Accéder au contenu principal

La réglementation de la publicité


Les règles applicables à tous les médias

La protection du consommateur

  • La publicité mensongère : Selon le code de la consommation, « est interdite toute publicité comportant sous quelque forme que ce soit des allégations, indications, ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur…» le consommateur moyen. Il s'agit d'un délit pénal, sanctionné d'une amende (50% du budget de pub, au maximum) et de deux ans d'emprisonnement. En revanche, lorsqu'il s'agit clairement d'une hyperbole, c'est accepté.
  • L'emploi de la langue française : Il s'agit de la loi Toubon datant de 1994. La langue française « est la langue de l'enseignement, du travail, des échanges et des services publics ». Les sanctions peuvent aller jusqu'à 750€ par publicité interdite.
  • Les recommandations concernant la consommation de certains produits : Loi Évin pour l'alcool, et lutte contre l'obésité.
La protection des autres annonceurs

  • L'action en concurrence déloyale : dénigrer un concurrent ou créer une confusion dans l'esprit du public est passible d'une peine de dommages & intérêts, de réparation du préjudice subi par le concurrent. La publicité comparative est licite si les informations sont exactes, s'il y a lieu de comparer, et si l'on n'est ni dénigrant, ni déloyal, ni parasitaire. Autrement dit ce n'est pas impossible, l'interdiction a bien été levée. Mais il n'en demeure pas moins qu'il faut être prudent si l'on se lance dans la publicité comparative.
  • L'action en concurrence parasitaire : lorsque l'on tire bénéfice de la créativité de la publicité d'une entreprise, que celle-ci soit ou non concurrente. Là encore, il y a des dommages & intérêts en réparation du préjudice subi par la victime. 
La protection des droits des personnes

  • Le droit à l'image : Toute personne a un droit exclusif sur son image et sur l'utilisation qui en est faite
  • Les droits de propriété intellectuelle : Droit des marques, des dessins et des modèles. Droits d'auteur. Il faut obtenir l'autorisation des détenteurs des droits moraux et patrimoniaux.
Les règles propres à chaque média

La télévision
Décret du 27 mars 1992 pour la publicité télévisuelle : - respect de la dignité humaine, pas de discrimination, etc. - absence de scène de violence ou d'incitations à la haine - absence d'éléments de nature à choquer les convictions religieuses, politiques ou philosophiques. - interdiction de faire de la publicité mensongère - absence de risque de préjudice moral ou physique pour des mineurs.

  • Interdiction des pratiques non-éthique
  • Réglementation du temps maximal de publicité par chaîne et par programme (6m/h pour TF1 et M6)
  • Interdiction aux secteurs des boissons de plus de 1,2°, à l'édition littéraire (magazines exceptés), au cinéma et à la distribution hors enseignes
  • Parrainage : l'émission parrainée doit garder le contrôle du contenu

Contrôle a priori de l'ARPP (ex BVP), a posteriori du CSA.

La presse
Obligation pour la publicité rédactionnelle de la mention « communiqué » ou « publicité ». Les sanctions peuvent aller jusqu'à 6000€ d'amende. Un organisme de presse peut refuser des publicités contraires à ses valeurs.

La radio
Radio publiques : uniquement causes d'intérêt général, produits génériques et secteurs d'activité.
Radio privées : réglementées par le Décret du 6 avril 1987. Réglementation proche du Décret réglementant la publicité télévisuelle - contrôle également par le CSA.

Internet
Le site Internet est un support à part entière. Le message doit respecter les règles de droit commun, le code international des pratiques loyales en matière de publicité, les lignes directrices révisées en matière de publicité et de marketing sur Internet de la Chambre de commerce internationale.
La responsabilité de l'hébergeur peut être engagée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chacun sa chimère

“ S ous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés. Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère , aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain. Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi. Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin d