Accéder au contenu principal

"Apple is not about bytes and boxes, it is about values"

“A recent Harvard Business Review poll found that 80% of CEOs felt that the biggest challenge they faced was the need to create new business space. Few people embody this burning desire to generate new market space like Steve Jobs. Our agency in Los Angeles has always sought to translate his penetrating market insights into punchy, hard-hitting advertising : "On January 24, 1984, Apple launches Macintosh. And you will see why 1984 won't be like 1984," said the voice-over for the commercial that launched Macintosh. This allusion to George Orwell's novel made this commercial highly memorable. Macintosh was about to change everything, so the advertising agency had to create advertising that would do the same. 
The vision then was that people no longer had to adapt to machines, but the reverse. Macintosh freed people form machines. Nearly 15 years later, "Think different" would launch the new vision shaped by Steve Jobs. In this, Apple's caretaker CEO stressed his conviction that the brand "is not about bytes and boxes, it is about values". With the concomitant launch of the iMac, Apple redefined itself as the company making "tools for creative minds". The "Think different" campaign has served both as a creative platform enabling each country to pay tribute to its own creative heroes and as a solid foundation for the Apple products themselves. 
Apple will soon be at the heart of digital lifestyle. This will again involve breaking with tradition on a grand scale, something that is never unexpected on the part of its CEO, who is always seeking to create new market spaces. 
Convention : In high technology products, communication must revolve around product features.
Disruption : "Apple is not about bytes and boxes, it is about values" (Steve Jobs)
Vision : Apple is the tool for creative minds.”
Jean-Marie Dru, Beyond disruption - changing the rules in the marketplace, 2002

Oui, désormais, il m'arrive d'écrire en anglais. Surtout lorsque cela me permet de faire un peu de prosélytisme pour "la firme à la pomme", comme aiment à l'appeler les journalistes - expression que je trouve très moche. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,