Accéder au contenu principal

Se résoudre à changer

Nous nous approchons des fêtes de fin d'année qui s'accompagnent, comme chacun sait, de ces résolutions annuelles, coutumières, bien que rarement respectées. Les résolutions amènent à considérer un temps déterminé, un cycle qui s'achève, pour en tirer des leçons et se résoudre à changer quelque chose. Mais c'est aussi et surtout s'engager à suivre les préceptes que l'on vient de se fixer soi-même pour l'année à venir. Si l'on y pense, c'est donc l'acte responsable dans tous les sens du terme.
A l'heure de leur engagement sociétal, les entreprises pourraient d'ailleurs elles-aussi faire la liste de leurs propres résolutions. Mais cela impliquerait d'accepter un état de fait insatisfaisant, ce qui est une étape quelque peu douloureuse, surtout à la fin de l'année, quand il s'agit de faire le bilan. 

Mais les résolutions visent surtout le changement des habitudes. Et c'est en ce sens qu'elles constituent un acte, cette fois, révolutionnaire. Tourner la page, changer de direction, sortir des sentiers battus, se perdre en sous-bois, accepter de prendre des risques. Ou cesser d'en prendre, au contraire. Chercher une certaine stabilité, se concentrer, établir des priorités, se fixer des échéances. Quelque soit le but visé, toute résolution doit être une révolution. 

Pourquoi changer ses habitudes ? 

Au-delà de l'aspect romantique qui consiste à vouloir partir à l'aventure - aspect qui est à relativiser, d'ailleurs, car étymologiquement l'aventure désigne “ce qui doit advenir, ce qui doit arriver”, et ne comporte donc aucun risque réel -, rien n'est plus étrange que de vouloir rompre avec ses habitudes. L'habitude, c'est aller au travail, voir sa famille, ses amis, sortir prendre un verre en soirée, se divertir de temps à autres, ou encore se brosser les dents. Bref, des agissements quotidiens qui sont fondés sur le bon sens. Et participent a priori au bien être individuel.


Pourquoi s'en défaire, donc, au moins en partie ? Pourquoi créer l'ouragan et ne pas se contenter du ciel dégagé, sans nuages, de ce temps alcyonien, de cette douce quiétude, qui nous berçait jusqu'alors ?
Parce que les habitudes avilissent l'homme. Elles transforment sa liberté, sa créativité, en une succession de réflexes qui ne sont pas sans fondement, mais qui ont besoin d'être reconsidérés régulièrement. 
“Un être qui s'habitue à tout, voilà, je pense, la meilleure définition que l'on puisse donner de l'homme”. Dostoïevski.
C'est surtout pour cela qu'il faut penser, dès aujourd'hui, aux résolutions de fin d'année. Les résolutions sont là pour défaire les nœuds les plus emmêlés, pour repenser les systèmes les plus solidement organisés, pour réinventer, en somme. Et rien n'est plus vrai : l'homme est un être qui s'habitue à tout. On s'habitue aussi à la misère, au désespoir, à la violence, au mépris. On s'habitue au meilleur, mais aussi au pire. Et dans les deux cas c'est préjudiciable.

Donc voilà. 

L'idée n'est pas forcément de changer les règles du jeu, mais de changer de stratégie. Et je vous pose la question : 
Quelles seront vos résolutions, cette année ? Quel changement voulez-vous pour votre vie ? A quels bouleversements êtes-vous prêts ?

Commentaires

Anonyme a dit…
Il y a tellement à changer en nous, pour voir les autres changer ensemble : la révolution est d’abord intérieure.

De plus il est s’il est facile de changer un enfant, c’est autre chose pour un adulte beaucoup plus lourd : toutes les femmes savent ça !

Vincent
Unknown a dit…
Génial la citation de Dostoïevski.
J'ai trouvé de quoi méditer pour ce soir, mon errance sur internet n'a pas été vaine, bien au contraire !

Excellent blog en tout cas,

DK
Basile a dit…
Merci beaucoup, vraiment ! Revenez quand vous voulez !

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq