Accéder au contenu principal

Intelligence humaine artificielle

Bien souvent, lorsque l'on songe à un avenir fait de robots, sans se poser davantage de questions, et en se fondant sur les images que l'on a en tête à l'évocation de ce terme, on commence par imaginer des machines humanisées. De la même façon que l'on pense à un "petit bonhomme vert" quand on imagine instinctivement un extra-terrestre. Un robot, pour le sens commun, c'est ça :
Humains, trop humains

Pourtant, les machines les plus innovantes, et qui ont suscité le plus d'usages ces dernières années, sont des outils qui ne prennent en aucune façon la forme humaine. Ni les robots ménagers, ni les smartphones, ni les ordinateurs, n'ont l'apparence des hommes.
En 1984, Steve Jobs avait laissé le Macintosh se présenter lui-même, certes.


Mais d'un point de vue général, les robots, tels qu'ils existent aujourd'hui ne sont pas humanoïdes. Dans leur écrasante majorité, ils n'ont même rien d'humain.

Alors que nous vivons une époque où les nouvelles technologies accordent une place réelle à la robotique, et où il est tout à fait possible de construire des machines semblables à celles que nos ancêtres imaginaient quand ils pensaient à l'an 2000, aucun robot-humain ne semble véritablement faire son apparition.
On reste à cet égard dans le domaine de la fiction.

La robotisation de l'espèce humaine

Rien n'indique un changement majeur. Il y a bien sûr des exceptions qui confirment la règle : le robot danseur de l'Agence spatiale européenne, ou celui de l'Inria, baptisé Acroban, que l'on tient par la main comme un enfant, en attendant que sa “curiosité artificielle” ne se développe.
Au Japon, les projets scientifiques de création de robots humanoïdes ne manquent pas.

Mais si c'était l'inverse ? Si c'était l'homme qui se robotisait peu à peu ? L'hypothèse n'est pas totalement saugrenue. Si l'on y réfléchit bien, certaines compétences humaines pourraient être optimisées. La mémoire par exemple. Si nous trouvons un jour le moyen de nous rajouter une barre de mémoire, dans quelle mesure cela serait-il néfaste ? Nous en sommes loin, mais le jour où nous comprendrons vraiment la manière dont fonctionne le cerveau, et où nous serons capables de l'améliorer en ajoutant des composants artificiels, faudra-t-il s'y opposer ? Pour quelle raison ?


Une exposition valait le coup d'œil, la semaine dernière, à la Gaité Lyrique (espace dédié à la rencontre des technologies et de l'art numérique, à Paris). Il s'agissait de I could never be a dancer. Elle permettait de trouver des éléments de réponse à la question posée. Des figurants jouaient le rôle de robots-humains, ou d'hommes à l'intelligence artificielle. Demeurant en veille pendant de longues minutes, immobiles, sans réaction. Puis prenant à l'écart un visiteur de l'exposition, pour lui poser des questions, et enregistrer ses réponses. Aucun dialogue, car la situation créée artificiellement n'était pas celle d'un échange d'égal à égal.
Un sentiment de malaise se développait peu à peu.
Qu'est-ce qu'un homme à l'intelligence artificielle ? Un homme à l'intelligence réduite, qui peine à comprendre certaines nuances, à intégrer le caractère émotionnel de tel ou tel sujet. Mais un homme qui dispose en même temps d'une grande capacité d'analyse, de mémorisation.
Un jour, peut-être, il sera possible de greffer - non pas un organe - mais une composante d'organe, pour doper les compétences humaines. Mais cette idée est assez effrayante.

L'erreur est humaine

Car ce que l'on aime, avec l'homme, c'est aussi et surtout ses défauts, ses imprécisions, ses maladresses. Ce qui fait rire, depuis l'antiquité, c'est le quiproquo. Ce qui fait le plus avancer l'humanité, c'est l'erreur. Dans la recherche scientifique, dans la constitution de recettes culinaires, dans la création artistique, il faut savoir se tromper. La bévue, la méprise, l'imprécision sont en somme indispensables.
Nous sommes imparfaits. Mais c'est de là que nous tirons toute notre force.

Bonus : défiez à Pierre/Feuille/Ciseaux une intelligence artificielle.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq