Accéder au contenu principal

un peu d'histoire (3)

De la réclame à la pub
Les années 1930 sont les années des slogans (dont l'étymologie est intéressante : de l'anglais slogan issu de l'écossais slogorne, provenant du gaélique écossais sluagh-gairm qui signifiait « cri de ralliement des clans, cri de guerre » - oui, je sais, mon blog est une source d'informations impressionnante).

L'exemple que je préfère : Et badadi et badadoit, la meilleure eau c'est la Badoit
Mais il y en a d'autres : Où Timor passe, l'insecte trépasse ; Adoptez Dop ; Il n'y a que Maille qui m'aille ; Clic, clac… merci Kodak, etc.
La communication change dans les années 1950, avec l'apparition des techniques de vente américaines dans le sillage du plan Marshall.
Dans les années 1970, les grands réseaux d'agences prennent forme sous l'impulsion de jeunes publicitaires talentueux : Jacques Séguéla (RSCG puis Havas), Jean-Claude Boulet et Jean-Marie Dru (Young et Rubicam puis BDDP) ou encore Bill Tragos et Claude Bonnange pour TBWA. L'achat d'espace puis le conseil média se déplacent vers des agences spécialisées.
Dans les années 1980, nous entrons dans l'ère des mass-médias (TV+affichage). Les agences de publicité deviennent des agences de communication globale (autrement dit, elles font aussi du hors-média - de la promotion, du marketing direct, de l'événementiel). Le tournant avec les années 1990 est fondamental : il y a d'une part la crise des investissements en communication et l'application de la loi Sapin qui va clarifier les flux financiers entre supports, agences et annonceurs. 
Sur le fond aussi, les choses changent. La publicité devient une arme. Leclerc l'utilise dès le début des années 1980 comme telle. La communication accompagne la société de l'Entertainment. Dans les années 2000 on recourt de manière systématique à l'humour. Les consommateurs connaissent les ficelles du marketing et de la pub. Il faut donc réinventer la publicité. Il y a un vrai travail sur la relation marque/consommateur qui se fait.


Les stratégies d'aujourd'hui
Nous sommes aujourd'hui exposés à plus de 7000 messages par jour. Nous savons mieux décrypter les messages, mais leur multitude crée un encombrement qui ne nous permet pas de les mémoriser aussi aisément qu'auparavant. 
On parle aujourd'hui de « communication 360° ». Cette expression très en vogue aujourd'hui dans les milieux de la communication désigne l'ensemble du champ des techniques de communication, off line et on line. Deux exemples : - le lancement du parfum Diesel Fuel for life par le groupe l'Oréal en septembre 2007, avec notamment de l'affichage sauvage. - et la démonstration par la régie Lagardère Active Publicité de sa capacité en matière de 360° avec « Emma je t'aime, reviens ! ».

La communication s'appuie aujourd'hui sur de très importantes opérations de relations publiques et relations presse (PR). Elle sait également utiliser les dernières technologies, avec du marketing viral (la création de mini-sites n'existant que dans un contexte de lancement de campagne, comme pour coco-mademoiselle.com). Les Internautes peuvent ainsi s'approprier la campagne de communication.
Les marques utilisent une nouvelle proximité. C'est la raison pour laquelle la communication corporate prend de l'importance. On consomme aujourd'hui les valeurs d'une entreprise autant, sinon plus, que les produits ou les services qu'elle propose. On passe du lifestyle au mindstyle. Le développement sans précédent du web social change bien sûr la donne. L'avenir de la communication est à réinventer.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi