Accéder au contenu principal

Entre parenthèses

Ce soir, je ne sais pas trop où j'en suis.
Je prends conscience que je suis toujours un peu nostalgique en décembre. La fin de l'année, les fêtes, la neige, le froid. Les souvenirs des Noël passés. Au fond, ce n'est pas très surprenant. J'ai vu aujourd'hui sur un site une vidéo d'un père qui filmait ses enfants chaque Noël depuis 25 ans, sur les marches du même escalier. J'ai eu un sentiment de vertige à voir ces inconnus grandir en quelques minutes.
Cela dit, je suis plutôt heureux. Je regrette de ne pas voir certaines personnes, plus souvent, de ne pas avoir le temps de ne rien faire - qui correspond au temps de l'ennui, mais aussi à celui de la liberté. Mais quand j'y pense, tout va bien.

Jusqu'ici, tout va bien

En ce moment, je lis La Banque, Le Portrait de Dorian Gray, et Mainstream que je n'ai toujours pas terminé. Je prends le 21 ou le 27 tous les matins, pour me rendre du côté de l'Opéra Garnier, rue de Hanovre, où je travaille. Le soir, bien que Paris soit vide ces jours-ci, les voitures s'accumulent le long des quais. En effet, la Seine déborde un peu, après la fonte des neiges, et les voies sur berges sont fermées. J'aime la lumière des phares dans la nuit. J'aime la vie.
Julie est dans le sud-ouest, avec sa famille. Je suis seul à Paris pour toute la semaine. Ça me fait un drôle d'effet. J'erre un peu chez moi, j'ouvre le frigo : il y a pas mal de trucs, mais rien de très réjouissant. Une vieille soupe, du lait, trois œufs, quelques restes.
Je prends un paquet de biscuits.

Un cœur simple

“Les jours s'en vont, comme de l'eau courante. Les jours s'en vont, comme la vie est lente”. Tout se passe assez simplement en fin de compte. J'essaye de faire de mon mieux, d'avancer sereinement. J'ai l'impression que ma vie pourrait être décrite par Flaubert. Tranquillité, jeunesse, soirées parisiennes… Pas de réelles inquiétudes.
Mais je veux plus. Je veux trouver un vrai rythme, franchir des étapes, me prendre davantage en main, être au clair avec moi-même.
Voilà. Ce point sur ma vie est maintenant terminé. Les parenthèses peuvent se refermer. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq