Accéder au contenu principal

De la liberté de vouloir

Un grand ciel bleu. Nous rangeons la petite maison, Julie et moi. Rangement d'été, en quelque sorte. Hier, nous avons fait l'acquisition d'un ventilateur, particulièrement stylé je dois le préciser. La période estivale parisienne sera par conséquent beaucoup plus supportable. Reste à régler la question des moustiques, qui nous épargnent pour le moment, mais que je suspecte de préparer quelque chose, pour émerger prochainement, et ruiner mes nuits de Juillet. 
Je continue de découvrir Schopenhauer (je dis ça de façon très naturelle) - en particulier la première partie de l'ouvrage Les deux problèmes fondamentaux de l'éthique, où il disserte sur le sujet philosophique : “La liberté de la volonté humaine peut-elle être démontrée à partir de la conscience de soi ?”. 
En gros, il répond que non. Et il ajoute que la question mérite de vraies précisions. Après quoi il démonte le concept de liberté de façon magistrale. Je vous laisse apprécier la qualité de la dissertation du petit Arthur : 

Je peux faire ce que je veux. La déclaration de la conscience de soi immédiate ne va pas plus loin, qu'on la retourne dans tous les sens et quelle que soit la forme sous laquelle l'on pose la question. Sa déclaration se réfère donc toujours à un pouvoir d'agir conforme à la volonté : ce qui correspond précisément au concept de liberté empirique, primordiale et populaire, (…) selon lequel “libre” signifie “conforme à la volonté”. C'est de cette liberté que la conscience de soi témoignera absolument. Mais ce n'est pas cette liberté que nous interrogeons. La conscience de soi témoigne de la liberté de l'agir, en présupposant le vouloir : mais c'est sur la liberté du vouloir que portait notre question. Nous cherchons en effet à savoir quel est le rapport entre le vouloir lui-même et le motif. Or l'affirmation : “je peux faire ce que je veux” n'en dit rien. La dépendance de nos actions, c'est-à-dire de nos actes corporels, par rapport à la volonté, ce dont la conscience témoigne assurément, est quelque chose qui diffère de l'indépendance de nos volitions par rapport aux circonstances extérieures, qui serait la liberté de la volonté, et de laquelle la conscience de soi ne saurait témoigner parce que cette liberté se trouve en dehors de sa sphère, car elle concerne le rapport causal entre le monde extérieur (donné comme conscience d'autre chose) et nos résolutions, et que la conscience de soi ne saurait juger de la relation entre ce qui est tout à fait en dehors de son domaine et ce qui s'y trouve. Car aucune faculté de connaître ne peut établir un rapport entre deux termes dont l'un ne peut lui être donné en aucune façon. Or il semble évident que les objets du vouloir, qui précisément détermine la volition, se trouvent à l'extérieur de la limite de la conscience de soi, dans la conscience d'autre chose”. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,