Accéder au contenu principal

Petite histoire autour du Like facebookien

Il n'y a pas si longtemps, Internet était un espace libre, un immense horizon, un désert qui s'étendait à perte de vue, et des plus fertiles. Chacun pouvait y semer quelques graines, y concevoir son propre jardin. [De ce point de vue, un blog n'est qu'un potager, si l'on y réfléchit bien].
C'était la belle vie, le temps de la découverte, de l'insouciance. Comme les pioniers américains partant à la conquête du nouveau monde, les internautes se sentaient libres face à cet espace encore vierge.

Puis, Facebook inventa le bouton Like.

Le péché originel de l'ère numérique

Dès lors, rien ne fut plus comme avant. Le like facebookien venait mettre un terme à l'insouciance des premiers temps. Il incarne en effet à lui seul le péché originel de l'ère numérique. Le fruit défendu. Soudainement, l'immense étendue verte et généreuse devint plus aride. Le like permettait au Serpent de s'insinuer partout, pour mordre de nouvelles âmes innocentes, propager son venin. 
Chaque blogger qui succombait au plaisir d'installer dans le code source de son site personnel ce compteur de malheur - et on en dénombrait des centaines - pêchait bientôt par orgueil.
Il faut le savoir : lorsqu'un internaute qui tient un blog y installe ce “détail”, il n'écrit plus jamais librement. Il écrit sous le regard du public. Et ce faisant, il supplie ses lecteurs de lui faire grâce.

Ave Facebook, morituri te salutant

D'ailleurs, le pouce levé est un symbole qui a toute son importance. C'est celui de la Rome antique, celui des Gladiateurs.
Abaissez ce pouce, et vous condamnez à mort ce pauvre diable qui a perdu au combat, qui gît dans son sang et implore votre merci. C'est le geste cruel par excellence. Le geste sans pitié.
Pour le moment, Facebook est miséricordieux, et se contente de l'aspect positif de la chose. Sur le site communautaire, il n'y a que des “amis” qui “aiment” ou “recommandent”. Mais imaginez…
Imaginez le jour où - inévitablement - les “ennemis” feront leur apparition sur Facebook ! Où chacun pourra faire part de son mépris, de son dégoût, en abaissant ce fameux pouce !
Lorsque le dislike fera son apparition, des guerres sans merci s'ensuivront. Chaque initiative lancée par un parti politique sera immédiatement spoliée par ses adversaires directs. Idem dans la sphère du marketing. Et c'est sans évoquer les combats que se mènent entre eux les bloggers eux-mêmes.

“Aimer, c'est ce qu'il y a de plus beau”

Du point de vue de Facebook bien sûr, le bouton like est incontestablement une réussite.
Mais quand on y pense, c'est aussi une drôle d'initiative. Donner à chacun la possibilité de manifester son engouement ou son appréciation en cliquant sur un simple petit bouton, qui va immédiatement afficher un message relatant de cette action sur le wall de ladite personne, c'est donner à chacun la possibilité d'applaudir. Certes. Mais rien de plus.
On pourrait pourtant imaginer nombre d'actions, à décliner à partir du même concept.
J'aime / J'apprécie / J'adore / Je kiffe / J'aime bien / Je raffole / Je savoure /
Je réfléchis / Je vois / Je souris / Je ris / Je pleure / Je partage…
On pourrait même combiner plusieurs actions :
Je regarde en mangeant / Je lis en écoutant / J'écoute en me reposant… etc.
Ou encore :
Je cesse de lire un post très intéressant et je m'en retourne à mes activités normales.

MISE À JOUR
Le mercredi 18 janvier 2012, un an plus tard, donc, Facebook dévoile une nouvelle génération d'outils de partage. Les boutons “écouter”, “lire”, “regarder”, “jouer”, “cuisiner” vont s'ajouter au bouton “j'aime” (“like”). Les développeurs d'applications eux-mêmes pourront imaginer et proposer leurs propres boutons.

VENEZ LIKER LA PAGE FACEBOOK DE CE BLOG. IL SUFFIT DE CLIQUER ICI.

Commentaires

  1. Je cesse de lire un post très intéressant et je m'en retourne à mes activités normales.
    -> c'est exactement ça :-)
    Le like sur FB, a tendance à devenir "je suis d'accord avec ce que tu dis". Car quand certains likent un statut de quelqu'un qui galère dans sa recherche d'emploi, je ne pense pas qu'ils se réjouissent pour lui.
    Parfois pour des statuts ou des choses pas très marrantes, je préfère ne pas liker. J'aimerais avoir à ma disposition un bouton "I don't care"!

    RépondreSupprimer
  2. Bravo !
    Rafraichissant et plein de bon sens.
    Pour une fois, J'aime ( pas de profil Facebook) et je le dis ici !
    Merci
    ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui, il n'y a pas beaucoup de nuances chez FB, c'est comme les amis qui sont des soeurs, des enfants, des relations... Jolie idée les boutons divers, mais c'est encore mieux si chacun trouve ses mots. Va, je ne te hais point !

    RépondreSupprimer
  4. Le pouce vers le bas existe, je l'ai rencontré sur StumbleUpon...

    RépondreSupprimer
  5. Ton post est très tendance

    http://bigsurboy.tumblr.com/post/3425076098/i-like-it-too

    Coco

    RépondreSupprimer
  6. Récement j'ai vu sur FB des vidéos d'accidents graves, où il ya des cadavres, le problème c'est que sous la vidéo..il y est la phrase : "47 personnes aiment(...)ça " ...O_o

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,