Accéder au contenu principal

La dissonance cognitive

Dissonance cognitive. Avant même de comprendre ce que ces mots signifiaient, ils me semblaient familiers. Ils me ramenaient probablement aux nombreux néologismes de mes années de Khâgne, à tous ces mots étranges qu'il faut apprendre à déchiffrer lorsque l'on est en classe préparatoire (pour illustrer mon propos je pourrais me limiter à citer quelques figures de style : l'ellipse, la métonymie, la litote ou le kakemphaton… et il y en a des centaines).

La dissonance cognitive fait partie de ce lexique-là pour moi. Un lexique des mots qui n'appartiennent pas vraiment à la langue maternelle, puisqu'on ne les découvre que très tardivement, et qu'on met un certain temps à se les approprier. D'autres exemples me viennent à l'esprit : « eschatologique », « anachorète », « ésotérique », ou encore « appétence », sans oublier « disruptif ».

La communication a son langage. Il faut apprendre à le connaître.

La dissonance cognitive donc. Car je parle, je parle, mais j'en oublie d'expliquer ce concept, pourtant fondamental. « Il y a dissonance lorsque le consommateur reçoit des informations discordantes qui vont le déranger, perturber ses opinions et ses attitudes ». La dissonance cognitive est en fait l'état d'anxiété dans lequel se trouve le consommateur qui n'est pas sûr de son choix. Il a déjà effectué son « acte d'achat », il possède donc le produit convoité, mais se met soudainement à douter : « Ai-je bien fait ? Avais-je vraiment besoin d'acheter tel produit ? Est-il suffisamment solide et de bonne qualité ? Etc. » Le consommateur est dubitatif. Il regrette presque déjà son achat.

La dissonance apparaît souvent lorsqu'elle prend sa source au travers du discours d'un ami, ou d'un expert, autrement dit de quelqu'un qui a de l'importance pour le consommateur. « Une publicité antitabac créera moins de dissonance chez les fumeurs que l'article d'un journaliste, que l'avis d'un ami et, à plus forte raison, que le diagnostic et la recommandation d'un médecin ».

On s'accorde souvent à dire que la dissonance est temporaire, car l'état intense d'anxiété auquel elle correspond n'est pas supportable s'il s'éternise. Le consommateur cherchera à sortir de cet état - soit en rejetant le produit qu'il possède, soit en finissant par se rassurer, ce qui se passe la plupart du temps.

Une des formes de la communication consiste donc à prendre en compte cette dissonance, et à rassurer le client/le consommateur après qu'il a acheté le produit. Il s'agit d'une communication a posteriori qui n'est pas négligeable. La plupart des campagnes de communication ont pour objectif de pousser à l'achat. En l'occurrence, le produit est déjà acheté ; il s'agit plutôt de renseigner le consommateur sur le bienfait de son achat, afin de le fidéliser et/ou de l'encourager à en parler autour de lui.

Voilà donc pour le concept du jour. La prochaine fois que vous serez en pleine dissonance cognitive, vous saurez ce qui vous arrive. Et ce sera, peut-être, une première façon de vous rassurer.



Commentaires

  1. Bel article Basile : je rajouterais simplement que nous sommes différents ( inégaux ?) devant la dissonance cognitive : certaines personnes recherchent les états de faible - voire nulle - dissonance alors que d'autres ont une appétance pour les états de haute excitation. Rajoute à ces dissonnances "traits de caractète" des variabilités -fluctuations - dans le temps et tu auras des dissonnances "états".
    Les personnes qui supportent mal la D.C vont vite à la décision - parfois un avantage parfois uninconvénient - celles qui la supportent ou l'appércient sont capable de rester dans les atermoiements avec délectation !

    A bientôt,
    Nicolas

    RépondreSupprimer
  2. c'est vrai, tout le monde ne réagit pas de la même façon à cet état d'inconfort. Certains trouvent même un plaisir à douter. Et remettre en question ses choix est toujours utile, en un sens.
    Mais je voulais surtout évoquer le fait que ces états d'indécision et d'inquiétude sont pris en compte par les agences de communication, qui sont attentives aussi à l'effet produit par l'achat - autrement dit, qui s'intéressent au consommateur avant mais aussi après son passage à l'acte… d'achat.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou