Accéder au contenu principal

Crunch

Comme je l'ai peut-être déjà indiqué sur ce blog (mais je ne crois pas), j'ai une phobie de l'avion. Depuis l'atterrissage forcé que j'ai vécu il y a quelques années, sur un vol pour Los Angeles, où un feu s'était déclaré dans la cabine de pilotage de l'appareil (je vous passe les détails), j'angoisse systématiquement dès que je prends l'avion.

Et, a fortiori, j'aime profondément le train. 

Pourquoi ? Car jusqu'à aujourd'hui, je n'avais jamais eu peur en train. Tout simplement jamais.

Mais voilà : en rentrant ce soir du sud-ouest, dans le TGV de 20h22 - en provenance de Bordeaux et à destination de Paris, nous entendîmes soudain, Julie son frère et moi, un bruit métallique qui fit sursauter l'ensemble des passagers du wagon. Ce bruit sourd dura plusieurs longues secondes. Une sorte de "scrunntch" précédé d'un "blingstrackbam" retentissant, suivi par un long "dromstunbukprontchk", et conclu par une sorte de "crunch". Un bruit qui, lancés à pleine vitesse dans la nuit, n'est pas des plus rassurants pour les passagers d'un TGV. L'ensemble des personnes présentes dans le wagon de tête - celui dans lequel nous nous trouvions, Julie, Damien et moi - a dû penser comme nous, à un instant au moins, qu'il y avait un risque de déraillement.

Une pensée rapide, vite atténuée, mais qui, en traversant l'esprit ne serait-ce qu'une seconde, n'est pas des plus agréables je vous assure. 

Le train continua un moment sa course, puis s'immobilisa. 

Et c'est alors que le message suivant retentit : “mesdames et messieurs, nous venons d'heurter un chevreuil, le conducteur du train fait le point. Merci de patienter, nous allons repartir dans quelques instants”. 
Désormais, je serai un peu moins tranquille en train. Et, surtout, je ne regarderai plus ce panneau de la même façon.

La conclusion de cette histoire, c'est qu'en avion, au moins, on ne court pas ce risque. Je me demande si ça ne ferait pas une bonne pub pour Air France, ça. Quoique. J'ai quand même un doute. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq