Accéder au contenu principal

La réglementation de la publicité


Les règles applicables à tous les médias

La protection du consommateur

  • La publicité mensongère : Selon le code de la consommation, « est interdite toute publicité comportant sous quelque forme que ce soit des allégations, indications, ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur…» le consommateur moyen. Il s'agit d'un délit pénal, sanctionné d'une amende (50% du budget de pub, au maximum) et de deux ans d'emprisonnement. En revanche, lorsqu'il s'agit clairement d'une hyperbole, c'est accepté.
  • L'emploi de la langue française : Il s'agit de la loi Toubon datant de 1994. La langue française « est la langue de l'enseignement, du travail, des échanges et des services publics ». Les sanctions peuvent aller jusqu'à 750€ par publicité interdite.
  • Les recommandations concernant la consommation de certains produits : Loi Évin pour l'alcool, et lutte contre l'obésité.
La protection des autres annonceurs

  • L'action en concurrence déloyale : dénigrer un concurrent ou créer une confusion dans l'esprit du public est passible d'une peine de dommages & intérêts, de réparation du préjudice subi par le concurrent. La publicité comparative est licite si les informations sont exactes, s'il y a lieu de comparer, et si l'on n'est ni dénigrant, ni déloyal, ni parasitaire. Autrement dit ce n'est pas impossible, l'interdiction a bien été levée. Mais il n'en demeure pas moins qu'il faut être prudent si l'on se lance dans la publicité comparative.
  • L'action en concurrence parasitaire : lorsque l'on tire bénéfice de la créativité de la publicité d'une entreprise, que celle-ci soit ou non concurrente. Là encore, il y a des dommages & intérêts en réparation du préjudice subi par la victime. 
La protection des droits des personnes

  • Le droit à l'image : Toute personne a un droit exclusif sur son image et sur l'utilisation qui en est faite
  • Les droits de propriété intellectuelle : Droit des marques, des dessins et des modèles. Droits d'auteur. Il faut obtenir l'autorisation des détenteurs des droits moraux et patrimoniaux.
Les règles propres à chaque média

La télévision
Décret du 27 mars 1992 pour la publicité télévisuelle : - respect de la dignité humaine, pas de discrimination, etc. - absence de scène de violence ou d'incitations à la haine - absence d'éléments de nature à choquer les convictions religieuses, politiques ou philosophiques. - interdiction de faire de la publicité mensongère - absence de risque de préjudice moral ou physique pour des mineurs.

  • Interdiction des pratiques non-éthique
  • Réglementation du temps maximal de publicité par chaîne et par programme (6m/h pour TF1 et M6)
  • Interdiction aux secteurs des boissons de plus de 1,2°, à l'édition littéraire (magazines exceptés), au cinéma et à la distribution hors enseignes
  • Parrainage : l'émission parrainée doit garder le contrôle du contenu

Contrôle a priori de l'ARPP (ex BVP), a posteriori du CSA.

La presse
Obligation pour la publicité rédactionnelle de la mention « communiqué » ou « publicité ». Les sanctions peuvent aller jusqu'à 6000€ d'amende. Un organisme de presse peut refuser des publicités contraires à ses valeurs.

La radio
Radio publiques : uniquement causes d'intérêt général, produits génériques et secteurs d'activité.
Radio privées : réglementées par le Décret du 6 avril 1987. Réglementation proche du Décret réglementant la publicité télévisuelle - contrôle également par le CSA.

Internet
Le site Internet est un support à part entière. Le message doit respecter les règles de droit commun, le code international des pratiques loyales en matière de publicité, les lignes directrices révisées en matière de publicité et de marketing sur Internet de la Chambre de commerce internationale.
La responsabilité de l'hébergeur peut être engagée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr