Accéder au contenu principal

Partir loin, très loin

Le ciel est bleu. J'entends les gazouillis des oiseaux. Les vrais, pas ceux du micro-blogging. C'est pas mal non plus, d'ailleurs. Les rayons du soleil traversent les feuilles des arbres pour venir balayer l'herbe fraîche. Les perles de rosée étincellent. Les vraies, pas celles de Pearltrees. Une légère brise fait frissonner les fleurs du jardin. Et je suis là, avec mon macbook, au beau milieu de la campagne. 

Récemment, avec Mathilde, j'ai discuté d'Into the wild, et de cette envie partagée par tous les urbains de “partir loin, très loin”, de “tout plaquer” pour “aller vivre ailleurs”. Je remarque à ce propos que le héros de cette histoire vraie décide de partir à l'aventure le jour où il reçoit son diplôme. Il n'était peut-être pas au courant que “le diplôme demeure un bouclier efficace malgré à la crise”, comme nous le rappelle Le Monde daté du sept septembre. Peut-être avait-il lu un autre article du même journal, signé Louis Chauvel : “la valeur des diplômes a très fortement décliné en trente ans”. Toujours est-il que ce fantasme du départ soudain, vers l'inconnu, “pour découvrir du nouveau”, est particulièrement fort lorsque l'on a une vingtaine d'années. On se sent encore libre d'échapper à une vie qu'on craint trop banale. 

Pour ma part, je suis heureux d'être à la campagne, mais aussi d'avoir un accès à Internet. Il ne faut pas déconner non plus. Dix, quinze jours sans Internet, d'accord. Mais au-delà ?… 

Un avion traverse le ciel. Cela renforce mon bonheur. Je suis bien, les pieds sur terre, les pieds dans l'herbe même, alors que d'autres sont en ce moment même enfermés dans cet appareil qui les angoisse peut-être autant que moi. Quoi de plus réjouissant ? 
Vous me direz, si ça se trouve, ceux-ci vivent leur vie pleinement, et partent découvrir le monde, au lieu de rester dans leur confort sans saveur. 

D'accord. Mais là, maintenant, tout de suite, dès à présent, à l'instant où je vous parle, je préfère le confort. Et qu'il ait ou non une saveur à vos yeux, je le savoure. 

Qui dit avion, dit 11 septembre aussi. 9 ans. Déjà. Ça paraît loin, et pourtant, comme la quasi-totalité des hommes qui peuplent cette terre, je me souviens de ce que je faisais ce jour là, je me souviens du lieu où je me trouvais, de l'effet que ça m'avait fait. Comme la quasi-totalité des hommes, du moins je l'espère, j'ai une pensée pour les victimes de cet attentat, et des guerres qui ont suivi. Et vu d'ici, évidemment, les pieds dans l'herbe, ça paraît bien absurde, tout ça. 

Evidemment. 

Commentaires

  1. Into the Wils reste un bon film, à la philosophie assez "extreme", mais l'idée est là...Normal que beaucoup y pensent!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr