Accéder au contenu principal

Réinventer : un impératif publicitaire


Pour exister aujourd'hui, une marque doit savoir se démarquer. Au-délà du jeu de mots, excellent par ailleurs, il y a une réalité pratique à laquelle il n'est plus possible d'échapper. Dans la foule de produits et de marques qui préexistent sur un marché, il faut savoir se distinguer pour pouvoir émerger et s'imposer durablement.
Les agences de communication ont mesuré l'importance de ce postulat, et ont créé en conséquence leur propre modèle de distinction. Je vous propose de faire le point sur ces différents modèles, afin d'y voir un peu plus clair.

Le modèle de disruption

Commençons par la disruption. Ce mot peut faire peur de prime abord. Il irait très bien dans la chanson des Inconnus Vice et Versa. Mais ce modèle est très simple en vérité. Il a été inventé par Jean-Marie Dru et ses équipes de l'agence BDDP en 1991.
La disruption consiste à sortir des sentiers battus, à créer un nouveau paradigme en inventant une nouvelle vision. Autrement dit, il s'agit d'abord d'analyser les campagnes publicitaires passées pour ensuite s'en distinguer fortement, en proposant une approche radicalement neuve, qui va permettre à la marque de se distinguer.
Concrètement, il s'agit d'être original et innovant. C'est en trouvant une nouvelle manière de communiquer sur sa marque ou son produit que l'on peut donner au message publicitaire toute sa force.
Pour vendre un rasoir, ou une mousse à raser, tout le monde s'y prenait auparavant de la même façon. Il y avait même une surenchère au fil des ans, qui devenait absurde à force, puisqu'on rajoutait sans cesse une nouvelle lame au rasoir. Toutes les pubs se ressemblaient. Le public commençait à se lasser. Une campagne disruptive a alors été lancée par Wilkinson, avec succès, puisque cette campagne a marqué les esprits. Il s'agissait de la campagne Fight for kisses. On ne communique plus sur le nombre de lames ou la haute-technologie du rasoir, comme par le passé. On choisit une nouvelle approche, beaucoup plus originale, en mettant en scène des personnages, et en développant un concept simple : Wilkinson vous redonne une peau de bébé.

La Creative Business Idea

L'agence TBWA propose donc le modèle de disruption. D'autres modèles existent. L'agence Euro RSCG met par exemple en avant la Creative Business Idea. « Une Creative Business Idea (CBI) est une idée à propos du sens de la marque, qui impacte et transforme son business. C'est une idée pour la marque, susceptible de modifier les règles du jeu sur un marché, non seulement de changer le regard qu'on porte sur la marque, mais aussi de générer de la croissance et de lui ouvrir de nouvelles perspectives (…). Par exemple, la jeunesse d'Évian est une Creative Business Idea : le fait que la marque "vende" de la jeunesse de corps et d'esprit change effectivement la façon dont elle envisage son business, et lui permet de se positionner sur la cosmétique, par exemple » (extrait du Publicitor).

La Lovemark

Autre modèle dont on pourrait parler, la Lovemark de Saatchi & Saatchi. Pour résumer rapidement, une marque peut devenir une lovemark en nouant une relation affective avec ses clients. Selon le créateur de ce concept, Kevin Roberts, une marque doit savoir sortir de la logique marchande et entrer dans une logique relationnelle si elle veut exister aujourd'hui. Il compare la relation de l'individu à une marque à une relation d'individu à individu. Autrement dit, la relation qu'entretient un client avec une marque est en quelque sorte une relation affective - qui s'apparente à une relation amoureuse ou amicale. Une lovemark est irremplaçable. Elle ne peut en aucun cas être remplacée par une marque de substitution.

Voilà donc trois modèles fondamentaux en matière de communication. La disruption, la CBI et la Lovemark. Trois modèles qui se ressemblent sur un certain nombre de points, mais qui ne sont pas identiques pour autant. Trois modèles qui démontrent à quel point il est essentiel de se distinguer pour exister sur un marché (« exister, c'est différer, être différent », affirmait Pierre Bourdieu). Trois modèles à connaître sans doute.
Trois modèles que vous connaissez désormais.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq