Accéder au contenu principal

L'hiver s'achève bientôt, parlons météo

L'hiver s'en va peu à peu. Les jours rallongent. C'est sans doute la meilleur période de l'année qui commence. Il ne fera plus nuit lorsque je sortirai de chez moi le matin pour aller au travail. Et je pourrai rentrer le soir en profitant de la lumière du jour, à pieds, pourquoi pas ? Retraverser la Seine, admirer Paris dans le soleil couchant. 

L'air du renouveau

J'aime sans doute autant le Printemps que l'Automne. Des périodes de changement. Des phases qui échappent aussi à la démesure météorologiques des autres saisons. Loin de la canicule d'un mois d'août parisien, mais loin aussi de l'ère glacière de décembre dernier. 

Je crois que ce billet est mon premier post “météo”. 
Pourtant, il s'agit là d'un sujet rassembleur, voire de l'un des plus rassembleurs, des plus universels. 

Sommes-nous météophiles ? 

Sujet qui passionne depuis la nuit des temps les hommes, phénomène dont l'ampleur est aujourd'hui démesurée. Aucun journal, télévisé ou papier, ne fait l'économie de la météo. Alors, bien sûr, dans certaines émissions, comme Le Grand Journal de Canal + par exemple, on cherche à faire de la météo un prétexte, en jouant sur l'humour d'une jolie fille
Mais de fait, la météo est omnisciente aujourd'hui. Les applications mobiles, les widgets, les sites Internet spécialisés se comptent d'ailleurs par milliers. S'intéresser à la météo fait donc sens

La météo, un avenir à court terme sans cesse réinventé

C'est la science de la prédiction, par excellence. Elle échoue sans cesse, inévitablement, mais s'efforce malgré tout, continuellement, de prévoir le temps qu'il fera le lendemain. Donnant lieu à des cartes absurdes, de temps à autres. Avec un peu de soleil, un peu de nuages, un peu de pluie… un peu de tout en somme. 
“Temps probable pour demain : sec avec peut-être de la pluie. Température relativement élevée, à moins d'un abaissement thermométrique”. Alphonse Allais.
Fabrice Luchini, lorsque j'étais allé le voir avec Julie en spectacle, avait également abordé le sujet. En évoquant un concept développé par Roland Barthes, à ce propos. Ce dernier parlait du concept du “c'est ça”. On entre dans une boulangerie. La boulangère, se sent obligée de faire la conversation. Elle parle du temps qu'il fait. Et l'on se trouve contraint de lâcher un “c'est ça”, qui met un terme à l'éphémère discussion. Un vrai concept, qui mérite réflexion. 

En parlant de Luchini, je suis tenté de terminer par cet extrait de Céline, à propos de la météo, toujours, mais aussi de la médecine  : 

Gustin Sabayot, sans lui faire de tort, je peux bien répéter quand même qu'il s'arrachait pas les cheveux à propos des diagnostics. C'est sur les nuages qu'il s'orientait.
En quittant de chez lui il regardait d'abord tout en haut : 
“Ferdinand, qu'il me faisait, aujourd'hui ça sera sûrement des rhumatismes ! Cent sous !”... Il lisait tout ça dans le ciel. Il se trompait jamais de beaucoup, puisqu'il connaissait à fond la température et les tempéraments divers.
“Ah ! voilà un coup de canicule après les fraîcheurs ! Retiens ! C'est du calomel, tu peux le dire déjà ! La jaunisse est au fond de l'air ! Le vent a tourné... Nord sur l'Ouest ! Froid sur Averse !... C'est de la bronchite pendant quinze jours ! C'est même pas la peine qu'ils se dépiautent !... Si c'est moi qui commandais, je ferais les ordonnances dans mon lit!”…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq