Accéder au contenu principal

Les Questions De Mes 20 Ans

Je m'en souviens très bien, de mes vingt ans. Je m'interrogeais un soir sur trois sur la suite, sur mon avenir, sur mes aspirations profondes. Je ressentais pleinement cette incertitude quant à mon devenir. Ce n'était pas de l'inquiétude, à proprement parler, mais simplement quelque chose qui revenait, encore et encore, sans que je trouve véritablement de réponses. 

Fallait-il poursuivre les études supérieures ? Tenter de nouveaux concours ? Assurer - non pas mes arrières - mais ce qui allait advenir ensuite ? Ou suivre simplement mes envies, mes passions, mes rêves immédiats ? Partir, voyager, inventer, dessiner, rencontrer de nouvelles personnes, en faisant confiance à mon destin. Aimer.

Combien de soir, dans la nuit de ma fenêtre, me suis-je posé ces questions ? Sans doute pour retarder le moment où j'allais m'y mettre (ou m'y remettre) pour de bon, à cette préparation de concours, puis à ce mémoire, puis à ce Grand Oral. Facebook existait à peine et j'avais créé un groupe "C'est bien aussi de travailler dans l'urgence", hommage à la procrastination, qui avait rassemblé plusieurs centaines de personnes assez rapidement.

Comme quoi. Je n'étais pas seul, avec ces questions, et cette flemme qui m'étreignait. 

J'écoute aujourd'hui le dernier album d'Orelsan, et ses Notes pour trop tard. Comme lui, je suis un trentenaire qui se souvient de cette période-là. Comme lui, j'aimerais pouvoir m'écrire, pour me rassurer. Pour donner des conseils à ce jeune homme là, au seuil de sa vie active. 

"T'as juste besoin d'une passion,
Donc écoute bien les conseillers d'orientation et fais l'opposé de ce qu'ils diront.
En gros, tous les trucs où les gens disent : "Tu perds ton temps",
Faut que tu te mettes à fond dedans et que tu t'accroches longtemps.
Si tu veux faire des films, t'as juste besoin d'un truc qui filme ;
Dire : "J'ai pas d'matos ou pas d'contact", c'est un truc de victime.
On te dira d'être premier, jamais d'être heureux.
Premier, c'est pour ceux qui ont besoin d'une note, qui n'ont pas confiance en eux.
T'es au moment de ta vie où tu peux devenir ce que tu veux
Le même moment où c'est le plus dur de savoir ce que tu veux". 

Oh oui, je m'en souviens bien, de cette période là. Pourtant, avec un peu de recul, et même si cette quête n'est en vérité sans doute jamais terminée, je suis convaincu aujourd'hui qu'il n'y a pas de choix cornéliens à faire, pas de décision terrible qui annihilent un destin, ou qui contrecarrent des rêves. Sans compter qu'on a souvent des secondes chances, des nouvelles opportunités, des nouveaux projets à construire. Tout ne se décide jamais en un instant.

Ces questions, que je me posais, étaient essentielles parce qu'elles rendaient cette prime-jeunesse plus belle encore. Belle de l'infini des possibles qui semblait se profiler devant elle. Belle des battements de mon cœur qu'elles faisaient croître, belle de ces moments qu'elles rendaient fragiles et puissants. Belle de la mélancolie de certains dimanches soirs. Belle de ce souvenir, qu'elles m'ont laissé aujourd'hui. 

illustrations < Alone Together.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…