J'ai besoin d'essentiel

Il y a des moments où je ne m'en rends pas vraiment compte. Des périodes où je suis concentré sur des objectifs professionnels, où je prépare des réunions, où je suis focalisé sur des sujets immédiats, qui ne tolèrent aucune distraction. Mais ça revient toujours, soudainement ; il suffit que la magie de Noël illumine les grands magasins, que les premiers sapins fassent leur apparition sur les trottoirs, encore dans leurs filets, devant les fleuristes. Il suffit que le froid m'amène à m'emmitoufler dans mon manteau, à relever mon écharpe, encore toute emprunte des parfums du ski, des vacances de l'année passée. L'odeur de la montagne, des pentes enneigées, de la vitesse et de la liberté.

Toujours, ça revient. Ça ressurgit. J'ai envie de vivre un moment fort, d'avoir le cœur qui bat un peu plus vite, les yeux qui s'illuminent. Envie d'avoir les poils qui s'hérissent sur les avant-bras, envie d'avoir les cheveux dans le vent, envie de me sentir vivre.


Il suffit que j'écoute quelques notes de Beethoven (morceau que je commence tout juste à jouer) :


C'est sans doute notre désir commun. C'est pourquoi nous aimons. C'est aussi ce qui explique qu'on soit si nombreux à tenter des choses, parfois très périlleuses. Ce que la récente publicité Lacoste montrait très bien. Les aventures quotidiennes, les sauts vers l'inconnu que nous faisons tous, à notre échelle, dans nos vies respectives. Pour résoudre cette même équation. Pour nous procurer ce même plaisir fondamental. Pour répondre au même besoin.

Ce besoin d'essentiel. 

Commentaires

  1. C'est sûrement inhabituel qu'une nana qui parle futilités à longueur de journée te laisse un commentaire par ici.. Mais je tenais vraiment à te dire que ta plume est sublime et touchante. Les sauts vers l'inconnu, perdre le contrôle même un instant, nous fait simplement sortir de notre routine quotidienne. C'est à la fois angoissant et exaltant.

    Nina.

    RépondreSupprimer
  2. One of the times that we most feel alive is the moment when we are hurt after we love,we realize we are living in real world.I like the moonlight sonata tough.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Les vagues

À dire vrai