Accéder au contenu principal

Mainstream

Je commence la lecture de l'ouvrage de Frédéric Martel, Mainstream. Nicolas Demorand en avait fait la publicité sur France Inter, il y a quelques mois. "Ne manquez pas Mainstream". Je viens de terminer la préface et le premier chapitre. Je découvre ainsi les enjeux de la géopolitique culturelle. La guerre de la culture "mainstream", cette culture qui plaît à tout le monde

Ce qui est particulièrement intéressant, c'est les bouleversements qui sont actuellement à l'oeuvre. Ces nouveaux pays qui émergent avec leurs médias et leur divertissement de masse. La force d'Internet, qui bouscule tout également. "En Inde, au Brésil, en Arabie saoudite, on se bat pour dominer le Web et pour gagner la bataille du "soft power". On veut contrôler les mots, les images et les rêves". 

Le "soft power". C'est-à-dire le choix de l'attraction, plutôt que celui de la coercition, comme l'explique l'inventeur du concept : Joe Nye. La culture américaine est au coeur de ce pouvoir d'influence. Elle étend son influence en véhiculant des valeurs, comme la liberté, la démocratie, l'individualisme, le pluralisme de la presse, la mobilité sociale, l'économie de marché et le modèle d'intégration des minorités aux Etats-Unis. 

Mainstream : adj. - mot d'origine américaine : grand public, dominant, populaire. L'expression "culture mainstream" peut avoir une connotation positive, au sens de "culture pour tous" ou négative, au sens de "culture hégémonique". Un film mainstream : qui vise un large public ; un média mainstream : un média de masse ; un produit mainstream : qui se vend massivement ; "il veut être mainstream": il veut plaire à tout le monde.
 Voilà la définition qui sert de quatrième de couverture. Si la préface de cet ouvrage laisse entrevoir une certaine prétention de son auteur, qui affiche fièrement la qualité de son travail et des centaines d'interviews réalisées par lui-même sur tous les continents pour saisir le phénomène dans son ampleur, on se laisse vite absorber par le récit de ces témoignages inédits, tant les enjeux qui y sont décrits sont liés à la vie quotidienne, à l'évolution de la société, et du monde. 

Une chose semble certaine : la prééminence de la culture américaine s'essoufflera. Cet ouvrage est à cet égard à la fois fascinant et quelque peu inquiétant. Il s'agit d'une "enquête sur la guerre mondiale pour les contenus. Et cette guerre a déjà commencé". 

Commentaires

  1. looks very interesting.

    Mon intuition aurait plutôt été que l'avenir verra une forme de fragmentation de la culture "mainstream" mondiale. Des particularismes régionaux, une culture américaine qui continuera de rayonner sur l'Occident mais peut-être moins dans les pays émergents, peut-être? Puis je ne crois pas que Bollywood explosera de notre vécu en Europe, par exemple!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent