Accéder au contenu principal

Big Brother is actually watching me

Il est aujourd'hui difficile de dissocier Facebook de la préoccupation croissante des internautes en matière de vie privée. L'intimité en ligne existe-t-elle ? Comment la sauvegarder ? Qui contrôle quoi, précisément ? Quels risques suis-je en train de prendre en m'exposant, en ajoutant des photos, en fournissant tel ou tel renseignement ? Ces questions, que tout le monde se pose, avec plus ou moins d'anxiété, ne trouvent pas de réponse évidente. Je pense que la plupart des internautes ne savent pas très bien le risque qu'ils courent, ou s'ils courent vraiment un risque. Et je m'inclus dans ce panel représentatif de la population mondiale. 

Le 1984 du XXIe siècle reste à écrire

Ce que je sais, en revanche, c'est que l'on souffre trop souvent, même dans nos inquiétudes, de représentations passées. 1984 est une œuvre géniale et, à bien des égards, moderne. Mais le titre est bien trouvé, justement. 1984, c'était hier. Aujourd'hui, nous sommes en 2011. La peur d'un État totalitaire omniprésent, usant et abusant de propagande, réprimant toute opposition, correspond à une époque révolue.

Personnellement, je ne m'inquiète pas outre mesure de l'usage que fait Facebook de mes données personnelles. Quand cette question m'interpelle, je me rassure en me disant que l'importance prise par ce site lui confère une responsabilité. Il est dans l'intérêt de Facebook de mettre en place des algorithmes de recommandation qui préservent autant que possible la vie privée des utilisateurs. 

My Big Brother is actually watching me

Ce qui me préoccupe plus, c'est le principe intrinsèque. Sur Facebook, n'importe quel ami, n'importe quel contact, n'importe quelle personne de ma famille peut m'observer en permanence. La figure du Big Brother n'a plus besoin d'incarner une quelconque instance étatique. Sur Facebook, mon grand frère peut de fait savoir ce que je fais, ce que mes amis partagent avec moi. Il lui suffit de faire un tour sur mon profil et de jeter un œil à mon wall.
Les murs n'ont jamais eu autant d'oreilles

On est passé, en quelque sorte, de la société de surveillance à une auto-surveillance de la société. La société elle-même se surveille, en permanence. Chacun espionne son voisin tout en étant lui-même espionné. Connectés et épiés, jour et nuit. Pour le meilleur et pour le pire.
Car on sait aussi ce que cela implique. On connaît depuis longtemps les ravages potentiels de la rumeur, et du bouche à oreille.

Commentaires

  1. Bonjour,

    Je travaille pour Newsring.fr, le site de débat lancé par Frédéric Taddeï, et je me permets de vous contacter à nouveau car nous venons de lancer un débat qui pourrait sûrement vous intéresser. Nous serions ravis d'avoir votre contribution afin d'exprimer votre point de vue et faire progresser le débat :

    La rumeur a fait long feu : cette fois c'est certain, Facebook s'empare du spécialiste de la reconnaissance faciale Face.com. Mais reconnaissance faciale inquiète les défenseurs des libertés individuelles, car elle revient, sur Facebook, à la création de millions de petites fiches biométriques. Ces procédés sont par ailleurs utilisés (illégalement) par la police. C'est en tout cas ainsi que la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) la considère. À partir du moment où une personne est identifiée deux ou trois fois, le programme est autonome, il reconnaît et affine son analyse sans l'aide de personne.

    Faut-il craindre les technologies de reconnaissance faciale ? (http://www.newsring.fr/medias-tech/1030-faut-il-craindre-les-technologies-de-reconnaissance-faciale)

    Pour participer, il suffit de se connecter sur le site (à l’aide de Facebook, Google+ ou LinkedIn) et de cliquer sur “contribuer au débat”. Nous pouvons également vous créer un compte indépendant des réseaux sociaux si vous le souhaitez.

    Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me recontacter.

    Bien à vous,

    --
    Jérémy
    Community Manager Stagiaire à Newsring.fr

    Facebook : Newsring.fr
    Twitter : @Newsring_fr

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent