Accéder au contenu principal

Think different

“Only two things are infinite, the universe and human stupidity. And I'm not sure about the former”.      Albert Einstein. 

J'ai parfois l'impression que mon esprit sommeille*. Il y a tant de choses que j'aimerais faire, tant de choses que j'aimerais changer. Ce n'est pas tant que ma vie présente soit à mes yeux imparfaite, mais j'ai de temps en temps le sentiment que je commence à vivre sans y faire attention. C'est l'un des pires penchants chez l'homme, sans doute : oublier qu'il est en train de vivre. C'est aussi l'un de ses penchants les plus naturels. 

J'étais dans le train, tout à l'heure. Je devais faire dans la journée un aller-retour à Lille, pour des histoires de papiers à récupérer, de préparation de code, etc. Il se trouve que j'avais retrouvé le matin-même mes écouteurs d'iPod, perdus depuis plusieurs semaines. La corrélation de ces deux événements m'a amené à une certaine prise de conscience. En vérité, une fois à ma place, j'ai éprouvé une sensation de déjà-vu. Je revivais ce voyage fait cent fois l'année dernière, entre la capitale nationale et l'ancienne capitale européenne de la culture. Je me trouvais là, la tête contre la vitre, à écouter les mêmes musiques, en voyant défiler les mêmes paysages. Je cru même reconnaître le contrôleur moustachu qui interrompit un instant ma nostalgie pour me demander mon billet. Un billet, semblable à tous ces autres, réservés en ligne, tant de fois, et ayant terminé leur courte existence de papier dans l'une des poubelles de la Gare Lille Flandres ou de la Gare du Nord. 

Une prise de conscience donc : la bêtise humaine est infinie, et s'incarne dans les habitudes. Il faut prendre le temps de vivre, de faire ce que l'on veut faire, ce que l'on aime faire. Je veux me remettre à dessiner, à écrire, à projeter. Penser, rêver, être libre. “avoir l'œil qui regarde bien, la voix qui vibre”. Revoir certaines personnes qui me manquent, écrire à d'autres. Me balader dans Paris, sur les quais, dans les rues, dans les jardins, avec Julie. Depuis qu'elle est revenue, il y a comme un air de fête. Une nouvelle ère, une sorte de renaissance. Et c'est bien. J'ai envie de partir à la conquête de l'univers, aussi infini soit-il. 

* Arthur Rimbaud écrivait, dans Une saison en enfer
“Je m'aperçois que mon esprit dort. 
S'il était bien éveillé toujours à partir de ce moment, nous serions bientôt à la vérité, qui peut-être nous entoure avec ses anges pleurant !… S'il avait été éveillé jusqu'à ce moment-ci, c'est que je n'aurais pas cédé aux instincts délétères, à une époque immémoriale !… S'il avait toujours été bien éveillé, je voguerais en pleine sagesse !…”

Commentaires

  1. Se réveiller, oui, mais sans cesser de rêver... C'est bon, parfois, d'être enfoui dans l'irréel, l'utopique, le délicieux temps perdu, comme dans son oreiller. C'est là que le réveil sonne ou que la mère revient à la charge pour vous faire sortir du lit, les faisant écrouler, les rêves, comme, d'un geste maladroit, une tour de cubes patiemment assemblés.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chacun sa chimère

“ S ous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés. Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère , aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain. Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi. Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin d