Accéder au contenu principal

La mort du geek est programmée

Ce n'est plus qu'une question de temps. Quelques mois, quelques années peut-être. Mais c'est imminent, à n'en pas douter. La fin du CD. La fin du DVD. Comme il y a eu la fin des disquettes, la fin des cassettes.

La simplicité en informatique
C'est difficile à admettre : beaucoup de personnes se disent encore “attachées au support”, “à la pochette”. Mais personnellement, j'ai commencé à me faire une raison. Quand j'erre à la Fnac, je ne peux pas m'empêcher de me dire que tous ces DVD disparaîtront bientôt.
Fini aussi le fil. Fini le câble. Cela n'existera plus, bientôt. Les prochaines générations ne sauront pas ce qu'est une prise USB, ou FireWire. La notion-même de câble sera obsolète.
Geek is dead
La simplicité même. L'informatique ramenée à un essentiel. La technologie va devenir sous-jacente.
Le geek, alors, n'aura plus de raison d'être. Déjà, depuis quelques années, la notion de geek est vidée de son sens. Si le “geek” est “une personne qui passe beaucoup de temps devant un écran d'ordinateur” (définition couramment admise au début des années 2000), alors il y a au moins 40 millions de geeks en France.
Ça fait beaucoup.

Tout le monde devient geek, en un sens, donc le terme n'a plus d'intérêt.
Il y a aura encore des développeurs, des experts, des spécialistes, bien entendu. Mais de fait, tout le monde passe désormais un temps fou sur son mobile, son ordinateur, et sur les réseaux sociaux. Tout le monde échange des fichiers, partage, interagit.
Tout le monde navigue des heures sur Internet.
Les vrais geeks, tels qu'on les connaissait, sont d'ores et déjà une espèce en voie de disparition. RIP. 

Commentaires

  1. Le vrai geek comme vous dites si bien n'a rien à voir avec la description que vous en faites, c'est à dire celle admise au début des années 2000.

    Le geek à la mode va disparaître, le vrai Geek est éternel et survivra à l'espèce humaine ^^

    RépondreSupprimer
  2. je ne suis pas d'accord, il est réducteur de dire qu'être geek, c'est passé du temps devant son écran et être fan de technologie. C'est un état d'esprit, c'est être passionné, connaître des tas d’anecdote sur Star Wars, Star Trek ou les 2, savoir que le premier amour de Peter Paker est Gwen Stacy, savoir que le 11/11/10 est un jour spécial, etc. et c'est sûrement tout ça et autres choses. Non le geek n'est pas mort

    RépondreSupprimer
  3. Je suis le premier à dire que le terme de Geek a été vidé de son sens originel. C'est avant tout le geek tel qu'il est perçu par les non geeks qui est amené à mourir, en effet.
    Les vrais geeks se reconnaitront toujours.

    Par ailleurs, il y a un lien dans le “tels qu'on les connaissait” qui renvoie à un épisode de The Big Bang Theory, et qui va dans le sens de la geekitude, en tant qu'“état d'esprit” justement.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, avant d'écrire sur un sujet je vous conseillerais de vous documenter car vous ne semblez pas connaitre la définition de geek.

    Un geek est avant tout un passionné, de cinéma, d'art, de libre, de bande dessinées. Il vit sa passion a fond sans pour autant tomber dans l'attitude "nolife", il reste donc une personne sociable. De plus il n'est pas hermétique aux passions des autres et au monde qui l'entoure, il cherche a connaitre et n'enferme pas son esprit.

    Il est dommage de voir qu'en france le mot geek commence a vouloir tout dire et surtout n'importe quoi.

    RépondreSupprimer
  5. Un peu cours comme article, j'aurais aimé que ce soit un peu plus creusé car l'idée est là : la simplification de l'informatique fait que les Geeks disparaissent dans les nouvelles générations avenirs...

    RépondreSupprimer
  6. @GyD j'ai le sentiment d'aller dans le même sens, en soulignant justement que la notion de “geek” a fait son apparition médiatique, il y a quelques années, en étant du même coup peu à peu vidée de sa substance.
    Le “geek” compris de cette façon ne signifie plus rien aujourd'hui.
    Cela étant, encore une fois, les vrais geeks préexisteront, à jamais.
    Mais promis, je me documenterai à l'avenir. :)

    @Genma je suis d'accord, c'est un peu court.

    RépondreSupprimer
  7. En tous les cas, ce qui transparaît à la lecture de ces messages c'est que le geek semble se définir aussi par sa maîtrise très moyenne de l'orthographe...;)

    RépondreSupprimer
  8. Oui et puis la "simplicité informatique" illustrée par un mac est toute relative ... puisqu'il faut débourser pas moins de 20 à 30 euros pour pouvoir brancher son ordinateur au moindre moniteur ou vidéo-projecteur... Et la liste des câbles/adapteurs blancs est longue, et attention à ce qu'ils ne soient pas dépareillés au reste de l'aspect de machine. Selon moi, il s'agit plus d'une forme d'esclavage industrielle que de progrès.
    (et je ne parle même pas du macbook air)

    Apple est un spécialiste des ces petites comprissions au nom de la "simplicité" qui font la force de sa stratégie maketing monopolistique contraignant les usages et les pratiques informatiques; comme le montre le système ipod/itunes/store.

    RépondreSupprimer
  9. @Thomas C'est marrant, parce que justement, pour la première fois depuis longtemps, je n'ai parlé ni de progrès, ni de mac, dans ce billet. Et l'illustration choisie avec les prises USB et FireWire sert justement à souligner le nombre encore important de câbles.

    @Ester Merci pour ce soutien, mais tu risques de te faire des ennemis, toi aussi ^^

    RépondreSupprimer
  10. On en reparlera le jour où les clés USB marcheront à distance avec des piles :D

    RépondreSupprimer
  11. Le g33k est éternel , c'est celui qui attendra avec impatience la dernière version d'ubuntu comme le messie, qui codera dans l'ombre sur son smartphone pendant le cours de gestion :)

    Par contre, les "autres" faux geek vont enfin nous aimer, notre cote va monter auprès des filles et ça: c'est cool !! :D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr