Accéder au contenu principal

Fair enough

Vendredi soir. Malgré ce mois de mai infâme, j'ai passé une très bonne journée. J'ai le sentiment d'avoir bien travaillé, et je continue d'apprendre beaucoup de choses à L'Atelier. Aujourd'hui, j'ai discuté avec un chercheur américain sur les modèles des applications mobiles - l'App Store d'un côté, et les applications web de l'autre, disponibles sur une plate-forme ouverte, pour l'ensemble des appareils mobiles. Je suis un peu sceptique, et trop fan d'Apple aussi, pour cautionner cette idée. Mais bon, c'était intéressant en tout cas. J'ai également découvert l'importance du "Fair Use" pour l'économie américaine, un principe qui autorise quiconque à contourner le droit d'auteur pour citer un extrait de l'œuvre qu'il désire, et qui s'avère fondamental avec Internet, aujourd'hui. C'est d'ailleurs ce que je fais souvent sur ce blog : citer un grand homme, véhiculer une information que j'estime intéressante, rendre hommage à un auteur que j'apprécie…

C'est même tout l'intérêt de vivre ensemble : pouvoir transmettre ce que l'on découvre, sans cesse. Faire partie du monde de la connaissance, partager, échanger, apprendre et donner. Parfois, je le sais bien, je vous fais perdre un peu votre temps. Mais de temps en temps je vous intéresse, et c'est ce qui importe, en fin de compte. 

Je suis un peu malade. Le volcan s'éveille de nouveau. Les anglais connaissent une crise politique. La Grèce traverse une crise économique. Le pilote de l'avion d'Air France, au fond de l'océan aujourd'hui, a probablement cherché à faire demi-tour dans la tempête. Facebook s'infiltre sur le Net. L'iPad sort le 28 mai en France… et puis aussi : "Le plus grand barrage de castors découvert grâce à Google Earth"… Vive l'info ! Tiens, je vais tweeter cette dernière nouvelle passionnante… 

Je dois faire mon mémoire. Je dois aller chez le dentiste. Je dois aller chez l'ophtalmo pour faire le point sur ma vue, et passer aux lentilles, enfin. Je dois écrire à Orange. Je dois ranger un peu. M'organiser pour l'année prochaine. Décider de quand je passe mon permis, à présent que j'ai le code. Reprendre contact avec certains de mes amis. Lire. Dessiner. Souffler. Guérir. 

Je voulais terminer par un court extrait de quelque chose d'intelligent, pour vous convaincre à mon tour de toute l'importance du "fair use". J'ai donc pris un livre dans ma bibliothèque, au hasard comme toujours. Je suis tombé sur le Gorgias de Platon. Je voulais rendre hommage à quelqu'un de grand, mais en ouvrant au hasard ce livre, je suis tombé sur ces lignes, qui m'amènent à penser que Socrate - aussi génial soit-il - disait parfois n'importe quoi :

“(…) tu verrais avec quelle dignité je supporte la mort. Car mourir, c'est une chose dont personne n'a peur, non, personne, à moins de manquer totalement de réflexion et de virilité”. 

Je ne sais pas si je manque de virilité, Socrate, mais entre nous, je suis bien heureux que de nous deux, ce soit moi qui vive aujourd'hui. Et moi qui puisse voyager, en Grèce éventuellement, sur les ruines de la civilisation à laquelle tu appartenais, en oubliant parfois que l'important, c'est de vivre. 
Même en dehors de la cité. Même en exil. Simplement, vivre. 

Commentaires

  1. Tandis que tu écrivais, je "faisais use" sans le savoir... en citant Jean-Marie Lhote, un Monsieur de 90 ans qui se penche lui aussi sur l'Antiquité, et reste curieux de tout, bon vivant, bien vivant. Et vive la vie !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr