Accéder au contenu principal

Ça, c'est fait.

Lundi dernier, je passais mon code à Lille. Pourquoi à Lille ? Parce que que je m'étais inscrit en début d'année universitaire, que ça coûtait moins cher, que c'était à deux pas de chez moi, et pour d'autres raisons encore, peut-être… La journée aurait pu être particulièrement maussade. Il pleuvait sur Lille. J'avais quelques heures pour réussir mon examen, et rentrer à Paris pour retourner au boulot. À vrai dire, je n'étais pas particulièrement optimiste, dans la mesure où j'avais passé peu de temps à réviser mon code de la route. Sur Internet, principalement, j'avais effectué quelques tests, dont les résultats n'étaient pas très réguliers. Je connaissais l'enjeu. Je connaissais la règle. Cinq fautes. Il ne fallait pas que je commette plus de cinq fautes…

Dans la salle d'examen, il y avait un peu de tout. Des lycéens hyper stressés, des trentenaires un peu perdus, des hommes, des femmes, des petits, des grands… À ma droite, un Lillois à la figure boursoufflée, avec quelques poils blonds au menton, et des cheveux plaqués en arrière. Assez laid, en vérité. Devant moi, une lycéenne un peu tendue. Qui feignait de ne pas l'être. Et à ma gauche un jeune homme pâle, très bon chic bon genre, un peu trop confiant, qui n'arrêtait pas de faire comprendre à ses voisins (dont je faisais partie) qu'il connaissait son code sur le bout des doigts. Je le regardais, un peu interloqué, ne comprenant pas que l'on puisse manifester autant d'orgueil pour un examen de ce type. Je croyais que ce genre d'individus ne se croisait que dans les salles de concours, mais non. Enfin, j'imagine que c'était sa manière à lui de gérer son stress. 

Bon, en tout cas, une fois le test terminé, j'ai attendu mon tour pour recevoir le résultat. Je fus d'ailleurs le dernier à être appelé. J'ai donc assisté au verdict pour l'ensemble des candidats. Les trois quarts d'entre eux ont entendu un “c'est insatisfaisant” retentissant. C'était assez troublant. Je cherchais à savoir ce que l'inspectrice aurait pu dire à la place. “C'est nul”, “c'est complètement raté”, “ah non, là, c'est pas du tout ça”, “bon, franchement, je ne vais pas passer par quatre chemins, vous ne l'avez pas”… Cet “insatisfaisant” me posait problème. À qui fallait-il attribuer cette insatisfaction ? Clairement, les plus insatisfaits, c'étaient ces candidats recalés, qui repartaient, avec un sourire gêné, en pensant probablement en eux-même (“eh merde…”). 

J'ai eu la chance, de mon côté, de faire partie de l'autre groupe, et d'entendre un “c'est bon”. Pas de “C'est satisfaisant”. Mais j'avais cessé de réfléchir à ces questions sans intérêt à cet instant. Car je l'avais, mon code. Car je l'ai. 

C'est bon. C'est fait. Ça y est !

Je n'ai plus qu'à passer le permis. :(

Commentaires

Anonyme a dit…
J'aimerais savoir faire faire une petite rotation au panneau virage à gauche pour que la flèche se retrouve horizontale et qu'il affiche, donc, un joli sourire... mais je n'ai pas le code pour faire ce genre de manip. Bravo !
cat
Anonyme a dit…
Bon première étape franchie, courage pour la conduite. Les auto-école ont svt un intérêt objectif à ce que les candidats échouent. Tu devrais encourager tes copains Adrien et Ambroise à suivre ta trace!
Marie-Françoise
Basile a dit…
Je m'y efforce !

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq