Accéder au contenu principal

Songe d'une nuit d'été

Je connaissais mal Paris l'été. J'y passais la plupart du temps qu'un moment, entre deux voyages, entre la Bretagne et le Gers, entre la mer et la montagne, entre le Pouliguen et Craveggia, entre Soucy et Ornézan… voire entre San Francisco et Hong-Kong. J'y restais parfois une semaine, à crever de chaleur, dans ma chambre de bonne de la rue Gay-Lussac. Rarement plus. 
Je prends conscience ces derniers jours de la chance que j'ai eue par le passé de pouvoir partir si souvent en vacances, lors de ces mois de juillet et d'août, où les rues de Paris se vident peu à peu pour faire place aux flux de touristes que je vois chaque matin du 27 ou du 21 se presser devant la pyramide du Louvre. 

Mais j'aime bien, en fait, ce Paris estival. Les journées passent plus vite, le ciel est immensément bleu, et les soirées sont très agréables. D'autant qu'il y a beaucoup de choses à faire, le soir, contrairement à ce que je pensais. Hier, je profitais du cinéma en plein air, à la Villette, allongé dans l'herbe face à un écran géant, pour voir Sans toit ni loi - un film qui date de 1985, et qui narre l'histoire d'une jeune vagabonde, errant dans le sud de la France, sans but et sans envie. Ce soir, j'assistais émerveillé à Chouf Ouchouf, un spectacle génial des acrobates de Tanger, mêlant danse contemporaine, théâtre et prouesses de gymnastes. Une atmosphère de songe, avec de l'humour, des séquences, des changements de rythme, des  passages, des apparitions, des silences, des cris, du brouhaha. Deux autres spectacles nous attendent encore, Julie et moi, la semaine prochaine. J'ai bien hâte. 

Je travaille encore, chaque semaine, mais ça sent vraiment les vacances, et ça change tout. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent