Accéder au contenu principal

De la liberté de vouloir

Un grand ciel bleu. Nous rangeons la petite maison, Julie et moi. Rangement d'été, en quelque sorte. Hier, nous avons fait l'acquisition d'un ventilateur, particulièrement stylé je dois le préciser. La période estivale parisienne sera par conséquent beaucoup plus supportable. Reste à régler la question des moustiques, qui nous épargnent pour le moment, mais que je suspecte de préparer quelque chose, pour émerger prochainement, et ruiner mes nuits de Juillet. 
Je continue de découvrir Schopenhauer (je dis ça de façon très naturelle) - en particulier la première partie de l'ouvrage Les deux problèmes fondamentaux de l'éthique, où il disserte sur le sujet philosophique : “La liberté de la volonté humaine peut-elle être démontrée à partir de la conscience de soi ?”. 
En gros, il répond que non. Et il ajoute que la question mérite de vraies précisions. Après quoi il démonte le concept de liberté de façon magistrale. Je vous laisse apprécier la qualité de la dissertation du petit Arthur : 

Je peux faire ce que je veux. La déclaration de la conscience de soi immédiate ne va pas plus loin, qu'on la retourne dans tous les sens et quelle que soit la forme sous laquelle l'on pose la question. Sa déclaration se réfère donc toujours à un pouvoir d'agir conforme à la volonté : ce qui correspond précisément au concept de liberté empirique, primordiale et populaire, (…) selon lequel “libre” signifie “conforme à la volonté”. C'est de cette liberté que la conscience de soi témoignera absolument. Mais ce n'est pas cette liberté que nous interrogeons. La conscience de soi témoigne de la liberté de l'agir, en présupposant le vouloir : mais c'est sur la liberté du vouloir que portait notre question. Nous cherchons en effet à savoir quel est le rapport entre le vouloir lui-même et le motif. Or l'affirmation : “je peux faire ce que je veux” n'en dit rien. La dépendance de nos actions, c'est-à-dire de nos actes corporels, par rapport à la volonté, ce dont la conscience témoigne assurément, est quelque chose qui diffère de l'indépendance de nos volitions par rapport aux circonstances extérieures, qui serait la liberté de la volonté, et de laquelle la conscience de soi ne saurait témoigner parce que cette liberté se trouve en dehors de sa sphère, car elle concerne le rapport causal entre le monde extérieur (donné comme conscience d'autre chose) et nos résolutions, et que la conscience de soi ne saurait juger de la relation entre ce qui est tout à fait en dehors de son domaine et ce qui s'y trouve. Car aucune faculté de connaître ne peut établir un rapport entre deux termes dont l'un ne peut lui être donné en aucune façon. Or il semble évident que les objets du vouloir, qui précisément détermine la volition, se trouvent à l'extérieur de la limite de la conscience de soi, dans la conscience d'autre chose”. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr