Accéder au contenu principal

Jeudi 7


voilà la photo sur laquelle on tombe lorsque l'on tape jeudi 7 sur Google - aucun lien
Je vais tenter un exercice qui n'est pas des plus faciles : raconter ma journée, en quelques mots (c'est-à-dire en schématisant beaucoup), bien que celle-ci ne soit en rien exceptionnelle. En d'autres termes, je veux publier un post sans grand intérêt, histoire de voir ce que ça fait. S'il est suffisamment ennuyeux, cela créera éventuellement un effet de contraste, et l'ensemble de mon blog apparaîtra passionnant. La tâche n'est pas aisée. Je m'y attèle toutefois :
- Réveil avec France Inter, vers 7 heures 55. Je me rendors aussitôt.
- Je suis tiré de mon sommeil par l'annonce de la mort de Philippe Séguin. Ça ne me rend pas particulièrement triste, mais je me dis en moi-même que cet homme devenait presque attachant à la Cour des comptes. Je constate que l'interview de Jospin passe à la trappe, et que celui-ci doit rager quelque peu.
- Je bois un verre de jus d'orange (tss tss pas de marque), je mange un kiwi (ce n'est pas spécialement une habitude, mais il se trouve qu'il y a des kiwis en ce moment dans mon frigo). Et puis je sors dans le froid.
- Il y a de la neige dans les rues, et j'observe les traces de pas déjà nombreuses devant le Collège de France. Ça m'étonne un peu.
- Je cours pour attraper mon bus, qui m'amène jusqu'à la rue de Hanovre.
- La journée commence fort, rédaction d'articles, tweets, blog, etc. Je me fais une pause de 2 minutes environ au moment où l'on fête l'anniversaire d'une collègue, pour prendre une mini coupe de champagne et une part de la galette des rois, que j'ai trouvé délicieuse, soit dit en passant.
- Gros rush avant la pause déjeuner de midi - qui est repoussée à 14h. Le déjeuner est tardif, mais cela permet de souffler un peu.
- Retour au bureau vers 14h45. De nouveau pas mal de boulot.
- Mon premier article signé est finalement publié en fin de journée, et je vous invite d'ailleurs à le lire, si vous vous intéressez à la protection de la vie privée en entreprise. Cliquez simplement ici.
- Je rentre à pieds chez moi, depuis Opéra, histoire de respirer un peu l'air frais d'une soirée parisienne.
- J'arrive vers 21h devant ma porte.
- Je mange.
- Je regarde des vidéos de Philippe Séguin sur l'INA.fr. Cela m'amène à retrouver des extraits d'un débat avec François Mitterrand. Je tombe finalement sur une interview par Thierry Ardisson de Jean Glavany, vieille d'une dizaine d'année.
- Je prend finalement la décision d'écrire un article sans grand intérêt sur mon blog, en me disant que je peux me permettre un écart proprement narcissique et fondamentalement inintéressant, compte tenu de la qualité de mes articles précédents. Et puis surtout, peut-être que dans dix ans, si ce blog existe toujours, et si j'existe toujours également, je retomberais sur ce message, je le relirais, et je pourrais me replonger dans cette journée ordinaire de la première semaine d'hiver 2010. Qui sait ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr