Accéder au contenu principal

La dissonance cognitive

Dissonance cognitive. Avant même de comprendre ce que ces mots signifiaient, ils me semblaient familiers. Ils me ramenaient probablement aux nombreux néologismes de mes années de Khâgne, à tous ces mots étranges qu'il faut apprendre à déchiffrer lorsque l'on est en classe préparatoire (pour illustrer mon propos je pourrais me limiter à citer quelques figures de style : l'ellipse, la métonymie, la litote ou le kakemphaton… et il y en a des centaines).

La dissonance cognitive fait partie de ce lexique-là pour moi. Un lexique des mots qui n'appartiennent pas vraiment à la langue maternelle, puisqu'on ne les découvre que très tardivement, et qu'on met un certain temps à se les approprier. D'autres exemples me viennent à l'esprit : « eschatologique », « anachorète », « ésotérique », ou encore « appétence », sans oublier « disruptif ».

La communication a son langage. Il faut apprendre à le connaître.

La dissonance cognitive donc. Car je parle, je parle, mais j'en oublie d'expliquer ce concept, pourtant fondamental. « Il y a dissonance lorsque le consommateur reçoit des informations discordantes qui vont le déranger, perturber ses opinions et ses attitudes ». La dissonance cognitive est en fait l'état d'anxiété dans lequel se trouve le consommateur qui n'est pas sûr de son choix. Il a déjà effectué son « acte d'achat », il possède donc le produit convoité, mais se met soudainement à douter : « Ai-je bien fait ? Avais-je vraiment besoin d'acheter tel produit ? Est-il suffisamment solide et de bonne qualité ? Etc. » Le consommateur est dubitatif. Il regrette presque déjà son achat.

La dissonance apparaît souvent lorsqu'elle prend sa source au travers du discours d'un ami, ou d'un expert, autrement dit de quelqu'un qui a de l'importance pour le consommateur. « Une publicité antitabac créera moins de dissonance chez les fumeurs que l'article d'un journaliste, que l'avis d'un ami et, à plus forte raison, que le diagnostic et la recommandation d'un médecin ».

On s'accorde souvent à dire que la dissonance est temporaire, car l'état intense d'anxiété auquel elle correspond n'est pas supportable s'il s'éternise. Le consommateur cherchera à sortir de cet état - soit en rejetant le produit qu'il possède, soit en finissant par se rassurer, ce qui se passe la plupart du temps.

Une des formes de la communication consiste donc à prendre en compte cette dissonance, et à rassurer le client/le consommateur après qu'il a acheté le produit. Il s'agit d'une communication a posteriori qui n'est pas négligeable. La plupart des campagnes de communication ont pour objectif de pousser à l'achat. En l'occurrence, le produit est déjà acheté ; il s'agit plutôt de renseigner le consommateur sur le bienfait de son achat, afin de le fidéliser et/ou de l'encourager à en parler autour de lui.

Voilà donc pour le concept du jour. La prochaine fois que vous serez en pleine dissonance cognitive, vous saurez ce qui vous arrive. Et ce sera, peut-être, une première façon de vous rassurer.



Commentaires

Anonyme a dit…
Bel article Basile : je rajouterais simplement que nous sommes différents ( inégaux ?) devant la dissonance cognitive : certaines personnes recherchent les états de faible - voire nulle - dissonance alors que d'autres ont une appétance pour les états de haute excitation. Rajoute à ces dissonnances "traits de caractète" des variabilités -fluctuations - dans le temps et tu auras des dissonnances "états".
Les personnes qui supportent mal la D.C vont vite à la décision - parfois un avantage parfois uninconvénient - celles qui la supportent ou l'appércient sont capable de rester dans les atermoiements avec délectation !

A bientôt,
Nicolas
Basile a dit…
c'est vrai, tout le monde ne réagit pas de la même façon à cet état d'inconfort. Certains trouvent même un plaisir à douter. Et remettre en question ses choix est toujours utile, en un sens.
Mais je voulais surtout évoquer le fait que ces états d'indécision et d'inquiétude sont pris en compte par les agences de communication, qui sont attentives aussi à l'effet produit par l'achat - autrement dit, qui s'intéressent au consommateur avant mais aussi après son passage à l'acte… d'achat.

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq