Accéder au contenu principal

La réglementation de la publicité


Les règles applicables à tous les médias

La protection du consommateur

  • La publicité mensongère : Selon le code de la consommation, « est interdite toute publicité comportant sous quelque forme que ce soit des allégations, indications, ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur…» le consommateur moyen. Il s'agit d'un délit pénal, sanctionné d'une amende (50% du budget de pub, au maximum) et de deux ans d'emprisonnement. En revanche, lorsqu'il s'agit clairement d'une hyperbole, c'est accepté.
  • L'emploi de la langue française : Il s'agit de la loi Toubon datant de 1994. La langue française « est la langue de l'enseignement, du travail, des échanges et des services publics ». Les sanctions peuvent aller jusqu'à 750€ par publicité interdite.
  • Les recommandations concernant la consommation de certains produits : Loi Évin pour l'alcool, et lutte contre l'obésité.
La protection des autres annonceurs

  • L'action en concurrence déloyale : dénigrer un concurrent ou créer une confusion dans l'esprit du public est passible d'une peine de dommages & intérêts, de réparation du préjudice subi par le concurrent. La publicité comparative est licite si les informations sont exactes, s'il y a lieu de comparer, et si l'on n'est ni dénigrant, ni déloyal, ni parasitaire. Autrement dit ce n'est pas impossible, l'interdiction a bien été levée. Mais il n'en demeure pas moins qu'il faut être prudent si l'on se lance dans la publicité comparative.
  • L'action en concurrence parasitaire : lorsque l'on tire bénéfice de la créativité de la publicité d'une entreprise, que celle-ci soit ou non concurrente. Là encore, il y a des dommages & intérêts en réparation du préjudice subi par la victime. 
La protection des droits des personnes

  • Le droit à l'image : Toute personne a un droit exclusif sur son image et sur l'utilisation qui en est faite
  • Les droits de propriété intellectuelle : Droit des marques, des dessins et des modèles. Droits d'auteur. Il faut obtenir l'autorisation des détenteurs des droits moraux et patrimoniaux.
Les règles propres à chaque média

La télévision
Décret du 27 mars 1992 pour la publicité télévisuelle : - respect de la dignité humaine, pas de discrimination, etc. - absence de scène de violence ou d'incitations à la haine - absence d'éléments de nature à choquer les convictions religieuses, politiques ou philosophiques. - interdiction de faire de la publicité mensongère - absence de risque de préjudice moral ou physique pour des mineurs.

  • Interdiction des pratiques non-éthique
  • Réglementation du temps maximal de publicité par chaîne et par programme (6m/h pour TF1 et M6)
  • Interdiction aux secteurs des boissons de plus de 1,2°, à l'édition littéraire (magazines exceptés), au cinéma et à la distribution hors enseignes
  • Parrainage : l'émission parrainée doit garder le contrôle du contenu

Contrôle a priori de l'ARPP (ex BVP), a posteriori du CSA.

La presse
Obligation pour la publicité rédactionnelle de la mention « communiqué » ou « publicité ». Les sanctions peuvent aller jusqu'à 6000€ d'amende. Un organisme de presse peut refuser des publicités contraires à ses valeurs.

La radio
Radio publiques : uniquement causes d'intérêt général, produits génériques et secteurs d'activité.
Radio privées : réglementées par le Décret du 6 avril 1987. Réglementation proche du Décret réglementant la publicité télévisuelle - contrôle également par le CSA.

Internet
Le site Internet est un support à part entière. Le message doit respecter les règles de droit commun, le code international des pratiques loyales en matière de publicité, les lignes directrices révisées en matière de publicité et de marketing sur Internet de la Chambre de commerce internationale.
La responsabilité de l'hébergeur peut être engagée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq