Accéder au contenu principal

Du mauvais sang

Parmi les personnes que je croise, tous les jours, dans la rue, dans les transports en commun, nombreuses sont celles - sans doute - qui sont préoccupées par des problèmes à venir. C'est à elles, en particulier, que je m'adresse ici. À toutes celles, et à tous ceux, qui se font aisément un sang d'encre. 

La peur au ventre

J'ai toujours été marqué par cette expression : "se faire du mauvais sang". C'est étonnant qu'on l'utilise encore, en dépit de son caractère moyenâgeux. Nous ne pratiquons plus les saignées depuis des décennies, mais conservons cette formule étrange. Comme si de l'inquiétude, de l'anxiété, naissait réellement un sang moins "bon", moins "pur", ou de moins bonne qualité.

C'est une réalité qu'on connaît tous. On se retrouve dans son lit, la tête dans l'oreiller, l'obscurité est totale, et pourtant… impossible de dormir. Le sommeil ne vient pas. Les pensées, nombreuses, s'agitent, fructifient, se démultiplient, pour vous étreindre finalement. L'angoisse peut aussi surgir soudainement, en pleine journée. Il faut la contenir, la maîtriser. Mais le point essentiel, à mon sens, c'est que la peur, elle-même, est souvent la cause principale du problème. On se fait souvent du mauvais sang pour de mauvaises raisons.


Cela renvoie directement à la fameuse phrase de Paul Valéry : "la plupart de nos ennuis sont notre création originale" (Tel Quel). Il est important d'en prendre conscience. De lutter contre cette tendance-là. 

L'effet NOCEBO

D'autant que les conséquences peuvent être importantes. C'est parce qu'on s'inquiète que certains symptômes surgissent brusquement, quelquefois. Ce phénomène porte même un nom : c'est l'effet nocebo (l'exact contraire de l'effet placebo).

Les exemples de ces prophéties auto-réalisatrices sont nombreux : on a observé des troubles apparus chez certains riverains d'une antenne-relais de téléphone mobile, alors même que l'installation n'avait pas encore été mise en service. Ces gens-là se faisaient du mauvais sang, sans raison véritable.

C'est parfois le cas, littéralement, d'ailleurs. Les femmes qui se croient sujettes au risque d'arrêt cardiaque présentent quatre fois plus de risques de mourir de maladie cardiovasculaire que celles ayant les mêmes facteurs de risque, selon un article publié en 2009 dans Courrier International : "Attention : se croire malade peut rendre malade" Helen Pilcher - New Scientist.


Bon sang !

L'effet nocebo a enfin été démontré scientifiquement, en 2011 : 22 volontaires devaient se prononcer sur une sensation de douleur dans une jambe. On leur injectait un analgésique, sans les prévenir. Quand on finissait par les informer qu'un produit apaisant était en train de leur être injecté, la douleur diminuait davantage. Et lorsque - sans rien modifier - on leur disait qu'on arrêtait d'injecter ce produit, la sensation de douleur revenait brutalement.

CQFD. 

Il est donc crucial d'avoir conscience de l'effet de nos peurs, au quotidien. Celles-ci ne sont pas bonnes conseillères. Elles génèrent parfois ce qu'on redoute effectivement. Et empiètent potentiellement sur notre santé. Ne craignez rien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…