Accéder au contenu principal

Songe d'une nuit d'été

Je connaissais mal Paris l'été. J'y passais la plupart du temps qu'un moment, entre deux voyages, entre la Bretagne et le Gers, entre la mer et la montagne, entre le Pouliguen et Craveggia, entre Soucy et Ornézan… voire entre San Francisco et Hong-Kong. J'y restais parfois une semaine, à crever de chaleur, dans ma chambre de bonne de la rue Gay-Lussac. Rarement plus. 
Je prends conscience ces derniers jours de la chance que j'ai eue par le passé de pouvoir partir si souvent en vacances, lors de ces mois de juillet et d'août, où les rues de Paris se vident peu à peu pour faire place aux flux de touristes que je vois chaque matin du 27 ou du 21 se presser devant la pyramide du Louvre. 

Mais j'aime bien, en fait, ce Paris estival. Les journées passent plus vite, le ciel est immensément bleu, et les soirées sont très agréables. D'autant qu'il y a beaucoup de choses à faire, le soir, contrairement à ce que je pensais. Hier, je profitais du cinéma en plein air, à la Villette, allongé dans l'herbe face à un écran géant, pour voir Sans toit ni loi - un film qui date de 1985, et qui narre l'histoire d'une jeune vagabonde, errant dans le sud de la France, sans but et sans envie. Ce soir, j'assistais émerveillé à Chouf Ouchouf, un spectacle génial des acrobates de Tanger, mêlant danse contemporaine, théâtre et prouesses de gymnastes. Une atmosphère de songe, avec de l'humour, des séquences, des changements de rythme, des  passages, des apparitions, des silences, des cris, du brouhaha. Deux autres spectacles nous attendent encore, Julie et moi, la semaine prochaine. J'ai bien hâte. 

Je travaille encore, chaque semaine, mais ça sent vraiment les vacances, et ça change tout. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chacun sa chimère

“ S ous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés. Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère , aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain. Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi. Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin d