Accéder au contenu principal

L'encadrement juridique de la communication

La protection juridique de la campagne 
Selon la Cour d'Appel de Paris (1958) : « l'idée publicitaire (…) ne peut faire l'objet d'appropriation, l'idée qui préside à la création de l'esprit appartenant à tous et le droit protégé ne portant que sur la forme donnée à l'idée ».
- On ne peut protéger l'idée d'une campagne publicitaire. En revanche, l'ensemble des éléments qui composent cette campagne peuvent l'être.
Les différents éléments de protection
- les droits soumis à dépôt préalable :
a) la marque
« signe susceptible de représentation graphique servant à distinguer les produits ou services d'une personne physique ou morale » (nom, design du produit, couleur spécifique, logo, symbole, slogan, signature, jingle).
conditions de validité pour déposer une marque : distinctive, non contraire à l'ordre public, non déceptive, et libre. Dépôt à l'INPI. Renouvelable tous les 10 ans de manière illimitée.
déchéance au bout de 5 ans (≠ 
dégénérescence
. La déchéance c'est la non utilisation d'une marque, la dégénérescence c'est lorsqu'une marque entre dans le langage courant : comme « frigidaire » par exemple). 

b) les dessins et modèles
« apparence d'un produit ou d'une partie de produit caractérisée en particulier par ses lignes, ses contours, ses couleurs, sa forme, sa texture ou ses matériaux ».
conditions de validité : création nouvelle, au caractère propre, non divulguée au préalable. Dépôt à l'INPI également. Renouvelable tous les 5 ans, limité à 25 ans. 

- les droits non soumis à dépôt préalable : les droits d'auteurs.
« l'auteur d'une œuvre de l'esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous ». (≠ copyright américain : il s'agit d'une conception singulière, pas seulement économique comme pour le copyright).
À condition qu'il y ait bien créativité et originalité, et que l'auteur soit bien une personne physique. Pour une œuvre collective, le chef de file est l'auteur - la société. Pour une œuvre collaborative, chaque travail est distingué et les droits d'auteurs répartis. 

Droits patrimoniaux : droit de représentation droit de reproduction (durée : vie de l'auteur et 70 ans après sa mort). 
Droits moraux : droit au respect du nom de l'auteur, de sa qualité et de son œuvre (de façon perpétuelle, inaliénable et imprescriptible). droit de divulgation [i.e. droit de renoncer à la divulgation] (vie de l'auteur et de ses héritiers ou légataires (1ère génération). droit de repentir (vie de l'auteur). 
Il y a quelques exceptions. Lorsque les représentations sont privées, gratuites, dans le cercle de la famille. Lorsqu'il s'agit de courtes citations, sourcées, justifiées par leur caractère critique, pédagogique, scientifique, d'information. Enfin lorsqu'il s'agit d'une parodie, d'un pastiche ou d'une caricature.
• la cession des droits patrimoniaux se fait par un contrat encadré par des règles d'ordre public. Ce contrat doit préciser explicitement quels sont les droits cédés, l'étendue, la destination, le lieu et la durée de la cession.

Deux actions judiciaires sont possibles : l'action en contrefaçon (pénale* et civile) & l'action en concurrence déloyale et parasitisme (civile)
[* 3 ans d'emprisonnement, 300 000 € d'amende]. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq