Accéder au contenu principal

Créer du désir

En publicité, “la création, c'est créer le désir, rappellent Jacques Lendrevie et Arnaud de Baynast. Cela paraît assez évident aujourd'hui. Désir et consommation sont deux termes que l'on associe instinctivement, et le consommateur sceptique se détourne d'autant plus facilement de la communication qu'il suspecte chez elle cette propension à vouloir le séduire, le tenter, le pervertir. 
La publicité ayant pour objectif, in fine, soit de vendre plus, soit d'opérer un changement d'image positif,  destiné à orienter les comportements en faveur de la marque ou du sujet publicisé, on pourra émettre sur la création un principe simple et valide dans presque 100% des cas : elle est faite pour créer du désir” (Le Publicitor). 
Certes, mais le problème est bien là. Comment créer du désir avec du dentifrice, de la lessive, des boites de conserve, ou tous ces autres objets du quotidien auxquels, par définition, nous sommes tous déjà accoutumés ? Voilà la question que posent les auteurs de cet ouvrage de référence en communication. 
“(…) Les créatifs ne planchent pas tous chaque jour sur le lancement de l'iPhone ou de la Ferrari 599 GTB Fiorano. C'est bien plutôt sur le papier toilette Lotus, le nouvel Ariel, l'huile Isio  4 ou les plans d'épargne du Crédit Agricole qu'ils vont devoir créer. Il s'agit donc, le plus souvent, de ressusciter un désir qui ne peut plus, comme dans un vieux couple, être celui des tout premiers temps. L'enjeu paradoxal de la création est donc de devoir créer du désir et réhabiliter une part, même minime, de rêve, à partir d'une matière qui en semble dénuée : celle de la réalité et de la vie la plus quotidienne”. 
Et de prendre l'exemple de Nestlé qui, pour vendre son chocolat noir, a mis en scène en 1999, le plus long plan-séquence produit de toute l'histoire de la publicité : trente secondes de chocolat fondu coulant sur une poire. “Créant une incroyable montée du désir gourmand sur un mode qui empruntait beaucoup au luxe et à l'érotisme”. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi