Accéder au contenu principal

Ça, c'est fait.

Lundi dernier, je passais mon code à Lille. Pourquoi à Lille ? Parce que que je m'étais inscrit en début d'année universitaire, que ça coûtait moins cher, que c'était à deux pas de chez moi, et pour d'autres raisons encore, peut-être… La journée aurait pu être particulièrement maussade. Il pleuvait sur Lille. J'avais quelques heures pour réussir mon examen, et rentrer à Paris pour retourner au boulot. À vrai dire, je n'étais pas particulièrement optimiste, dans la mesure où j'avais passé peu de temps à réviser mon code de la route. Sur Internet, principalement, j'avais effectué quelques tests, dont les résultats n'étaient pas très réguliers. Je connaissais l'enjeu. Je connaissais la règle. Cinq fautes. Il ne fallait pas que je commette plus de cinq fautes…

Dans la salle d'examen, il y avait un peu de tout. Des lycéens hyper stressés, des trentenaires un peu perdus, des hommes, des femmes, des petits, des grands… À ma droite, un Lillois à la figure boursoufflée, avec quelques poils blonds au menton, et des cheveux plaqués en arrière. Assez laid, en vérité. Devant moi, une lycéenne un peu tendue. Qui feignait de ne pas l'être. Et à ma gauche un jeune homme pâle, très bon chic bon genre, un peu trop confiant, qui n'arrêtait pas de faire comprendre à ses voisins (dont je faisais partie) qu'il connaissait son code sur le bout des doigts. Je le regardais, un peu interloqué, ne comprenant pas que l'on puisse manifester autant d'orgueil pour un examen de ce type. Je croyais que ce genre d'individus ne se croisait que dans les salles de concours, mais non. Enfin, j'imagine que c'était sa manière à lui de gérer son stress. 

Bon, en tout cas, une fois le test terminé, j'ai attendu mon tour pour recevoir le résultat. Je fus d'ailleurs le dernier à être appelé. J'ai donc assisté au verdict pour l'ensemble des candidats. Les trois quarts d'entre eux ont entendu un “c'est insatisfaisant” retentissant. C'était assez troublant. Je cherchais à savoir ce que l'inspectrice aurait pu dire à la place. “C'est nul”, “c'est complètement raté”, “ah non, là, c'est pas du tout ça”, “bon, franchement, je ne vais pas passer par quatre chemins, vous ne l'avez pas”… Cet “insatisfaisant” me posait problème. À qui fallait-il attribuer cette insatisfaction ? Clairement, les plus insatisfaits, c'étaient ces candidats recalés, qui repartaient, avec un sourire gêné, en pensant probablement en eux-même (“eh merde…”). 

J'ai eu la chance, de mon côté, de faire partie de l'autre groupe, et d'entendre un “c'est bon”. Pas de “C'est satisfaisant”. Mais j'avais cessé de réfléchir à ces questions sans intérêt à cet instant. Car je l'avais, mon code. Car je l'ai. 

C'est bon. C'est fait. Ça y est !

Je n'ai plus qu'à passer le permis. :(

Commentaires

  1. J'aimerais savoir faire faire une petite rotation au panneau virage à gauche pour que la flèche se retrouve horizontale et qu'il affiche, donc, un joli sourire... mais je n'ai pas le code pour faire ce genre de manip. Bravo !
    cat

    RépondreSupprimer
  2. Bon première étape franchie, courage pour la conduite. Les auto-école ont svt un intérêt objectif à ce que les candidats échouent. Tu devrais encourager tes copains Adrien et Ambroise à suivre ta trace!
    Marie-Françoise

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr