Accéder au contenu principal

Envoyé spécial

J'ai l'air de me prendre un peu trop au sérieux ? Oui, d'accord. Mais lorsque je poste une telle photo, assez humiliante en un sens (puisque je suis seul dans un hôtel à me photographier dans la glace de la salle de bain), c'est du second degré, forcément. 
N'empêche, pendant deux jours, j'ai été “envoyé spécial". Ce n'est pas rien ça, “envoyé spécial”. 
Ces mots sonnent étrangement, je trouve. “Envoyé spécial”. Si l'on n'y réfléchit pas, c'est la classe, évidemment. Mais si l'on s'y arrête, ne serait-ce qu'une seconde, et qu'on les observe attentivement, ils sonnent un peu faux. Envoyé de quoi, envoyé où, pourquoi ? Envoyé ? Autrement dit, posté ? Comme un colis, comme une enveloppe ? Envoyé en voyage. Propulsé à quelques kilomètres pour couvrir un événement. Spécial ? Oui, c'est logique. Envoyé spécialement pour couvrir cet événement. Envoyé occasionnel, ça signifie la même chose, mais ce n'est probablement pas assez valorisant.

Mais de quel événement ai-je donc été l'envoyé spécial ? Venons en un peu au fait, et cessons de tourner autour du pot. 
Envoyé spécial au Salon Imagina, à Monaco.
J'étais envoyé par l'Atelier pour dénicher quelques innovations au salon Imagina. 
Il s'agit d'un Salon dédié à la 3D. Je sais, j'ai détesté Avatar, et pourtant, c'est moi que l'Atelier a choisi pour couvrir l'événement. Mais justement, au-delà d'Avatar, la 3D continue d'inspirer les professionnels. En errant un peu au travers du salon, j'ai découvert des cartographies en trois dimensions très détaillées, qui s'inondent le cas échéant, si l'on choisit de simuler une faille dans le barrage avoisinant. J'ai assisté à des démonstrations de réalité augmentée. J'ai parcouru des stands de conception virtuelle, de design, de modélisation. J'ai compris comment fonctionnait un scanner 3D. J'ai appris qu'une souris avait spécialement été créée pour  s'adapter aux technologies en trois dimensions. J'ai noté que Second Life se faisait une seconde peau avec la possibilité de créer son propre univers professionnel. Et tant de choses encore…
Un salon, en fin de compte. Avec de nombreux stands, et quelques vraies innovations. Au final, je suis content de ces quelques jours passés à Monaco. Bon, Monaco, en soi, ce n'est pas incroyable. Il y a quelques belles citadelles et la mer, mais il y a surtout des immeubles, des voitures de luxe, des personnes ostensiblement riches, qui ne partagent probablement pas mes convictions politiques, des formules déjeuners à 35 euros dans les restaurants, un parc japonais dédié à la princesse Grace, deux ou trois bars, et beaucoup d'hôtels et de casinos. A part ça, pas grand chose. Disons que je n'y passerai certainement pas ma vie, ni même ma retraite. Mais deux jours, comme ça, en tant qu'envoyé spécial, ça valait carrément le coup. 

Commentaires

  1. Duuuuude arrête de faire genre tu aimes pas les casinos! :)

    (signé: the secret poker winner)

    RépondreSupprimer
  2. (c'est pour mon travail. Ils ne doivent pas savoir que mes 450 euros de notes de frais correspondent à un bad beat à la river…)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi