Accéder au contenu principal

Suis-je amoureux ? - Oui, puisque j'attends.


« À voir Paris si beau en cette fin d'automne ». La suite, tu la connais.

C'est assez étrange d'être séparés, comme ça, après trois ans de relation amoureuse. Du jour au lendemain, on ne peut se voir autrement que par la magie maussade de skype. On ne peut se voir qu'au travers d'un écran. Sur nos cinq sens, seuls deux sont comblés. Le toucher, le goût et l'odorat subissent l'absence totale, brutale et insupportable de la douceur, de la saveur, et du parfum de l'être aimé. Du jour au lendemain, on est condamné à aimer un souvenir, ou un écran. Condamné à entendre occasionnellement une voix. C'est assez perturbant.

J'ai ouvert les Fragments d'un discours amoureux de Barthes, au chapitre consacré à l'attente. Le paragraphe 5 est celui qui correspond le mieux je crois à ce que je ressens ces derniers mois :

« Suis-je amoureux ? - Oui, puisque j'attends. » (…) L'identité fatale de l'amoureux n'est rien d'autre que : je suis celui qui attend.

(Dans le transfert, on attend toujours - chez le médecin, le professeur, l'analyste. Bien plus : si j'attends à un guichet de banque, au départ d'un avion, j'établis aussitôt un lien agressif avec l'employé, l'hôtesse, dont l'indifférence dévoile et irrite ma sujétion ; en sorte qu'on peut dire que, partout où il y a attente, il y a transfert : je dépends d'une présence qui se partage et met du temps à se donner - comme s'il s'agissait de faire tomber mon désir, de lasser mon besoin. Faire attendre : prérogative constante de tout pouvoir, « passe temps millénaire de l'humanité ».)

Un mandarin était amoureux d'une courtisane. « Je serai à vous, dit-elle, lorsque vous aurez passé cent nuits à m'attendre assis sur un tabouret, dans mon jardin, sous ma fenêtre. » Mais, la quatre-vingt-dix-neuvième nuit, le mandarin se leva, prit son tabouret sous son bras et s'en alla ».

Il faut que je me remette à feuilleter Barthes. Il y a des passages qui correspondent à ce que j'attends de la littérature, qui décrivent à la perfection certains de mes états passagers.

Cette attente est nouvelle pour moi, et agit sur moi. L'absence. Le temps. Le manque. Le doute. La distance. La séparation. L'appréhension. La demi-solitude. La semi-liberté. Le silence. Le lointain. Le vide. Le compte-à-rebours. La promesse. Le retour. Les retrouvailles. L'allégresse.

J'attends puisque je suis amoureux. Je suis amoureux puisque j'attends. C'est très philosophique tout ça finalement. ^^

Forcément, il faut que l'automne vienne accentuer ce sentiment mélancolique. On n'a jamais à l'attendre très longtemps, l'automne. Les feuilles tombent raides mortes, comme toujours. Je pense à mes arrières-arrières-arrières-arrières grands parents, qui les voyaient tomber aussi. Et qui sentaient comme moi le froid s'installer. Et qui prenaient conscience, comme moi, en octobre, que le temps des bourrasques glacées, de la pluie froide et lourde, des trottoirs blanchis et durcis par le gel de la nuit, des journées raccourcies, que ce temps redouté s'installe déjà et pour si longtemps.
J'en frissonne.

Je marque un temps.

Et je me dis qu'au fond, j'aime bien l'automne. J'aime bien le soleil dans le froid. Les arbres sans feuilles. La fumée qui sort de la bouche quand on respire. Les matinées où il fait nuit. Les feux de cheminée. Les parapluies.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi