Accéder au contenu principal

Je me fais suivre, sur Twitter

Avec Twitter, le verbe suivre prend une importance singulière. On ne devient pas ami sur le site de micro-blogging. On suit. On se “follow” les uns les autres. On peut “follower” qui l'on veut, d'ailleurs, ou presque. Contrairement à Facebook, il est naturel d'aller vers un(e) total(e) inconnu(e), et de l'informer qu'on sera désormais dans sa poche, quotidiennement, à lire tous les messages qu'il ou elle postera sur sa Time Line.

Followers and lovers

La logique est fondamentalement différente, et c'est ce qui rebute parfois les plus indécis. Mais au-delà de cette considération, cela change la donne, d'un point de vue sémantique. Sur les médias sociaux, en général, et sur Facebook, en particulier, on est. Tandis que sur Twitter, on est, on suit, et on se fait suivre

En six mots, le message que l'on adresse au microcosme du site de gazouillis est le suivant : “suis-moi, car je suis moi !” En clair, l'objectif principal consiste à convaincre les uns et les autres qu'ils ont un intérêt certain à suivre régulièrement ce que l'on divulgue (du latin di-vulgus : propager aux travers de la foule). Il s'agit de créer des relations d'affinité, aussi. Les followers sont souvent des lovers. Chaque RT peut constituer une attention délicate, et certains recommandent même aux internautes de gérer les médias sociaux comme ils géreraient une relation amoureuse

Auparavant, le verbe suivre était principalement utilisé en psychothérapie. On disait : “en ce moment, je me fais suivre”. 

Les médias sociaux, une thérapie collective ?

Ecrire ce que l'on veut, partager ses sentiments, transmettre ce que l'on estime digne d'intérêt. Quelle différence avec une thérapie de groupe ? S'adresser à des personnes que l'on connaît à peine, pour la plupart, et espérer d'elles une écoute attentive. L'analogie avec la psychothérapie se fait naturellement
Pour autant, les choses ne sont pas aussi simples. Les rapports que l'on entretient avec les membres du réseau social prennent plusieurs formes. On mêle échanges professionnels et conversations amicales, tergiversations personnelles et recherche d'information. 

A suivre…

Ce post est sans prétention. Il s'agit simplement de souligner cette caractéristique terminologique. Lorsque les créateurs de Twitter ont délibérément opté pour le verbe “follow”, cela a engendré des conséquences. “Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde” disait Albert Camus. Bien les nommer, cela ouvre de nouveaux horizons. Cela redéfinit les règles du jeu. 

Follow. Flow. Deux termes qui ont toute leur importance sur le site aux cent quarante caractères. Nombreux sont d'ailleurs ceux qui ont noté le rôle clé de cette limitation à 140 signes. Les chiffres ont autant d'importance que les mots. Ils forment conjointement le cadre à l'intérieur duquel se développe l'activité humaine. Ils sont les caractéristiques d'un même outil. 

Suivre. Être suivi. Pour survivre aussi, médiasocialement parlant. 

Suivre. Être le suivant. “Le suivant de celui qu'on suivait”. 

Commentaires

  1. Entièrement d'accord avec la différence quasi-philosophique entre twitter et facebook. Mes explications: http://quolibets.fr/pourquoi-jaime-twitter

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr