Accéder au contenu principal

Fair enough

Vendredi soir. Malgré ce mois de mai infâme, j'ai passé une très bonne journée. J'ai le sentiment d'avoir bien travaillé, et je continue d'apprendre beaucoup de choses à L'Atelier. Aujourd'hui, j'ai discuté avec un chercheur américain sur les modèles des applications mobiles - l'App Store d'un côté, et les applications web de l'autre, disponibles sur une plate-forme ouverte, pour l'ensemble des appareils mobiles. Je suis un peu sceptique, et trop fan d'Apple aussi, pour cautionner cette idée. Mais bon, c'était intéressant en tout cas. J'ai également découvert l'importance du "Fair Use" pour l'économie américaine, un principe qui autorise quiconque à contourner le droit d'auteur pour citer un extrait de l'œuvre qu'il désire, et qui s'avère fondamental avec Internet, aujourd'hui. C'est d'ailleurs ce que je fais souvent sur ce blog : citer un grand homme, véhiculer une information que j'estime intéressante, rendre hommage à un auteur que j'apprécie…

C'est même tout l'intérêt de vivre ensemble : pouvoir transmettre ce que l'on découvre, sans cesse. Faire partie du monde de la connaissance, partager, échanger, apprendre et donner. Parfois, je le sais bien, je vous fais perdre un peu votre temps. Mais de temps en temps je vous intéresse, et c'est ce qui importe, en fin de compte. 

Je suis un peu malade. Le volcan s'éveille de nouveau. Les anglais connaissent une crise politique. La Grèce traverse une crise économique. Le pilote de l'avion d'Air France, au fond de l'océan aujourd'hui, a probablement cherché à faire demi-tour dans la tempête. Facebook s'infiltre sur le Net. L'iPad sort le 28 mai en France… et puis aussi : "Le plus grand barrage de castors découvert grâce à Google Earth"… Vive l'info ! Tiens, je vais tweeter cette dernière nouvelle passionnante… 

Je dois faire mon mémoire. Je dois aller chez le dentiste. Je dois aller chez l'ophtalmo pour faire le point sur ma vue, et passer aux lentilles, enfin. Je dois écrire à Orange. Je dois ranger un peu. M'organiser pour l'année prochaine. Décider de quand je passe mon permis, à présent que j'ai le code. Reprendre contact avec certains de mes amis. Lire. Dessiner. Souffler. Guérir. 

Je voulais terminer par un court extrait de quelque chose d'intelligent, pour vous convaincre à mon tour de toute l'importance du "fair use". J'ai donc pris un livre dans ma bibliothèque, au hasard comme toujours. Je suis tombé sur le Gorgias de Platon. Je voulais rendre hommage à quelqu'un de grand, mais en ouvrant au hasard ce livre, je suis tombé sur ces lignes, qui m'amènent à penser que Socrate - aussi génial soit-il - disait parfois n'importe quoi :

“(…) tu verrais avec quelle dignité je supporte la mort. Car mourir, c'est une chose dont personne n'a peur, non, personne, à moins de manquer totalement de réflexion et de virilité”. 

Je ne sais pas si je manque de virilité, Socrate, mais entre nous, je suis bien heureux que de nous deux, ce soit moi qui vive aujourd'hui. Et moi qui puisse voyager, en Grèce éventuellement, sur les ruines de la civilisation à laquelle tu appartenais, en oubliant parfois que l'important, c'est de vivre. 
Même en dehors de la cité. Même en exil. Simplement, vivre. 

Commentaires

Catherine Hardy a dit…
Tandis que tu écrivais, je "faisais use" sans le savoir... en citant Jean-Marie Lhote, un Monsieur de 90 ans qui se penche lui aussi sur l'Antiquité, et reste curieux de tout, bon vivant, bien vivant. Et vive la vie !

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq