujours #jeudiconfession ;-) Moins glamour, je le reconnais.

    RépondreSupprimer
  4. http://www.influencia.net/fr/actualites1/bouteille-mer,44,1513.html


    Incroyable ton influence Basile :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr