Accéder au contenu principal

Taking off


Ecrire, au fond, c'est ranger le vrac de sa vie”. Voilà l'une des premières phrases du film Les Poupées Russes, si je me souviens bien. 
Pour ma part, je ne sais pas si je range grand chose en écrivant sur ce blog. J'ai presque le sentiment inverse. Chaque post est un objet, un vêtement que j'envoie valser quelque part dans la pièce, en observant l'endroit où il retombe. Je cherche à créer un désordre, pour effectuer éventuellement une sorte d'inventaire, ensuite. Voir ce qui prend plus de place.
Je tente de laisser libre cours à ma pensée. Je pose mes doigts sur le clavier, et je laisse mon esprit errer, tergiverser, imaginer. Je tente de raconter ma vie en quelques détails, pour laisser une trace aussi. De temps en temps je tiens à transmettre quelques bonnes idées, quelques informations substantielles. Et parfois, au contraire, je ne fais qu'écrire ma journée. Comme ça. 

Aujourd'hui

Nous sommes partis, Julie et moi, sous une fine pluie de novembre - qui est tombée sur Paris ce quinze août. Inconscients, nous nous sommes mis en tête d'aller voir l'exposition des photographies de Willy Ronis. Un dimanche, au beau milieu de l'été. Une fois arrivés sur les quais, nous avons vu la foule qui se pressait pour acheter des billets. Un couple s'embrassait à l'entrée, salement. L'attente pour la visite devait être approximativement de trois heures et demi, selon mes rapides estimations. 
Bref. Nous avons rebroussé chemin. La pluie s'est mise à tomber plus fort encore. Nous nous sommes abrités un instant dans une librairie. Puis avons de nouveau affrontés les éléments. Arrivés rue des écoles, alors qu'un torrent se déversait sur nous, nous sommes entrés dans le cinéma Le Champo (dont je suis maire sur Foursquare, pour le plus grand désespoir de Lila). Il était seize heures. Nous arrivions pile au moment de la séance d'un film dont je voyais l'affiche chaque soir en rentrant du boulot. Taking off, de Milos Forman. “Le meilleur film de Milos Forman fait en et sur l'Amérique”, comme l'écrit Village Voice. Nous sommes entrés dans la salle obscure. Les pieds trempés. Nous avons enlevé nos chaussures.

Un bon film, très années soixante dix, mais vraiment divertissant. Une famille américaine traditionnelle perdue, dont la fille unique décide un beau jour, à quinze ans, de s'en aller. 

Puis nous sommes rentrés chez nous. Et nous nous sommes changés. 


De Willy Ronis à Milos Forman, donc. Nous n'avons pas perdu au change, finalement. 

Désormais, Julie bouquine dans le lit. J'écoute de la musique. Et j'écris. 

Il pleut encore doucement sur la ville

Commentaires

  1. Vous auriez pu aller boire un café dans le canapé du Reflet pour vous réchauffer. C'est drôle je crois que mon lundi 16 août ressemblait terriblement à votre 15 août. La rue Champollion comme refuge, le même film, et quelques jours plus tard, Willy Ronis, enfin.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent