Accéder au contenu principal

Addicted

Cet article n'a ni queue ni tête.

Mais pas comme les plus beaux textes de Baudelaire, où, comme il le dit lui-même, “tout est à la fois tête et queue, alternativement et réciproquement”, ce qui permet au lecteur de couper où il le veut sa lecture, et à l'auteur sa rêverie. Non. Contrairement au Spleen de Paris, il n'est pas possible de jouer avec ces mots, griffonnés en ligne. Ici, ça n'a proprement ni queue ni tête. Vous êtes prévenus.

C'est une jolie métaphore, en tout cas, que celle de Baudelaire à propos de son œuvre : “enlevez une vertèbre, et les deux morceaux de cette tortueuse fantaisie se rejoindront sans peine. Hachez-la en nombreux fragments, et vous verrez que chacun peut exister à part”. Et d'ajouter :  “dans l'espérance que quelques-uns de ces tronçons seront assez vivants pour vous plaire et vous amuser, j'ose vous dédier le serpent tout entier”.

Une belle image. Une excellente accroche pour donner aux lecteurs l'envie de lire son spleen.

Aucun lien.

22 heures 22. Julie est prise par DoodleJump. Elle ne parvient pas à s'en décoller. Et à vrai dire, je la comprends. Moi-même je commence à saisir l'addiction que cette application basique, en deux dimensions, ne faisant appel à aucune technologie de géolocalisation ou de réalité augmentée, peut générer. Un principe simple : lorsque vous échouez, vous recommencez à zéro. Tout est à refaire. Il faut reprendre son courage à deux mains. 

Au tout début, c'est décourageant. Et puis on finit par y voir une forme de défi, et le tour est joué. On y passe deux heures, en s'énervant sans cesse un peu plus. Une phrase en tête : “dès que j'atteins de nouveau 30 000, j'arrête”. Mais l'on n'atteint pas 30 000. Et l'on finit par se résigner à arrêter

Aucun lien.

J'ai acheté Le Coran, pour élargir un peu ma culture générale. Je connais déjà bien peu de choses aux préceptes catholiques, mais j'ai envie de diversifier mes connaissances. Et approcher le fait religieux autrement qu'à l'accoutumée. Des textes qui sont parcourus par autant de personnes méritent que l'on s'y attarde un instant. Même si, attention, je ne veux pas dire par là que le succès d'un best seller auprès du grand public suffit toujours à me convaincre. La foule ne fait pas le chef d'œuvre. Mais bon, bref. Le Coran, même si ça se vend très bien j'imagine, c'est autre chose, de toute façon, qu'un simple best seller. 


Fils unique.

Demain matin, a priori, si tout se passe bien, nous retrouverons un accès Internet à la petite maison. Ça me donnera l'opportunité de perdre mon temps comme avant, sur la Toile. Car là, j'écris entre deux chaises, en captant un lointain réseau qui ne me permet pas de jouir pleinement de mes errances d'internaute. 

D'ailleurs, à ce propos, j'ai appris aujourd'hui que les Américains avaient regardé plus de 3 milliards de vidéos en ligne pendant le mois de Juillet. 14 heures par internaute en moyenne. 

Ça m'a rassuré. Forcément.

Je venais de voir une vidéo postée sur le wall d'un ami, sur Facebook. Une affreuse bête, que ce Facebook. Qui devient très attirante lorsque l'on a mille autres devoirs qui nous appellent. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr