Accéder au contenu principal

Aphone 4

C'est étrange de ne plus pouvoir parler. Plus un mot. Hier, déjà, ma voix n'était plus tout à fait la même. Et ce matin, en me réveillant, j'ai senti tout de suite que j'allais passer la journée aphone. Ma soutenance de mémoire est prévue pour mardi prochain, heureusement ; à cinq jours près, ç'aurait été particulièrement intéressant. J'aurais soutenu en chuchotant.

C'est une journée “off” aujourd'hui. Je me suis donc levé, aphone. Julie est partie travailler. J'ai rangé un peu, ouvert les fenêtres, pour aérer la petite maison. Et j'ai décidé de sortir, afin de profiter du beau temps. Je me suis balladé dans le quartier latin, enfin baigné de soleil. Les passants, enfin heureux, marchaient moins vite qu'à l'accoutumée. Ils flânaient tranquillement. Je me suis arrêté dans une librairie, où j'ai acheté deux livres d'Arthur Schopenhauer : les deux problèmes fondamentaux de l'éthique et le Monde comme Volonté et comme Représentation. Pour quinze euros, je possédais d'un seul coup le cœur de l'œuvre philosophique du plus grand pessimiste de tous les temps. Que je n'ai jamais encore vraiment lu.

Après Schopenhauer, je suis allé acheter du shampoing, du papier toilette, des jus de fruit, du sucre, un nouveau pot de nutella (l'ancien étant vide), du pain, des fruits, et de quoi me faire un rapide repas. Et puis je suis rentré chez moi.

Il y a quelques minutes, j'épluchais des pommes et des pêches, en écoutant l'été indien. C'est ça d'écouter de la musique en mode shuffle. On tombe sur des chansons improbables. Mais j'assume.
Ça m'a fait sourire en tout cas. J'étais là, assis sur un tabouret, dans ma cuisine, les doigts collants, à écouter Joe Dassin me murmurer à l'oreille.
J'aime bien ces moments, où l'on sourit d'une situation.  Il y en a pas mal en fin de compte. Moments vite oubliés, la plupart du temps, mais qui, mis bout à bout, donnent une certaine joie de vivre.

Que je vais atténuer de ce pas, en tentant de me plonger dans le pessimisme de Schopenhauer.
J'ouvre une page au hasard, comme je le fais souvent, et je tombe sur cette phrase qui me plaît déjà, et qui plairait à Adrien :

Tout ce qui arrive, des choses les plus petites jusqu'aux plus grandes, arrive nécessairement”.

Page 137.
Ça y est, je me lance dans la lecture. 

Commentaires

  1. Je connais ça à fond. Tu parles sans son, et les autres te répondent de même... Cela arrive nécessairement quand on devrait se faire entendre. Pour moi par exemple une année au Salon du jouet de Nuremberg (ce qui me permettait de ne pas parler Allemand sans avouer mon ignorance, sauf que je ne pouvais pas dire non plus que je ne comprenais rien à ce qu'on me disait). Bref, une seule solution : EUPHON, en sirop ou en pastilles.
    Bises murmurées.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce précieux conseil, grâce auquel j'ai retrouvé la voix, le jour même de ma soutenance de mémoire.
    Et à très bientôt, à Soucy !

    RépondreSupprimer
  3. schopenauer? Mon disciple!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,