Accéder au contenu principal

Think different

“Only two things are infinite, the universe and human stupidity. And I'm not sure about the former”.      Albert Einstein. 

J'ai parfois l'impression que mon esprit sommeille*. Il y a tant de choses que j'aimerais faire, tant de choses que j'aimerais changer. Ce n'est pas tant que ma vie présente soit à mes yeux imparfaite, mais j'ai de temps en temps le sentiment que je commence à vivre sans y faire attention. C'est l'un des pires penchants chez l'homme, sans doute : oublier qu'il est en train de vivre. C'est aussi l'un de ses penchants les plus naturels. 

J'étais dans le train, tout à l'heure. Je devais faire dans la journée un aller-retour à Lille, pour des histoires de papiers à récupérer, de préparation de code, etc. Il se trouve que j'avais retrouvé le matin-même mes écouteurs d'iPod, perdus depuis plusieurs semaines. La corrélation de ces deux événements m'a amené à une certaine prise de conscience. En vérité, une fois à ma place, j'ai éprouvé une sensation de déjà-vu. Je revivais ce voyage fait cent fois l'année dernière, entre la capitale nationale et l'ancienne capitale européenne de la culture. Je me trouvais là, la tête contre la vitre, à écouter les mêmes musiques, en voyant défiler les mêmes paysages. Je cru même reconnaître le contrôleur moustachu qui interrompit un instant ma nostalgie pour me demander mon billet. Un billet, semblable à tous ces autres, réservés en ligne, tant de fois, et ayant terminé leur courte existence de papier dans l'une des poubelles de la Gare Lille Flandres ou de la Gare du Nord. 

Une prise de conscience donc : la bêtise humaine est infinie, et s'incarne dans les habitudes. Il faut prendre le temps de vivre, de faire ce que l'on veut faire, ce que l'on aime faire. Je veux me remettre à dessiner, à écrire, à projeter. Penser, rêver, être libre. “avoir l'œil qui regarde bien, la voix qui vibre”. Revoir certaines personnes qui me manquent, écrire à d'autres. Me balader dans Paris, sur les quais, dans les rues, dans les jardins, avec Julie. Depuis qu'elle est revenue, il y a comme un air de fête. Une nouvelle ère, une sorte de renaissance. Et c'est bien. J'ai envie de partir à la conquête de l'univers, aussi infini soit-il. 

* Arthur Rimbaud écrivait, dans Une saison en enfer
“Je m'aperçois que mon esprit dort. 
S'il était bien éveillé toujours à partir de ce moment, nous serions bientôt à la vérité, qui peut-être nous entoure avec ses anges pleurant !… S'il avait été éveillé jusqu'à ce moment-ci, c'est que je n'aurais pas cédé aux instincts délétères, à une époque immémoriale !… S'il avait toujours été bien éveillé, je voguerais en pleine sagesse !…”

Commentaires

  1. Se réveiller, oui, mais sans cesser de rêver... C'est bon, parfois, d'être enfoui dans l'irréel, l'utopique, le délicieux temps perdu, comme dans son oreiller. C'est là que le réveil sonne ou que la mère revient à la charge pour vous faire sortir du lit, les faisant écrouler, les rêves, comme, d'un geste maladroit, une tour de cubes patiemment assemblés.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent