Accéder au contenu principal

Taking off


Ecrire, au fond, c'est ranger le vrac de sa vie”. Voilà l'une des premières phrases du film Les Poupées Russes, si je me souviens bien. 
Pour ma part, je ne sais pas si je range grand chose en écrivant sur ce blog. J'ai presque le sentiment inverse. Chaque post est un objet, un vêtement que j'envoie valser quelque part dans la pièce, en observant l'endroit où il retombe. Je cherche à créer un désordre, pour effectuer éventuellement une sorte d'inventaire, ensuite. Voir ce qui prend plus de place.
Je tente de laisser libre cours à ma pensée. Je pose mes doigts sur le clavier, et je laisse mon esprit errer, tergiverser, imaginer. Je tente de raconter ma vie en quelques détails, pour laisser une trace aussi. De temps en temps je tiens à transmettre quelques bonnes idées, quelques informations substantielles. Et parfois, au contraire, je ne fais qu'écrire ma journée. Comme ça. 

Aujourd'hui

Nous sommes partis, Julie et moi, sous une fine pluie de novembre - qui est tombée sur Paris ce quinze août. Inconscients, nous nous sommes mis en tête d'aller voir l'exposition des photographies de Willy Ronis. Un dimanche, au beau milieu de l'été. Une fois arrivés sur les quais, nous avons vu la foule qui se pressait pour acheter des billets. Un couple s'embrassait à l'entrée, salement. L'attente pour la visite devait être approximativement de trois heures et demi, selon mes rapides estimations. 
Bref. Nous avons rebroussé chemin. La pluie s'est mise à tomber plus fort encore. Nous nous sommes abrités un instant dans une librairie. Puis avons de nouveau affrontés les éléments. Arrivés rue des écoles, alors qu'un torrent se déversait sur nous, nous sommes entrés dans le cinéma Le Champo (dont je suis maire sur Foursquare, pour le plus grand désespoir de Lila). Il était seize heures. Nous arrivions pile au moment de la séance d'un film dont je voyais l'affiche chaque soir en rentrant du boulot. Taking off, de Milos Forman. “Le meilleur film de Milos Forman fait en et sur l'Amérique”, comme l'écrit Village Voice. Nous sommes entrés dans la salle obscure. Les pieds trempés. Nous avons enlevé nos chaussures.

Un bon film, très années soixante dix, mais vraiment divertissant. Une famille américaine traditionnelle perdue, dont la fille unique décide un beau jour, à quinze ans, de s'en aller. 

Puis nous sommes rentrés chez nous. Et nous nous sommes changés. 


De Willy Ronis à Milos Forman, donc. Nous n'avons pas perdu au change, finalement. 

Désormais, Julie bouquine dans le lit. J'écoute de la musique. Et j'écris. 

Il pleut encore doucement sur la ville

Commentaires

La folleallure a dit…
Vous auriez pu aller boire un café dans le canapé du Reflet pour vous réchauffer. C'est drôle je crois que mon lundi 16 août ressemblait terriblement à votre 15 août. La rue Champollion comme refuge, le même film, et quelques jours plus tard, Willy Ronis, enfin.

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq