Accéder au contenu principal

Aphone 4

C'est étrange de ne plus pouvoir parler. Plus un mot. Hier, déjà, ma voix n'était plus tout à fait la même. Et ce matin, en me réveillant, j'ai senti tout de suite que j'allais passer la journée aphone. Ma soutenance de mémoire est prévue pour mardi prochain, heureusement ; à cinq jours près, ç'aurait été particulièrement intéressant. J'aurais soutenu en chuchotant.

C'est une journée “off” aujourd'hui. Je me suis donc levé, aphone. Julie est partie travailler. J'ai rangé un peu, ouvert les fenêtres, pour aérer la petite maison. Et j'ai décidé de sortir, afin de profiter du beau temps. Je me suis balladé dans le quartier latin, enfin baigné de soleil. Les passants, enfin heureux, marchaient moins vite qu'à l'accoutumée. Ils flânaient tranquillement. Je me suis arrêté dans une librairie, où j'ai acheté deux livres d'Arthur Schopenhauer : les deux problèmes fondamentaux de l'éthique et le Monde comme Volonté et comme Représentation. Pour quinze euros, je possédais d'un seul coup le cœur de l'œuvre philosophique du plus grand pessimiste de tous les temps. Que je n'ai jamais encore vraiment lu.

Après Schopenhauer, je suis allé acheter du shampoing, du papier toilette, des jus de fruit, du sucre, un nouveau pot de nutella (l'ancien étant vide), du pain, des fruits, et de quoi me faire un rapide repas. Et puis je suis rentré chez moi.

Il y a quelques minutes, j'épluchais des pommes et des pêches, en écoutant l'été indien. C'est ça d'écouter de la musique en mode shuffle. On tombe sur des chansons improbables. Mais j'assume.
Ça m'a fait sourire en tout cas. J'étais là, assis sur un tabouret, dans ma cuisine, les doigts collants, à écouter Joe Dassin me murmurer à l'oreille.
J'aime bien ces moments, où l'on sourit d'une situation.  Il y en a pas mal en fin de compte. Moments vite oubliés, la plupart du temps, mais qui, mis bout à bout, donnent une certaine joie de vivre.

Que je vais atténuer de ce pas, en tentant de me plonger dans le pessimisme de Schopenhauer.
J'ouvre une page au hasard, comme je le fais souvent, et je tombe sur cette phrase qui me plaît déjà, et qui plairait à Adrien :

Tout ce qui arrive, des choses les plus petites jusqu'aux plus grandes, arrive nécessairement”.

Page 137.
Ça y est, je me lance dans la lecture. 

Commentaires

  1. Je connais ça à fond. Tu parles sans son, et les autres te répondent de même... Cela arrive nécessairement quand on devrait se faire entendre. Pour moi par exemple une année au Salon du jouet de Nuremberg (ce qui me permettait de ne pas parler Allemand sans avouer mon ignorance, sauf que je ne pouvais pas dire non plus que je ne comprenais rien à ce qu'on me disait). Bref, une seule solution : EUPHON, en sirop ou en pastilles.
    Bises murmurées.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce précieux conseil, grâce auquel j'ai retrouvé la voix, le jour même de ma soutenance de mémoire.
    Et à très bientôt, à Soucy !

    RépondreSupprimer
  3. schopenauer? Mon disciple!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou