Accéder au contenu principal

Un temps alcyonien


La fin de l'année approche. Je relis quelques uns des posts que j'avais écrits il y a quelques temps, et je prends conscience des doutes qui m'assaillaient alors. Tout va bien désormais. Je regarde par la fenêtre le ciel immense et bleu : « un temps alcyonien » aurait dit ma prof de philosophie en hypokhâgne. « Le temps que Nietzsche préférait », comme elle se plaisait à le rappeler, indéfiniment. Un temps de ciel clair, où tout semble suspendu. En l'occurrence, cette suspension est accentuée par la fine couche blanche qui recouvre les toits, les trottoirs. Le calme après la tempête. La plénitude après le vent et la neige.
J'en ai terminé avec Sciences po. Le temps est passé vite, mais, vraiment, c'était bien. J'ai rencontré des personnes qui valaient la peine qu'on les rencontre. J'ai découvert une ville. J'ai appris des choses. J'ai surtout compris qu'il était essentiel de ne pas donner trop d'importance aux choses sans importance. Et cela n'est pas facile. « Rien de plus rare que de ne donner aucune importance aux choses qui n'ont aucune importance » écrivait Paul Valéry. Sur la même page de Tel Quel, il écrit d'ailleurs ceci :
« Se laisser vivre, quoi de plus difficile ? Activité inexprimable des mouches, des moustiques. Véritables grains d'énergie. Sur la vitre bleue toute composée de soleil, on court, on se rencontre : on s'en va, on y revient avec un petit choc dru et dur et ce bruit de friture d'ailes. Et on n'est jamais trop, ni jamais trop éveillées. Quelle inquiétude, quelle joie hâtée de courir sur ce beau vertical si pur, sur une poussière de diamants fous, sur un parvis de feu et d'atomes ; il faut, avant la mort et le soir, avoir parcouru tous les points de ce carreau, et par les courbes les plus bizarres ».
Les meilleurs écrivains sont incontestablement ceux qui savent prendre le temps d'observer les détails universels, et les décrire à leur manière. Personnellement - peut-être est-ce parce que je ne suis pas un grand écrivain - je vois surtout dans la situation de la mouche emprisonnée contre sa vitre un supplice indéfinissable, mêlé de bêtise et d'angoisse. J'espère ne jamais ressembler à ces êtres sans conscience, agissant sans raison, et s'épuisant jusqu'à la mort dans la vaine poursuite d'un but inaccessible. Et puis, d'ailleurs, je n'aime pas les mouches, et je hais les moustiques.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr