Accéder au contenu principal

L'hiver s'achève bientôt, parlons météo

L'hiver s'en va peu à peu. Les jours rallongent. C'est sans doute la meilleur période de l'année qui commence. Il ne fera plus nuit lorsque je sortirai de chez moi le matin pour aller au travail. Et je pourrai rentrer le soir en profitant de la lumière du jour, à pieds, pourquoi pas ? Retraverser la Seine, admirer Paris dans le soleil couchant. 

L'air du renouveau

J'aime sans doute autant le Printemps que l'Automne. Des périodes de changement. Des phases qui échappent aussi à la démesure météorologiques des autres saisons. Loin de la canicule d'un mois d'août parisien, mais loin aussi de l'ère glacière de décembre dernier. 

Je crois que ce billet est mon premier post “météo”. 
Pourtant, il s'agit là d'un sujet rassembleur, voire de l'un des plus rassembleurs, des plus universels. 

Sommes-nous météophiles ? 

Sujet qui passionne depuis la nuit des temps les hommes, phénomène dont l'ampleur est aujourd'hui démesurée. Aucun journal, télévisé ou papier, ne fait l'économie de la météo. Alors, bien sûr, dans certaines émissions, comme Le Grand Journal de Canal + par exemple, on cherche à faire de la météo un prétexte, en jouant sur l'humour d'une jolie fille
Mais de fait, la météo est omnisciente aujourd'hui. Les applications mobiles, les widgets, les sites Internet spécialisés se comptent d'ailleurs par milliers. S'intéresser à la météo fait donc sens

La météo, un avenir à court terme sans cesse réinventé

C'est la science de la prédiction, par excellence. Elle échoue sans cesse, inévitablement, mais s'efforce malgré tout, continuellement, de prévoir le temps qu'il fera le lendemain. Donnant lieu à des cartes absurdes, de temps à autres. Avec un peu de soleil, un peu de nuages, un peu de pluie… un peu de tout en somme. 
“Temps probable pour demain : sec avec peut-être de la pluie. Température relativement élevée, à moins d'un abaissement thermométrique”. Alphonse Allais.
Fabrice Luchini, lorsque j'étais allé le voir avec Julie en spectacle, avait également abordé le sujet. En évoquant un concept développé par Roland Barthes, à ce propos. Ce dernier parlait du concept du “c'est ça”. On entre dans une boulangerie. La boulangère, se sent obligée de faire la conversation. Elle parle du temps qu'il fait. Et l'on se trouve contraint de lâcher un “c'est ça”, qui met un terme à l'éphémère discussion. Un vrai concept, qui mérite réflexion. 

En parlant de Luchini, je suis tenté de terminer par cet extrait de Céline, à propos de la météo, toujours, mais aussi de la médecine  : 

Gustin Sabayot, sans lui faire de tort, je peux bien répéter quand même qu'il s'arrachait pas les cheveux à propos des diagnostics. C'est sur les nuages qu'il s'orientait.
En quittant de chez lui il regardait d'abord tout en haut : 
“Ferdinand, qu'il me faisait, aujourd'hui ça sera sûrement des rhumatismes ! Cent sous !”... Il lisait tout ça dans le ciel. Il se trompait jamais de beaucoup, puisqu'il connaissait à fond la température et les tempéraments divers.
“Ah ! voilà un coup de canicule après les fraîcheurs ! Retiens ! C'est du calomel, tu peux le dire déjà ! La jaunisse est au fond de l'air ! Le vent a tourné... Nord sur l'Ouest ! Froid sur Averse !... C'est de la bronchite pendant quinze jours ! C'est même pas la peine qu'ils se dépiautent !... Si c'est moi qui commandais, je ferais les ordonnances dans mon lit!”…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr