Accéder au contenu principal

La simplicité en publicité

Une bonne idée est souvent une idée simple. C'est un principe de communication avec lequel on s'accorde facilement. Il est cependant important de le garder à l'esprit.

« La simplicité est la sophistication suprême » disait Léonard de Vinci. Et de fait, il arrive souvent qu'un message simple soit le fruit d'une construction laborieuse. C'est incontestablement le cas en publicité. Les concepteurs-rédacteurs savent à quel point il peut être difficile de parvenir à un résultat qui combine efficacité, synthèse et pertinence. Les publicités les plus simples sont la plupart du temps les plus abouties. 

L'ouvrage de Jacques Lendrevie et Arnaud de Baynast sur la communication 360 évoque brièvement mais je pense pertinemment cette question de la simplicité en publicité. Une citation du fondateur de l'agence BETC Euro RSCG, Rémi Babinet, ouvre la réflexion : « il faut faire simple, mettre du vide ». Les auteurs poursuivent : « Tenter l'épure. Simplifier. La simplification, c'est d'ailleurs souvent la première tache des créatifs, confrontés à la complexité des briefs qui leur sont proposés. Une bonne idée créative s'impose dans son évidence. On ne peut rien lui retirer, on ne doit rien lui ajouter ».

Je pense que c'est ce qui me plaît particulièrement chez Apple. Dans le design des produits, dans la façon de les présenter, dans l'image-même qui est celle du groupe, tout est simple. Et c'est parce que c'est simple que c'est imparable. Le succès de l'iPod en est la démonstration.

Les auteurs précédemment cités donnent quelques exemples «particulièrement probants »  (pour reprendre leurs propres termes) d'affiches dont la simplicité est éclatante. Ils expliquent en effet qu'en matière de simplicité, « l'affiche est (…) le meilleur des exercices, car ce média exige concision et immédiateté ».
Voici deux affiches de Petit Bateau. What do you think ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Pourquoi j'aime la Poésie

J e ne saurais expliquer comment m'est venue l'envie d'apprendre par cœur des poèmes, quand j'avais une dizaine d'années. Bien sûr, il y avait des livres chez moi. Des bibliothèques qui accordaient une place non négligeable à la poésie. Bien sûr, j'aimais ces recueils, qui s'ouvraient d'eux-mêmes aux pages les plus précieuses, offrant ces mots qui disaient tout  en disant  peu . " Il faut peu de mots pour dire l'essentiel ". Bien sûr, j'avais la chance d'avoir, à portée de la main, Aragon, Baudelaire, Éluard, Reverdy ou Rimbaud. Et puis, il y avait mon arrière-grand-père, cet héritage culturel transmis dès le plus jeune âge. Ce Victor Segalen dont je pouvais parcourir les ouvrages originaux. Pour sentir ce papier proche d'un papyrus, soigneusement plié entre deux plaques de bois fines que tenait jointes un ruban. Ça aide, d'avoir ainsi dès l'enfance une admiration pour l'écriture. Et une raison supplémentaire