Accéder au contenu principal

Diversion

La pensée de Blaise Pascal sur le divertissement - pensée 139 - m'a souvent rassuré. Voilà qu'un philosophe considérait comme moi l'erreur des hommes, trop occupés à l'objet immédiat de leur vie, s'agitant vainement, sans jamais vivre pleinement comme ils le devraient pourtant, puisqu'il se trouve qu'ils ont à la fois la chance et le malheur de se savoir mortels.
Divertissement. Quand je m'y suis mis quelque fois à considérer les diverses agitations des hommes et les périls et les peines où ils s'exposent, dans la cour, dans la guerre, d'où naissent tant de querelles, de passions, d'entreprises hardies et souvent mauvaises, etc. j'ai découvert que tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre. Un homme qui a assez de bien pour vivre, s'il savait demeurer chez soi avec plaisir, n'en sortirait pas pour aller sur la mer ou au siège d'une place. Ou n'achètera une charge à l'armée si cher, que parce qu'on trouverait insupportable de ne bouger de la ville ; et on ne recherche les conversations et les divertissements des jeux que parce qu'on ne peut demeurer chez soi avec plaisir. Mais quand j'ai pensé de plus près, et qu'après avoir trouvé la cause de tous nos malheurs, j'ai voulu en découvrir la raison, j'ai trouvé qu'il y en a une bien effective, qui consiste dans le malheur naturel de notre condition faible et mortelle, et si misérable, que rien ne peut nous consoler, lorsque nous y pensons de près. (…) Si [un homme] est sans ce qu'on appelle divertissement, le voilà malheureux”.
Mais aujourd'hui, je suis tenté de remettre en cause mon approbation. La pensée de Pascal est trop catégorique. Le divertissement ne consiste pas seulement à détourner ses yeux de la mort, à ne pas regarder la vérité en face (d'ailleurs, “le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement”, donc l'entreprise serait probablement vaine). Se divertir, c'est aussi tout simplement jouer, créer, se sentir humain de tout son corps, de tout son être, partager, construire, imaginer, rêver, rire. C'est peut-être aussi vivre pleinement

Tout ce que le divertissement contient de profondeur. C'est ce qu'oublie Pascal. Je l'imagine justement, dans sa maisonette de la rue Monsieur le Prince, à deux pas de chez moi, où il a vécu de longues années, je le vois là, à sa table, la plume à la main, écoutant le silence de la nuit pour écrire ses angoisses et les dédier à la postérité. 

Pascal ne prend pas le temps de comprendre pourquoi les enfants se divertissent sans cesse, par exemple. Selon son propos, ils n'en n'éprouvent nullement le besoin, car de quoi se détourneraient-ils ? Ils jouent, simplement. Car ils se construisent. Car ils y prennent un plaisir qui n'est pas superflu. Ils découvrent le temps du “jeu symbolique”, qui leur permet de mieux appréhender le monde, justement. 

A lire Pascal, on imagine un enfant seul, dans sa chambre, perdu au milieu de ses jouets, en proie à un profond désespoir, qui, soudainement, déciderait d'en sortir et de jouer avec ses petites voitures. Ce qui est un contresens absolu. 

Il est essentiel de se divertir, non pas stupidement, bien sûr, mais sincèrement. Se plonger dans la musique pour sentir vibrer en nous toutes les passions, courir à pleine vitesse pour perdre son souffle, dévaler la colline, rire de joie, danser, philosopher, écrire, chanter. 

Il faut donc préférer lire les poèmes de Boris Vian, ou de Charles Baudelaire :
“Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge ; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est. Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront : il est l'heure de s'enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous sans cesse, de vin, de poésie, de vertu, à votre guise”. 

Commentaires

Maryvonne a dit…
Basile,
tu me fait comprendre plein de choses
j'aime bien te lire.....
lafollallure a dit…
Bonjour Basile,
Tu parles là du dilemne de ma vie: rester dans ma chambre, refuser la culture du diverstissement, les sollicitations trop nombreuses (je pensais souvent à Pascal aussi) ou... plonger dans le tumulte? J'ai compris que la question c'est de s'émerveiller du tourbillon, avec ferveur (et là, je pense à Gide), en gardant bien de se noyer.
Merci pour ton blog et pour cet extrait magnifique "Il faut être toujours ivre, tout est là".

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq