Accéder au contenu principal

Se résoudre à changer

Nous nous approchons des fêtes de fin d'année qui s'accompagnent, comme chacun sait, de ces résolutions annuelles, coutumières, bien que rarement respectées. Les résolutions amènent à considérer un temps déterminé, un cycle qui s'achève, pour en tirer des leçons et se résoudre à changer quelque chose. Mais c'est aussi et surtout s'engager à suivre les préceptes que l'on vient de se fixer soi-même pour l'année à venir. Si l'on y pense, c'est donc l'acte responsable dans tous les sens du terme.
A l'heure de leur engagement sociétal, les entreprises pourraient d'ailleurs elles-aussi faire la liste de leurs propres résolutions. Mais cela impliquerait d'accepter un état de fait insatisfaisant, ce qui est une étape quelque peu douloureuse, surtout à la fin de l'année, quand il s'agit de faire le bilan. 

Mais les résolutions visent surtout le changement des habitudes. Et c'est en ce sens qu'elles constituent un acte, cette fois, révolutionnaire. Tourner la page, changer de direction, sortir des sentiers battus, se perdre en sous-bois, accepter de prendre des risques. Ou cesser d'en prendre, au contraire. Chercher une certaine stabilité, se concentrer, établir des priorités, se fixer des échéances. Quelque soit le but visé, toute résolution doit être une révolution. 

Pourquoi changer ses habitudes ? 

Au-delà de l'aspect romantique qui consiste à vouloir partir à l'aventure - aspect qui est à relativiser, d'ailleurs, car étymologiquement l'aventure désigne “ce qui doit advenir, ce qui doit arriver”, et ne comporte donc aucun risque réel -, rien n'est plus étrange que de vouloir rompre avec ses habitudes. L'habitude, c'est aller au travail, voir sa famille, ses amis, sortir prendre un verre en soirée, se divertir de temps à autres, ou encore se brosser les dents. Bref, des agissements quotidiens qui sont fondés sur le bon sens. Et participent a priori au bien être individuel.


Pourquoi s'en défaire, donc, au moins en partie ? Pourquoi créer l'ouragan et ne pas se contenter du ciel dégagé, sans nuages, de ce temps alcyonien, de cette douce quiétude, qui nous berçait jusqu'alors ?
Parce que les habitudes avilissent l'homme. Elles transforment sa liberté, sa créativité, en une succession de réflexes qui ne sont pas sans fondement, mais qui ont besoin d'être reconsidérés régulièrement. 
“Un être qui s'habitue à tout, voilà, je pense, la meilleure définition que l'on puisse donner de l'homme”. Dostoïevski.
C'est surtout pour cela qu'il faut penser, dès aujourd'hui, aux résolutions de fin d'année. Les résolutions sont là pour défaire les nœuds les plus emmêlés, pour repenser les systèmes les plus solidement organisés, pour réinventer, en somme. Et rien n'est plus vrai : l'homme est un être qui s'habitue à tout. On s'habitue aussi à la misère, au désespoir, à la violence, au mépris. On s'habitue au meilleur, mais aussi au pire. Et dans les deux cas c'est préjudiciable.

Donc voilà. 

L'idée n'est pas forcément de changer les règles du jeu, mais de changer de stratégie. Et je vous pose la question : 
Quelles seront vos résolutions, cette année ? Quel changement voulez-vous pour votre vie ? A quels bouleversements êtes-vous prêts ?

Commentaires

  1. Il y a tellement à changer en nous, pour voir les autres changer ensemble : la révolution est d’abord intérieure.

    De plus il est s’il est facile de changer un enfant, c’est autre chose pour un adulte beaucoup plus lourd : toutes les femmes savent ça !

    Vincent

    RépondreSupprimer
  2. Génial la citation de Dostoïevski.
    J'ai trouvé de quoi méditer pour ce soir, mon errance sur internet n'a pas été vaine, bien au contraire !

    Excellent blog en tout cas,

    DK

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup, vraiment ! Revenez quand vous voulez !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr