Accéder au contenu principal

Fair enough

Vendredi soir. Malgré ce mois de mai infâme, j'ai passé une très bonne journée. J'ai le sentiment d'avoir bien travaillé, et je continue d'apprendre beaucoup de choses à L'Atelier. Aujourd'hui, j'ai discuté avec un chercheur américain sur les modèles des applications mobiles - l'App Store d'un côté, et les applications web de l'autre, disponibles sur une plate-forme ouverte, pour l'ensemble des appareils mobiles. Je suis un peu sceptique, et trop fan d'Apple aussi, pour cautionner cette idée. Mais bon, c'était intéressant en tout cas. J'ai également découvert l'importance du "Fair Use" pour l'économie américaine, un principe qui autorise quiconque à contourner le droit d'auteur pour citer un extrait de l'œuvre qu'il désire, et qui s'avère fondamental avec Internet, aujourd'hui. C'est d'ailleurs ce que je fais souvent sur ce blog : citer un grand homme, véhiculer une information que j'estime intéressante, rendre hommage à un auteur que j'apprécie…

C'est même tout l'intérêt de vivre ensemble : pouvoir transmettre ce que l'on découvre, sans cesse. Faire partie du monde de la connaissance, partager, échanger, apprendre et donner. Parfois, je le sais bien, je vous fais perdre un peu votre temps. Mais de temps en temps je vous intéresse, et c'est ce qui importe, en fin de compte. 

Je suis un peu malade. Le volcan s'éveille de nouveau. Les anglais connaissent une crise politique. La Grèce traverse une crise économique. Le pilote de l'avion d'Air France, au fond de l'océan aujourd'hui, a probablement cherché à faire demi-tour dans la tempête. Facebook s'infiltre sur le Net. L'iPad sort le 28 mai en France… et puis aussi : "Le plus grand barrage de castors découvert grâce à Google Earth"… Vive l'info ! Tiens, je vais tweeter cette dernière nouvelle passionnante… 

Je dois faire mon mémoire. Je dois aller chez le dentiste. Je dois aller chez l'ophtalmo pour faire le point sur ma vue, et passer aux lentilles, enfin. Je dois écrire à Orange. Je dois ranger un peu. M'organiser pour l'année prochaine. Décider de quand je passe mon permis, à présent que j'ai le code. Reprendre contact avec certains de mes amis. Lire. Dessiner. Souffler. Guérir. 

Je voulais terminer par un court extrait de quelque chose d'intelligent, pour vous convaincre à mon tour de toute l'importance du "fair use". J'ai donc pris un livre dans ma bibliothèque, au hasard comme toujours. Je suis tombé sur le Gorgias de Platon. Je voulais rendre hommage à quelqu'un de grand, mais en ouvrant au hasard ce livre, je suis tombé sur ces lignes, qui m'amènent à penser que Socrate - aussi génial soit-il - disait parfois n'importe quoi :

“(…) tu verrais avec quelle dignité je supporte la mort. Car mourir, c'est une chose dont personne n'a peur, non, personne, à moins de manquer totalement de réflexion et de virilité”. 

Je ne sais pas si je manque de virilité, Socrate, mais entre nous, je suis bien heureux que de nous deux, ce soit moi qui vive aujourd'hui. Et moi qui puisse voyager, en Grèce éventuellement, sur les ruines de la civilisation à laquelle tu appartenais, en oubliant parfois que l'important, c'est de vivre. 
Même en dehors de la cité. Même en exil. Simplement, vivre. 

Commentaires

  1. Tandis que tu écrivais, je "faisais use" sans le savoir... en citant Jean-Marie Lhote, un Monsieur de 90 ans qui se penche lui aussi sur l'Antiquité, et reste curieux de tout, bon vivant, bien vivant. Et vive la vie !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chacun sa chimère

“ S ous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés. Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère , aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain. Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi. Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin d