Accéder au contenu principal

un peu d'histoire (3)

De la réclame à la pub
Les années 1930 sont les années des slogans (dont l'étymologie est intéressante : de l'anglais slogan issu de l'écossais slogorne, provenant du gaélique écossais sluagh-gairm qui signifiait « cri de ralliement des clans, cri de guerre » - oui, je sais, mon blog est une source d'informations impressionnante).

L'exemple que je préfère : Et badadi et badadoit, la meilleure eau c'est la Badoit
Mais il y en a d'autres : Où Timor passe, l'insecte trépasse ; Adoptez Dop ; Il n'y a que Maille qui m'aille ; Clic, clac… merci Kodak, etc.
La communication change dans les années 1950, avec l'apparition des techniques de vente américaines dans le sillage du plan Marshall.
Dans les années 1970, les grands réseaux d'agences prennent forme sous l'impulsion de jeunes publicitaires talentueux : Jacques Séguéla (RSCG puis Havas), Jean-Claude Boulet et Jean-Marie Dru (Young et Rubicam puis BDDP) ou encore Bill Tragos et Claude Bonnange pour TBWA. L'achat d'espace puis le conseil média se déplacent vers des agences spécialisées.
Dans les années 1980, nous entrons dans l'ère des mass-médias (TV+affichage). Les agences de publicité deviennent des agences de communication globale (autrement dit, elles font aussi du hors-média - de la promotion, du marketing direct, de l'événementiel). Le tournant avec les années 1990 est fondamental : il y a d'une part la crise des investissements en communication et l'application de la loi Sapin qui va clarifier les flux financiers entre supports, agences et annonceurs. 
Sur le fond aussi, les choses changent. La publicité devient une arme. Leclerc l'utilise dès le début des années 1980 comme telle. La communication accompagne la société de l'Entertainment. Dans les années 2000 on recourt de manière systématique à l'humour. Les consommateurs connaissent les ficelles du marketing et de la pub. Il faut donc réinventer la publicité. Il y a un vrai travail sur la relation marque/consommateur qui se fait.


Les stratégies d'aujourd'hui
Nous sommes aujourd'hui exposés à plus de 7000 messages par jour. Nous savons mieux décrypter les messages, mais leur multitude crée un encombrement qui ne nous permet pas de les mémoriser aussi aisément qu'auparavant. 
On parle aujourd'hui de « communication 360° ». Cette expression très en vogue aujourd'hui dans les milieux de la communication désigne l'ensemble du champ des techniques de communication, off line et on line. Deux exemples : - le lancement du parfum Diesel Fuel for life par le groupe l'Oréal en septembre 2007, avec notamment de l'affichage sauvage. - et la démonstration par la régie Lagardère Active Publicité de sa capacité en matière de 360° avec « Emma je t'aime, reviens ! ».

La communication s'appuie aujourd'hui sur de très importantes opérations de relations publiques et relations presse (PR). Elle sait également utiliser les dernières technologies, avec du marketing viral (la création de mini-sites n'existant que dans un contexte de lancement de campagne, comme pour coco-mademoiselle.com). Les Internautes peuvent ainsi s'approprier la campagne de communication.
Les marques utilisent une nouvelle proximité. C'est la raison pour laquelle la communication corporate prend de l'importance. On consomme aujourd'hui les valeurs d'une entreprise autant, sinon plus, que les produits ou les services qu'elle propose. On passe du lifestyle au mindstyle. Le développement sans précédent du web social change bien sûr la donne. L'avenir de la communication est à réinventer.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq