Accéder au contenu principal

Leadership for the sixties

Le pot de Nutella est vide. Il est posé là, sur un dictionnaire déchiré (Le Petit Robert 1967). J'ai refermé son  couvercle et posé la cuiller sur le dessus. Un paquet de Pringles git également à quelque distance. Je suis au dernier étage de la petite maison. Je vois donc par la fenêtre le ciel grisâtre, sale, poussiéreux. 
Je viens de boire un verre de porto, d'une bouteille rapportée de la Quinta Nova, il y a quelques temps déjà.   Je regarde quelques vieilles photos ; étrangement ça ne me rend pas trop nostalgique. Du moins pas mélancolique. 

Je lève la tête, et observe une nouvelle fois cette large affiche, héritée de mon grand frère, qui l'avait dans sa chambre de bonne, rue Gay-Lussac : “Kennedy for President. Leadership for the 60s”. Comme je l'ai dit hier soir à mes amis lillois, passés prendre un verre à la petite maison, cette affiche m'a toujours donné du courage. C'est d'elle que je tire un certain optimisme, et une certaine détermination. Non que je m'imagine un jour connaître le même destin, mais simplement, cette illustration historique incarne pour moi l'espoir d'un grand nombre de personnes, et évoque tous les efforts d'une campagne présidentielle, l'élan qu'elle a dû susciter. 

Lorsque l'on est un peu amorphe, que le temps semble suspendu, que les livres ornent le bureau à la manière de cadavres sur un champ de bataille, et que le mois de mai est aussi immonde, infâme, déprimant, il est important d'avoir quelques images pour retrouver de la motivation. Il y avait une carte postale, que je tiens aussi de mon grand frère - décidément - reprenant une phrase de Samuel Beckett : “quand on est dans la merde jusqu'au cou, il ne reste plus qu'à chanter”. Je ne suis pas un grand chanteur, mais cette carte me redonnait courage dans les moments difficiles de mes vingt ans (j'aime parler comme un ancêtre). Et, souvent, je chantonnais un peu. 

Je vais me remettre à travailler mon mémoire. Cette pause “blog” était en quelque sorte semblable aux pauses "clopes” que je faisais auparavant. Dans un lointain passé. Moins nocive simplement, du moins je l'imagine. 

Commentaires

  1. Jolie pause blog, pas nocive pour un poil : Beckett, Katanzakis : même combat : "Quelle catastrophe patron quelle formidable catastrophe" rit Zorba. Mais lui danse plus qu'il ne chante...
    A Orsay, le radeau de la méduse, et sur l'horizon, cette petite voile, vue et montrée du doigt par les naufragés : une allégorie de l'espoir.
    A chacun son affiche... Je t'embrasse.
    Nicolas

    RépondreSupprimer
  2. Il faut inviter plus souvent ses amis. Moins regarder d'affiches.
    m

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr