Accéder au contenu principal

"Apple is not about bytes and boxes, it is about values"

“A recent Harvard Business Review poll found that 80% of CEOs felt that the biggest challenge they faced was the need to create new business space. Few people embody this burning desire to generate new market space like Steve Jobs. Our agency in Los Angeles has always sought to translate his penetrating market insights into punchy, hard-hitting advertising : "On January 24, 1984, Apple launches Macintosh. And you will see why 1984 won't be like 1984," said the voice-over for the commercial that launched Macintosh. This allusion to George Orwell's novel made this commercial highly memorable. Macintosh was about to change everything, so the advertising agency had to create advertising that would do the same. 
The vision then was that people no longer had to adapt to machines, but the reverse. Macintosh freed people form machines. Nearly 15 years later, "Think different" would launch the new vision shaped by Steve Jobs. In this, Apple's caretaker CEO stressed his conviction that the brand "is not about bytes and boxes, it is about values". With the concomitant launch of the iMac, Apple redefined itself as the company making "tools for creative minds". The "Think different" campaign has served both as a creative platform enabling each country to pay tribute to its own creative heroes and as a solid foundation for the Apple products themselves. 
Apple will soon be at the heart of digital lifestyle. This will again involve breaking with tradition on a grand scale, something that is never unexpected on the part of its CEO, who is always seeking to create new market spaces. 
Convention : In high technology products, communication must revolve around product features.
Disruption : "Apple is not about bytes and boxes, it is about values" (Steve Jobs)
Vision : Apple is the tool for creative minds.”
Jean-Marie Dru, Beyond disruption - changing the rules in the marketplace, 2002

Oui, désormais, il m'arrive d'écrire en anglais. Surtout lorsque cela me permet de faire un peu de prosélytisme pour "la firme à la pomme", comme aiment à l'appeler les journalistes - expression que je trouve très moche. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq