Accéder au contenu principal

Jeudi 7


voilà la photo sur laquelle on tombe lorsque l'on tape jeudi 7 sur Google - aucun lien
Je vais tenter un exercice qui n'est pas des plus faciles : raconter ma journée, en quelques mots (c'est-à-dire en schématisant beaucoup), bien que celle-ci ne soit en rien exceptionnelle. En d'autres termes, je veux publier un post sans grand intérêt, histoire de voir ce que ça fait. S'il est suffisamment ennuyeux, cela créera éventuellement un effet de contraste, et l'ensemble de mon blog apparaîtra passionnant. La tâche n'est pas aisée. Je m'y attèle toutefois :
- Réveil avec France Inter, vers 7 heures 55. Je me rendors aussitôt.
- Je suis tiré de mon sommeil par l'annonce de la mort de Philippe Séguin. Ça ne me rend pas particulièrement triste, mais je me dis en moi-même que cet homme devenait presque attachant à la Cour des comptes. Je constate que l'interview de Jospin passe à la trappe, et que celui-ci doit rager quelque peu.
- Je bois un verre de jus d'orange (tss tss pas de marque), je mange un kiwi (ce n'est pas spécialement une habitude, mais il se trouve qu'il y a des kiwis en ce moment dans mon frigo). Et puis je sors dans le froid.
- Il y a de la neige dans les rues, et j'observe les traces de pas déjà nombreuses devant le Collège de France. Ça m'étonne un peu.
- Je cours pour attraper mon bus, qui m'amène jusqu'à la rue de Hanovre.
- La journée commence fort, rédaction d'articles, tweets, blog, etc. Je me fais une pause de 2 minutes environ au moment où l'on fête l'anniversaire d'une collègue, pour prendre une mini coupe de champagne et une part de la galette des rois, que j'ai trouvé délicieuse, soit dit en passant.
- Gros rush avant la pause déjeuner de midi - qui est repoussée à 14h. Le déjeuner est tardif, mais cela permet de souffler un peu.
- Retour au bureau vers 14h45. De nouveau pas mal de boulot.
- Mon premier article signé est finalement publié en fin de journée, et je vous invite d'ailleurs à le lire, si vous vous intéressez à la protection de la vie privée en entreprise. Cliquez simplement ici.
- Je rentre à pieds chez moi, depuis Opéra, histoire de respirer un peu l'air frais d'une soirée parisienne.
- J'arrive vers 21h devant ma porte.
- Je mange.
- Je regarde des vidéos de Philippe Séguin sur l'INA.fr. Cela m'amène à retrouver des extraits d'un débat avec François Mitterrand. Je tombe finalement sur une interview par Thierry Ardisson de Jean Glavany, vieille d'une dizaine d'année.
- Je prend finalement la décision d'écrire un article sans grand intérêt sur mon blog, en me disant que je peux me permettre un écart proprement narcissique et fondamentalement inintéressant, compte tenu de la qualité de mes articles précédents. Et puis surtout, peut-être que dans dix ans, si ce blog existe toujours, et si j'existe toujours également, je retomberais sur ce message, je le relirais, et je pourrais me replonger dans cette journée ordinaire de la première semaine d'hiver 2010. Qui sait ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq